25 juin 2012

LE PARESSEUX DE SAINT-AMANT

MARC-ANTOINE GIRARD SIEUR DE SAINT-AMANT (1594-1661) LE PARESSEUX Accablé de paresse et de mélancolie, Je rêve dans un lit où je suis fagoté, Comme un lièvre sans os qui dort dans un pâté, Ou comme un Don Quichotte en sa morne folie. Là, sans me soucier des guerres d'Italie, Du comte Palatin, ni de sa royauté, Je consacre un bel hymne à cette oisiveté Où mon âme en langueur est comme ensevelie. Je trouve ce plaisir si doux et si charmant, Que je crois que les biens me viendront en dormant, Puisque je vois déjà s'en enfler ma... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 juin 2012

HOPKINS : AS KINGFISHERS CATCH FIRE

HOPKINS : AS KINGFISHERS CATCH FIRE As kingfishers catch fire, dragonflies draw flame ; As tumbled over rim in roundy wells Stones ring ; like each tucked string tells, each hung bell's Bow swung finds tongue to fling out broad its name : Each mortal thing does one thing and the same ; Deals out that being indoors each one dwells ; Selves - goes itself ; myself it speaks and spells, Crying What I do is me : for that I came. I say more : the just man justices ; Keeps grace : that keeps all his going graces ; Acts in God's eye what in... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 juin 2012

GERARD MANLEY HOPKINS : ANDROMEDA

GERARD MANLEY HOPKINS : ANDROMEDA Now Time's Andromeda on this rock rude, With not her either beauty's equal or Her injury's, looks off by both horns of shore, Her flower, her piece of being, doomed dragon's food.    Time past she has been attempted and pursued By many blows and banes ; but now hears roar A wilder beast from West than all were, more Rife in her wrongs, more lawless, and more lewd. Her Perseus linger and leave her to her extremes ? Pillowy air he treads a time and hangs His thoughts on her, forsaken... [Lire la suite]
13 mai 2012

LA SI CHERE ET ARCHI-SPECIALE

LA SI CHERE ET ARCHI-SPECIALE "Have fair fallen, O fair, fair have fallen, so dear To me, so arch-especial a spirit as heaves in Henry Purcell" (Gerard Manley Hopkins, Henry Purcell) "Soit bien échu, ô bien, bien soit échu à l'âme Si chère et si archi-spéciale qui palpite chez Henry Purcell" (traduction Pierre Leyris, cf ed. du Seuil, coll. Points n°P1791) Il y a les âmes que l'on distingueLa si chère et si archi spéciale à Purcell d'âme qui palpite comme on Dirait qu'ça palpite un coeur donc Cette palpitante ou alors c'est un... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mai 2012

UN DESESPERE QUI S'IGNORE

UN DESESPERE QUI S'IGNORE "... mais de là ne s'ensuit pas que l'individu qu'habite le désespoir, et qu'en principe on devrait donc appeler désespéré, ait conscience de l'être." (Kierkegaard, Traité du désespoir, traduit par Knud Ferlov et Jean-Jacques Gateau, folio essais n°94, p.87) Se pourrait-il que comme le dit Kierkegaard L'individu qu'habite le désespoir çui-là on Devrait le dire désespéré se pourrait-il de L'être désespéré que de son état il en soit Pas conscient un désespéré par nature qu'il Serait alors à en vivre assez... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 avril 2012

LA MORT DE C'T'HOMME MÊME QUI S'APPELOT ARTHUR

LA MORT DE C'T'HOMME MÊME QUI S'APPELOT ARTHUR Regardez c't'homme il a des douleurs La main sur le coeur il chancelle Ah Vite vite vite faut qu'on le secoure Et qu'on l'entoure de soins sinon au Cimetière on lui portera des fleurs. Le quasi mouru se remémore Tout ce qui s'a passé dans Son passé avant qu'il soye Tout à fait très mort v'là D'abord que ça commence un Jour qu'il croyait encor à L'amour et tout çi tout ça Ce soir youp la lop ! c'est la fête Ce soir j'vas lui dire tout l'amour Qu'j'avions pour elle oh ce soir ça Va être... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 avril 2012

ME FAIT LE PLUS PEUR C'EST LE RIEN

ME FAIT LE PLUS PEUR C'EST LE RIEN "Ce qui dans la mort me fait le plus peur, c'est le rien." (Philippe Guillerme, Ce qui dans la mort..., in Vagabondages, N°47, avril 1983, p.87) C'est le paradoxe de la mort que le rien Qui nous attend nous fasse peur c'est de Rien que nous avons peur donc D'habitude Cette expression est employée à la forme Négative Je n'ai peur de rien C'est peut Être la seule occurrence affirmative que L'on puisse trouver de l'expression J'ai peur de rien donc j'ai peur de la mort A Vrai dire ce n'est pas le rien... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 avril 2012

J'ECOUTE THE WALL

J'ECOUTE THE WALL J'écoute The Wall de Pink Floyd course de Chiens fous à travers les rues le son des Guitares électriques me la flanque facile Cette image de chiens lancés et aussi une Impression d'un vent panique d'un souffle Panique d'un espace soudain qui s'ouvre à Je ne sais quelle parole venue d'ailleurs Et qui vous tombe dessus comme si soudain La vérité s'était mise à vous chercher je Sais que j'exagère quand j'écris cela car Ce n'est jamais que de la musique mais la Musique dite pop/rock et sans doute assez Celle du Floyd... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 avril 2012

LOOK AT THE STARS

LOOK AT THE STARS "Look at the stars ! look, look up at the skies !      O look at all the fire-folk sitting in the air !      The bright boroughs, the circle-citadels there !" (Gerard Manley Hopkins, The Starlight Night) "Regardez les étoiles ! Là-haut regardez, regardez les cieux ! Ô voyez ce peuple-de-feu, tout ce peuple juché en l'air !  Ces faubourgs flamboyants, ces citadelles circulaires !" (traduction : Pierre Leyris, in Hopkins, Poèmes et proses, Seuil, collection... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 06:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 mars 2012

EN ECOUTANT LA RUELLE DES MORTS

EN ECOUTANT LA RUELLE DES MORTS "Thou hast a base and brickish skirt there, sours   That neighbour-nature thy great beauty is grounded   Best in ; graceless growth, thou hast confounded   Rural rural keeping - folk, flocks, and flowers." (Gerard Manley Hopkins, Duns Scotus's Oxford) "Tu as un vil pourtour briqueux, là, qui sûrit   La nature voisine où ta grise splendeur   S'implante au mieux ; tumeur ingrate, tu marris   Le rural rural demeuré - gens, troupeaux, fleurs." (traduction : Pierre Leyris... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,