01 juillet 2012

BELLES AMIES D'AVANT COMME VOUS ME MANQUEZ

BELLES AMIES D'AVANT COMME VOUS ME MANQUEZ En feuilletant les Amours et autres textes excellents de l'excellent Pierre de Ronsard. 1. "Mais vous embellissez de me voir à mal-aise, Tigre, roche de mer, la mesme cruauté" (Ronsard, Le Premier Livre des Sonets pour Helene, XXXVII) Les féministes auront beau dire, quand ça minaude, ça minaude. De plus, si jamais le tigre est sur la roche de mer, alors vous avez intérêt d'aller pêcher ailleurs, ou d'aller carrément chercher votre poisson chez le poissonnier, c'est moins risqué. 2. "Du... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 juillet 2012

LAQUELLE PREFEREZ-VOUS ?

LAQUELLE PREFEREZ-VOUS ? 1. Aigle savant souvent s'aventure Ou Aigle savant s'aventure souvent Laquelle préférez-vous ? 2. "Mélancolie, chiendent du coeur ! Tu repousses quand on t'arrache" (Pierre Seghers) Mélancolie, chiendent du coeur ! Tu repousses quand on t'arracheAprès si on te laisse grimper Nous voilà bien noués enroncés enlierrés Et c'est des bourgeons qu'on crache. 3. "La vie me fut un merveilleux voyage" (Pierre Seghers) La vie me fut un merveilleux voyageDommage qu'on m'ait piqué mes bagages Pis après qu'j'ai fait... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 juin 2012

DES MOTS ET DES MORTS

DES MOTS ET DES MORTS 1. De quoi parle un roman ? - Des mots et des morts. 2. Le temps sans doute se divise à l'infini comme une sphère qu'un couteau découpe en une infinité de tranches. 3. La musique, du temps acheté. Les étants sont du temps acheté. On ne prend pas du bon temps, on s'en paye. 4. Le libéralisme économique a pour but de tout rentabiliser. Le socialisme a pour but de tout administrer. Les deux ont pour but de tout contrôler et sont donc voués à l'échec. 5. Perdre son temps, c'est, de fait, considérer que l'on n'en... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 juin 2012

A LA HACHE

A LA HACHE 1. "A la verticale de Terre-Neuve, le soleil fend le temps en deux à la hache" (Luc Bérimont) Epatant, ce rythme bien marqué en fin de séquence : "Le soleil / fend / le temps / en deux / à la hache", surtout qu'il est souligné par le "h" de la "hache" qui sait se faire entendre. C'est qu'c'est comme ça - et il en faut, et il en faut, des fagots - comme ça qu'il se fait ses réserves de bois de temps, le chauffant sempiternel. 2. "Ce soir, je suis vivant parmi des millions d'hommes, Dans un port chinois abandonné des... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 juin 2012

ONC ONC ONC

ONC ONC ONC RONSARD : "LES DERNIERS VERS" (Il faut laisser maisons et vergers et jardins...) "Il faut laisser maisons et vergers et jardins, Et vaisselles et vaisseaux que l'artisan burine, Et chanter son obsèque en la façon du cygne Qui chante son trépas sur les bords Méandrins. C'est fait ! j'ai dévidé le cours de mes destins, J'ai vécu, j'ai rendu mon nom assez insigne ; Ma plume vole au ciel, pour être quelque signe, Loin des appas mondains qui trompent les plus fins. Heureux qui ne fut onc, plus heureux qui retourne En rien... [Lire la suite]
28 juin 2012

BIERE NOIRE

BIERE NOIRE "Dans le clair petit bar aux meubles bien cirés, Nous avons longuement bu des boissons anglaises" (Valéry Larbaud, Scheveningue, morte-saison) C'était très ciré clair ce petit bar Où nous picolions tranquillos des bières Noires pour moi et des thés parfumés pour toi Tu étais mignonne comme un bonbon anglais J'avais le palpitant qui battait toi toi toi Dehors la mer chatouillait la falaise Ce qui la fit même pas rire la falaise C'est qu'ça rit pas facile une falaise Tandis que toi tu souriais d'aise Dans ce très ciré... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juin 2012

PERIL A SIFFLER

PERIL A SIFFLER "Il ne faut pas siffler entre ses dents la nuit on risque d'attirer à soi une sirène" (Raymond Queneau, Fendre les flots, "La voie du silence") Donc, dans l'univers à Raymond (vous permettez que je vous appelle Raymond), siffler la nuit est dangereux. C'est que, nous dit le poème, "on risque d'attirer à soi une sirène". Evidemment, si l'on veut rester vivant,vaut mieux éviter de se retrouver face à face avec une féroce qui après vous avoir vidé la libido, risque bien de vous bouffer tout cru, ne laissant que les os,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 23:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 juin 2012

SI LA LUNE AVAIT DES CORNES ET AUTRES BREFS

SI LA LUNE AVAIT DES CORNES ET AUTRES BREFS 1. Si la lune avait des cornes, facile on lui flanque un mufle entre les deux yeux, et puis elle regarde passer les trains de nuit. 2. Les gens qui passent, passent avec leur voix, leur voix à eux, qui dit des choses qu'heureusement qu'on les entend pas, sinon, on pourrait devenir assassin, ou saint, ou amoureux, ou désespéré. Rien que du malheur quoi ! 3. Ce que pensent les gens est inimaginable, et aussi hypothétique que le bien que l'on pense de vous. 4. Quand on vit sur la digue,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 juin 2012

ELLE A PASSE LA JEUNE FILLE

ELLE A PASSE LA JEUNE FILLE (En feuilletant le numéro 47 de la revue Vagabondages, "La France en poésie" avril 1983). 1. "grande demeure sous tes côtes" (Béatrice Kad, Je flambe dans les cheveux) Est-ce donc du coeur que cause ici la poétesse ? Si c'est du coeur, et l'expression ici pourrait en être la périphrase, elle dit bien cette habitude que nous avons de loger les visages en nos coeurs, et leurs sourires, et leurs grimaces. 2. "Une négresse par le démon secouée" (Mallarmé) Ah ! c'est qu'il n'hésitait pas, le démon colon, à la... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 06:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 juin 2012

ET PUIS APRES ?

ET PUIS APRES ? En feuilletant la revue Poésie 1, "Anthologie de la nouvelle poésie française", tome 2, Librairie Saint-Germain-Des-Prés éditeur, décembre 1969. 1. "Il pleut. La révolution emporte le tour du potier, les roses dont j'ai compté les pétales." (Jacques Izoard) D'la flotte. Des cercles. Petits dans les flaques. D'la flotte, ça floque sur les roses. Pourquoi qu'je dis "des cercles" puis que j'précise "petits dans les flaques" et pas qu'j'écris " Des petits cercles dans les flaques" ? C'est qu'la pluie, c'est des cercles... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,