20 août 2013

L'ÊTRE DE LA BOÎTE VIDE

L'ÊTRE DE LA BOÎTE VIDE 1.C'était pile poil ça : je ne me rasai point. 2.Un jour, elles m'auront, mes dents, me boufferont,Mes dents, et je serai entre mes dents, croquéComme bonhomme en pain d'épices ; ravalé. 3. "Quand je fais mon pâté, je ne veux voir personne."(Alexandre Dumas interprété par Gérard Depardieu dans le film "L'Autre Dumas", de Safy Nebbou). 4.Comme le couteau au milieu de la figure. 5.Elle fronçait, la mer, ses sourcils orageux. 6.Avec son oeil en feu, ça s'enflammait partout ;Vlouf ! Vlouf ! Vlouf ! qu'ça... [Lire la suite]

18 août 2013

LA TÊTE DANS LE SAC

LA TÊTE DANS LE SAC 1.Sur les trottoirs trempés passaient des pieds mouillés. 2.Elle portait un sac et dedans une têteQue je pense tranchée car comment aurait-ellePu y mettre dans ce sac un corps tout entier ? 3.Et le coulombrier brilla de son cou long. Note : Le coulombrier est un drôle d'oiseau. On dirait un fer à repasser. Mais avec une chemise. Vous me direz que j'aurais pu faire briller quelqu'un d'autre : un palefrenier, un collectionneur, un expert-comptable. Certes, mais je ne vois aucune raison pour qu'un palefrenier, un... [Lire la suite]
17 août 2013

IL N'Y A DE MIROIR QUE DANS LE MIROIR

IL N'Y A DE MIROIR QUE DANS LE MIROIRNotes sur les pages 6 et 7 du manuel CAP Français programme 2010, Foucher, 2010 1.Ce document n'est pas une pipe. Il donne cependant quelque chose à voir. Quelque chose avec des yeux qui nous regardent mais ne nous voient pas. 2.Ils sont plusieurs, les portraits, comme les masques et les dieux. J'en profite pour signaler que Dieu existe, puisque nous l'avons inventé. Ensuite que Dieu joue aux dés, ou pas, cela dépend de ce nous inventons et que nous lui donnons : foudre, dés, doigt, oeil, poil,... [Lire la suite]
15 août 2013

LE TRAIN PASSE MAIS LA VACHE N'ABOIE PAS

LE TRAIN PASSE MAIS LA VACHE N'ABOIE PASNotes sur le poème Le livre des réclamations, de Henri Michaux. Dans la première strophe, ce sont des gueules, ses phrases, des gueules ouvertes et qui clament, puis qui réclament. Vous me demandez à qui il s'adresse. Pas à ma soeur, c'est sûr. Mais il se pourrait bien tout de même qu'il s'adresse, s'adressât, s'adressi à la grande invisibilité, ou au grand manipulateur de nous autres. A la mère Nature. Il ne compare pas le "vomissement" à un poisson qui vous ressortirait par la bouche. A... [Lire la suite]
14 août 2013

CHOSES AUTRES ET LOUISE RENNISON

CHOSES, AUTRES, ET LOUISE RENNISON 1.Red Sonja. La case prend la page. On y voit une jeune femme aux cheveux clairs (le dessin est en noir et blanc) chevauchant une licorne. On dirait bien qu'elle entre ainsi dans quelque château d'un moyen-âge de fantaisie. Elle est gantée et semble guerrière, genre amazone superbe. Elle regarde devant elle. En bas de page : "Story : ROY THOMAS - Art : ESTEBAN MAROTO, NEAL ADAMS, and ERNIE CHUA". Un exemple de l'art des Comics américains. Source : Phénix, n°45, juin 1976, p.32. 2.Drôle de bouquin... [Lire la suite]
12 août 2013

JE ME DEMANDE DE QUOI

JE ME DEMANDE DE QUOI 1.Tu t'en vas sans moi, mon ombre. Je me demande de quoi on va encore pouvoir m'accuser. 2.Ne laissez pas votre ombre traîner dans la rue. Elle pourrait partir avec un autre. 3.Que fait donc la vie, quand elle ne roule pas des mécaniques en roulant des cigarettes, avec cet air qu'elle a toujours de vouloir vous rouler dans la farine ? 4.Pourquoi le narrateur tutoie-t-il sa vie ?Parce qu'il la connaît comme s'il l'avait faite. 5."Alors résolument j'y mis du chameau"(Henri Michaux, Intervention) Alors... [Lire la suite]

12 août 2013

RIEN DE PLUS CERTAIN QUE LE PEUT-ÊTRE

RIEN DE PLUS CERTAIN QUE LE PEUT-ÊTRE 1.Il vaut mieux avoir un oeil sur la pluie. Elle tombe, c'est entendu. Mais on ne sait jamais. 2.Parfois les fenêtres se volatilisent, s'envolent, se jettent par la fenêtre. 3.Le XXème siècle fut le siècle de la mode et de l'effeuillage. 4.L'alcool fait grincer l'arlequin et désillusionne l'illusionniste. 5.Quand je vous disais qu'il fallait tenir la pluie à l'oeil : regardez cette femme, elle va disparaître. 6.La modernité tend à farcir le réel de liens, de fils, de cables, de connections.... [Lire la suite]
11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE I

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 1.La femme rompant l'oeil s'est couchée sur le pont et trempe le fluide pilier de sa chevelure dans la rivière. 2.Quelque part, l'aiguille à tricoter le réel, plantée dans la pelote de terre. 3.Le loup blanc ferme ses yeux. Le voilà - à s'y méprendre - toile blanche. 4.En écartant le réel, on réveille un oeil originaire et très étonné. 5.Lorsque le fantôme lui-même abandonne le château, alors la songeuse... [Lire la suite]
11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE II

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IIEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 16.Elle a beau pencher la tête et vous regarder, il y a longtemps que vous n'existez plus. 17.Le réel vous défile. 18.Dans l'épine, un lancier ; dans la tige, une songeuse. 19.Les visages font écho au passé. 20.Nos mains jouent avec le fil que nous perdons. 21.Au printemps, les filles sortent de la glace brisée. Certaines conservent pourtant ce masque mécontent qui semble dire : "Eh bien quoi ? Qu'est-ce... [Lire la suite]
11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IV

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IVEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 46.La voilà défilée et qui vous apparaît soudain sous un autre masque. 47.La peur est nue et courbe le dos, et courbe la nuque, pendant que, cherchant quelque morceau de réel à emporter, le long du mur, passe l'ombre. 48.La plante artificière aime qu'on la fête. C'est alors qu'elle fait sauter ses belles bleues, ses belles vertes. Le lendemain du bal, on la jette. Alors, on sème quelques graines de patience, et... [Lire la suite]