21 octobre 2014

PORTE-FANTÔMES

PORTE-FANTÔMES 1.Le saviez-vous ? On ne peut parler du silence sans le rompre. 2.Y en a aussi, les malheureux, qui se rompent le silence et les os. 3.Son ombre, toute notre existence tourne autour de celle-là, avec laquelle on s'escrime à ne faire plus qu'un, jusqu'à ce que l'on finisse par y glisser. 4.L'Histoire, cette suite de consciences abolies. 5.La morale ne peut être contrainte que par le droit. La démocratie est une tension entre l'éthique et la loi. 6.Aujourd'hui, je n'ai pas dîné avec mon spectre; nous n'avons pas... [Lire la suite]

20 octobre 2014

FRONDE DU BREF

FRONDE DU BREF 1.Ce ne sont pas les animaux qui ont des droits; ce sont les humains qui ont des devoirs. 2.Aucun droit n'est universel; seule la morale peut l'être. 3."Le corps plein d'un rêve : sept vies de Patti Smith", de Claudine Galéa, excellente fiction en podcast sur France Culture. 4."What strange fish / Hath made his meal on thee ?"(Shakespeare, "La Tempête", II,1 [Alonso]) 5."What strange fish", des gueules inédites profilant dans les eaux sombres ce qui constitue la base de l'existant : la mâchoire. 6."I'll swear upon... [Lire la suite]
19 octobre 2014

EAU TAPIS ET SPHINX

EAU TAPIS ET SPHINX 1.Eau, femme liquide qui cherche son squelette dans la poche des herbes. 2.Eau, porte d'eau qui ouvre le passage aux petits princes hippocampes. 3.Eau, gong muet, dont les ondes se confondent et se closent en cercles et bouches. 4.Eau, masque bleu de la translucide verte. 5.Eau, tambour effondré, soleil débattu, déchiqueté par d'invisibles mâchoires. 6.Eau, draps d'Ophélie, bras coupé, squelette à casque, errance du cheval gonflé. 7.Eau, qui tente sa peau sous le cornet à dés d'où tombent des dieux. 8.Eau,... [Lire la suite]
18 octobre 2014

EN ECOUTANT AOXOMOXOA

EN ECOUTANT AOXOMOXOA 1.Dirait-on pas qu'elle pleure de noirs filets, la "Femme nue étude pour les Demoiselles d'Avignon" de Picasso ? 2.Et dans ses grands yeux de ténèbres tourne l'énigme grise des couronnes. 3.Masque blanc et rire hautain des esprits qui n'en reviennent pas que pour de rire, c'est Anjenu qui tourne bras et mamelles dans l'oeil des fleuves. 4.Dans "Les Grandes Baigneuses" de Cézanne, y en a une, elle est déjà cubiste, dites donc, cubistement nue, avec du vert dedans. 5.Dans "Le Bain de Diane" de François Clouet,... [Lire la suite]
12 octobre 2014

COMME ELLE ETAIT SEULE LA MAISON PRIT FEU

COMME ELLE ETAIT SEULE, LA MAISON PRIT FEU 1."Le trottoir où je marche est cendreux."(Raymond Jean, "La Lectrice") 2.Trottoir cendreux, fille rousse - allumetteuh ! allumetteuh ! 3.Entendu dire que la langue de Shakespeare sonnait déjà singulière à ses contemporains; tout à fait autre donc le génie, ou alors c'est du storytelling. 4.Des fois, y en a, i se sentent pas d'être et d'avoir aimé. 5.Ai fait rire mes élèves en leur contant que, vu qu'elles proutent sans arrêt, les vaches, qu'on dirait, les vaches, de grosses poches de... [Lire la suite]
12 octobre 2014

PIPOBECQ EN PASSANT PAR PARADOXE

PIPOBECQ EN PASSANT PAR PARADOXE 1.Les footballeurs jouent au football. Les autres gens, non. Ils les regardent jouer ou ne les regardent pas. Tous cependant savent qu'ils existent. 2.L'araignée a huit pattes. Ce qui la classe dans les bipèdes à pattes supplémentaires. Elle ne joue pourtant pas de violon, fût-elle violoniste. 3.L'humain ne s'embête guère, il trouve toujours un moyen de se nuire. C'est ainsi qu'il tue le temps. 4.Les gens pressés, en fait, c'est le temps qu'ils pressent, compressent, dispersent et ils s'étonnent un... [Lire la suite]

11 octobre 2014

QUAND BIEN MÊME JE NE POUVAIS ET COMME SI JE DEVAIS

QUAND BIEN MÊME JE NE POUVAIS ET COMME SI JE DEVAIS 1.Depuis tout ce temps, ça n'a pas de sens; regarde-moi, j'agite ma cendre entre mes os. 2.Je t'aimerai toujours bien que je ne sois jamais et qu'entre mes côtes ne bat plus qu'une très lointaine flamme. 3.En vérité, je vous le dis, la flamme des enfers, c'est celle-là qui nous consume jour après jour, nous ride, nous dessèche, nous fume. 4.Je passe dans le mélancolique qui bruisse, feuilles d'où chutent des lutins qui volent nos âmes pour s'en faire des frondes. 5.Au vent le... [Lire la suite]
11 octobre 2014

JE ME SUIS FAIT LA BELLE TOUTOU TCHOUTCHOU

JE ME SUIS FAIT LA BELLE TOUTOU TCHOUTCHOU 1.La grande victoire du libéralisme, c'est d'avoir su faire du crétinisme une valeur marchande. 2.Quotidien des faits divers, inconséquences, sang versé... Le journal du matin est la bible du Diable. 3."Ma vie est démodée ainsi que les journauxD'hier"(Apollinaire, "Train militaire") 4.Façons d'être, vertiges plus ou moins contrôlés, des vies enfin cette mortelle impatience. 5.Serions-nous voués à l'absurde poisson des profondeurs ? Au monstre de tous les possibles ? 6."Nous marchons... [Lire la suite]
10 octobre 2014

GENRE DE CHANSON DECHIREE ET AUTRES

GENRE DE CHANSON DECHIREE ET AUTRES 1.J'avions conquête en têteMais v'là qu'on m'la coupée 2.Derrière chez nous y a-t-un étangEt pis des fois y a des corps dedans. 3.On ne défie pas la mort, même pas aux osselets; elle gagne toujours, qui feint souvent de perdre. 4.Ce qui a été, évidemment que ça reste le même; c'est ce qui est qui est différent. 5."Une flaque d'eau trouble comme mon âme"(Apollinaire, "Guirlande de Lou") 6."La mer nous regardait d'un oeil tendre et glauque"(Apollinaire, "Ma Lou je coucherai") 7.Si mon oeil ne... [Lire la suite]
09 octobre 2014

MON ETOILE A PÂLI

MON ETOILE A PÂLI 1."Les amants vont mourir et mentent les amantes"(Apollinaire, "Ma Lou je coucherai") 2."Personne cependant n'envisage la mort"(Apollinaire, "Ma Lou je coucherai") 3.Personne... et cependant... se dit-il en marchant sur les oeufs noirs de ses points de suspension... 4.Cependant, pendant que, tandis que : des cimetières. 5.Des fois, je me sens aussi vieux que dans votre souvenir. 6."Regarde-moi c'est moi je ne suis pas un songe"(Apollinaire, "La ceinture" [La Muse]) 7."Regarde-moi c'est moi je ne suis pas un... [Lire la suite]