05 mars 2015

IL FAUT SORTIR DU BOIS ; LES LOUPS MONTRENT LEURS CROCS

IL FAUT SORTIR DU BOIS ; LES LOUPS MONTRENT LEURS CROCS 1.« un peuple renfermé dans une ville, où tout ce qu'il y a d'odieux devient plus odieux encore »(Montesquieu, « De l'esprit des lois ») Voilà qui aurait dû faire réfléchir les irresponsables qui ont pondu villes nouvelles, grands ensembles, zup, zac et culs-de-sacs, puis ont tenté de rentabiliser leurs méfaits architecturaux par le regroupement familial. 2.La seule chose qui sauve François Hollande de l'inefficacité absolue, c'est sa détermination à... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 mars 2015

JE SIGNE ENCORE

JE SIGNE ENCORE 1.Rappel : une loi ne sert réellement la démocratie que si elle permet au citoyen de la contourner. 2.Il y a un devoir de subtilité et de nuance dans l'application des lois, un devoir de subtilité et de nuance qui, je le crains, échappe à bien des politiques. 3.Dans l'affaire dite « du mur des cons » - bagatelle et potacherie ! - le reproche que l'on puisse faire à ces sereins magistrats, c'est de ne pas s'y être affichés eux-mêmes. 4.« Il en fut, de cette loi, comme de toutes celles où le... [Lire la suite]
04 mars 2015

JE SIGNE CE QUE J'ECRIS

JE SIGNE CE QUE J'ECRIS 1.De « l'homicide de soi-même » comme étant « l'effet d'une maladie » (cf Montesquieu, « De l'esprit des lois ») 2.Il y a quelque danger à réduire le suicidaire à un état maladif puisque c'est le renvoyer à la condition de sujet d'on ne sait quelle transcendance de la nature. 3.La question est de savoir si tous les suicidaires sont en capacité d'agir comme « bon leur semble ». 4.« Aux yeux des hommes, les actions sont toujours plus sincères que les motifs ;... [Lire la suite]
24 février 2015

NOTES SUR ABDICATION II

NOTES SUR ABDICATION II 1.Des fois l'un et l'autre : Non, c'est vous qui avouez ! Moi, j'avoue ? Et quoi donc ? On se cherche des poux, des secrets, des choses. On s'fictionne. 2.Un jour ou l'autre, on finit par essayer d'assassiner son bouffon ; il en reste toujours quelque chose ; il vous en veut et vous fait vieillir. 3.Somme toute, on passe une bonne partie de notre temps à coller nos yeux sur des écrans, nos oreilles à la radio et nos doigts sur des journaux. 4.D'ailleurs : le contraire d'ici,... [Lire la suite]
24 février 2015

NOTES SUR ABDICATION I

NOTES SUR ABDICATION I 1. Des fois, on est deux bipèdes debout. Il y a une petite table, un tiroir, des aveux. 2.Il y a un prisonnier me dis-je Puis j'me dis pardon ? Alors je me répète qu'il y a un prisonnier et je me sens fatalement plus libre. 3.Ici, il y a un prisonnier. C'est un être humain avec son Dieu. Bien malin qui peut dire qui est le geôlier. 4.Dans la caboche un prisonnier tourne en rond les mains dans les poches. Il s'appelle l'Ennui ; il est là à perpète, sauf que des fois il s'évade, mais il revient... [Lire la suite]
31 janvier 2015

CE QU'ON TROUVE DANS UNE CHANSON D'APRES-MIDI

CE QU'ON TROUVE DANS UNE CHANSON D'APRES-MIDI1.« Quoique tes sourcils méchantsTe donnent un air étrange Qui n'est pas celui d'un ange,Sorcière aux yeux alléchants,»(Baudelaire, « Chanson d'après-midi »)2.Une jeune fille avec des sourcils méchants, et qui me regarde tandis qu'elle n'existe pas.3.Un air étrange joué par une flûte et que l'on entend parfois la nuit quand la lune lâche ses tigres silencieux.4.Que voit-on dans les « yeux alléchants » de la sorcière ? - Brûler son cœur – si, si, regardez bien,... [Lire la suite]

25 janvier 2015

MES YEUX MES YEUX CROYEZ-MOI

MES YEUX MES YEUX CROYEZ-MOI 1.« Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne »(Baudelaire, « Parfum exotique ») Quand je m'ennuie des fois je jetteLes je par mon âme numéroDeux - qui n'existe pas plus que mon âme numéro un – MesYeux, mes yeux, croyez-moi ! - car j'y crois, moi, en ces cerclesFermés, ces masques cachés dans les masques, et qui s'exprimentEn une langue que vous ne comprenez pas, et qui enUn tour vous je passe dans leSoir je ramasse mes je défenestrés auChaud que je les remets dans... [Lire la suite]
24 janvier 2015

VOUS AVEZ DES IDEES BIEN SINGULIERES TONY !

VOUS AVEZ DES IDEES BIEN SINGULIERES TONY ! 1.« Vous avez des idées bien singulières, Tony! »(Agatha Christie traduit par Michel Le Houbie)Vous avez une de ces têtes ce matin mon ami enAvez une de ces bobines une de ces bobinesDes jours étranges, qu'on en a les Idées lourdes comme papillons de plomb ;Bien curieuses vos paroles ce matin mon amiSingulières vraiment et puis Tony puisque vous vous appelezTony maintenant qu'est-ce que vous faites donc avec ce couteau ?2.Vous avez une de ces têtes ce matin mon ami,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 janvier 2015

SURTOUT S'ILS SONT MORTS

SURTOUT S'ILS SONT MORTS 1.L'être revient toujours à la table des négociations avec l'étant ; sinon, il compte pour du beurre, il passe pour néant. 2.« quelque chose de magique. Cela vaut pour le cinéma, le téléphone, et bien d'autres choses. »(Ernst Jünger, « Les Prochains Titans », trad. M. Bouhazer) 3.L'être magique et à toute berzingue de la technologie, suivi de son lot de noires féeries. 4.« des techniques nouvelles et plus sûres « d'éducation » et de propagande affectant le... [Lire la suite]
23 janvier 2015

JE DORS AU LOIN CHEVAUCHE UN ROI

JE DORS AU LOIN CHEVAUCHE UN ROI 1.Stupéfaction à l'idée qu'il achète une maison de campagne, lui qui s'ennuie s'il n'a pas le dzim boum tintouin de la ville pour l'énerver. 2.Des nouvelles qu'on en est tout incrédule ! L'autre monde débarque dans le réel ! L'être autre ! La quatrième dimension en live !3.Là-bas d'un bout de l'année à l'autre bout du chemin à chaque bout de semaine qu'on pourra mettre les bouts.4.- Et où est-ce ?- Est-ce que je sais moi, qui ne sais déjà pas où j'ai mis le chapeau que je portais... [Lire la suite]