10 mai 2015

TROIS CONTREVERS DONT UN SUR UN SONGE DE SAUCE

L'ECRITURE C'EST-Y BÊTE   L'écriture c'est-y bête d'y perdre tant d'temps Bête puéril pourtant je ne suce plus mon pouce depuis A trop faire l'ange oui quoi ses ailes y a plus nulle Plume dessus Plume Plume Plume font les jolies Qui font les chœurs elles sont jolies comme des Vous ai-je dit que j'aime regarder des films quand je Grignote ma cervelle et puis La vie passe la vie passe la Vie passe à travers ma carcasse.   CONCENTRATION VERTICALE   « Concentration verticale : elle réunit des... [Lire la suite]

11 mars 2015

PROPRIETE PRIVEE

PROPRIETE PRIVEE L'UN : Veuillez m'excuser si j'empiète sur une propriété privée. L'AUTRE : Vous dites ? L'UN : Je disais veuillez m'excuser si j'empiète sur une propriété privée. L'AUTRE : Ah… L'UN : Pardonnez ma pédestre outrecuidance. L'AUTRE : C'est vrai que vous avez de grands pieds. L'UN : Aussi ai-je l'air d'empiéter sur une propriété privée. L'AUTRE : Vous dites ça pour me flatter. L'UN : Euh… non, pourquoi ? L'AUTRE : Parce qu'en fait de propriété, seuls... [Lire la suite]
07 décembre 2014

DERRIERE LA VITRE L'OMBRE DU MINOTAURE

DERRIERE LA VITRE L'OMBRE DU MINOTAURE   1.Tous les 2 décembre, je rêve d'Austerlitz, mon Austerlitz.   2.Ce n'est pas en mangeant sa cervelle que l'on devient plus malin.   3.Un temps viendra où, de sa robe de soie, la poupée mécanique du merveilleux fera jaillir un poignard.   4."High Horses", féerique à manège de chevaux de bois hanté; magnifique album du groupe "The Residents".   5."Redonnez-leur ce qui n'est plus présent en eux..."(René Char, "Redonnez-leur...")   6.Rendre aux ombres ce... [Lire la suite]
30 novembre 2014

EN ME PASSANT PAR LA TÊTE

EN ME PASSANT PAR LA TÊTE   1.Dans la nuit du Louvre, La Joconde pousse de longs soupirs. Personne ne l'entend. Tout dort, sauf Belphégor.   2.Y a des fois on a du mal à l'avaler, sa couleuvre du jour. Faut bien pourtant; c'est la couleuvre qui fait le bifteck.   3.Et puis il vit son univers basculer, cheval et cavalier agrippés par des mains invisibles.   4.Je l'ai cousu dans mon chat. Depuis, il ne me parle plus. Il s'empoussière dans le longtemps.   5.Il se mettait à rire comme on se met à... [Lire la suite]
25 octobre 2014

FAITES DONC ATTENTION AVEC VOTRE ÉTRANGETÉ

FAITES DONC ATTENTION AVEC VOTRE ÉTRANGETÉ 1.Une cloche dans la brume... d'étranges lamentations... d'la timbale tom-tom... C'est l'étonnant "Festival of Death" des Residents. 2.Q.i s'agite ainsi dans la br.me ? Q.i se s'rem.e so.s la l.ne ? C'est le grand huluberlu qui mange les "u". 3.Faites donc attention avec votre étrangeté ! Ça se voit, vous savez; ça se sait aussi... 4.Tous les jours, la peinture lui mangeait quelque chose. Il lui fallait donc finir ce tableau tant qu'il avait encore des mains. 5.L'Oeil de l'Etat a mille... [Lire la suite]
14 juin 2014

CAFETIERE A FANTASMES ET AUTRES CHOSES

CAFETIERE A FANTASMES ET AUTRES CHOSES 1.Pour que le réel réponde à notre définition, il faut bien prendre en compte les paramètres de l'inconnu, les trous dans l'être. 2.Quand les sphinx ne correspondent plus à leurs portes, c'est là que commence l'absurde. 3.Peut-être qu'elle a tout inventé, tout sorti arlequin légendaire de sa cafetière à fantasmes - et je pense alors que la cafetière à fantasmes eût été un bon titre pour un morceau d'un groupe assez fantaisiste pour intituler une de leurs galettes "camembert électrique" - de sa... [Lire la suite]

15 février 2014

UN CULTE AUSSI SECRET

UN CULTE AUSSI SECRET 1.Tiré de René Char: "Dépêchons-nous d'oeuvrer ensemble"; "converger l'un vers l'autre"; "inexplicablement à l'hostile" ("Feuillets d'Hypnos", 196) 2.Imaginé pour une bande dessinée d'héroïc-fantasy : "Dépêchons nos corps à la relève des âmes" dit le chevalier levant son épée. 3.Le rôle de l'armée, savoir dépêcher des corps à la relève des âmes. 4.Converger vers un but commun suppose de passer par ces chemins parallèles où l'un tente de rejoindre l'autre. 5.Je pense assez que beaucoup d'entre nous vivent... [Lire la suite]
12 février 2014

COMME DIABLE EN BOÎTE

COMME DIABLE EN BOÎTE 1.Je suis bien trop poli pour confondre les êtres avec les choses, et des fois, je me dis que j'ai tort. 2.Tiré de René Char: "Nous n'appartenons à personne"; "sinon au point d'or"; "cette lampe inconnue de nous" (cf Feuillets d'Hypnos, 5) 3."Nous n'appartenons à personne", et pourtant nous n'avons pas le sentiment d'être si libres. 4.Le but de la plupart de nos actes est, consciemment ou pas, de limiter notre propre liberté. 5."Nous n'appartenons à personne": Nous n'appar l'être nous y tenons quand même, à... [Lire la suite]
12 février 2014

CES MORTS QUI NOUS SOURIENT

CES MORTS QUI NOUS SOURIENT 1.Tiré de Laforgue: "Lui, toujours"; "éploya vastement ses grandes ailes noires"; "Et le sanglot des âges". 2."Lui, toujours" se dit Mozart en voyant passer dans son ombre le mystérieux messager du commanditaire du "Requiem". 3."Lui, toujours" se dit Lancelot en voyant passer dans les branches le mystérieux quidam, que nul autre que lui, semble-t-il, ne voit, et qui fait silence autour de lui. 4."éploya vastement ses grandes ailes noires": Ah aller "vastement" en "éployant" de grands mouvements noirs... [Lire la suite]
11 février 2014

SOURIS QUAND MÊME CHAT

SOURIS QUAND MÊME CHAT 1.C'est quand même bête de se dire que vivre, c'est toujours mourir un peu, mais quand on est bel et bien débandé, dévissé, enterré, on n'en a plus l'occasion. 2.Tiré de Laforgue: "Mais soudain vers les cieux"; "Le mal s'accrochait"; "Le Mal qui là dans l'ombre flairait sa proie". 3."Mais soudain vers les cieux": Oh !... Là-haut... Une souris !... 4."Mais soudain vers les cieux jaillit un cri de rage"(Jules Laforgue) C'est qu'un géant s'a flanqué sur les doigts son marteau;ça ne fait pas un nuage. 5.Le... [Lire la suite]