29 janvier 2013

SECRET RESSENTIMENT

SECRET RESSENTIMENT "Il conservait un secret ressentiment contre l'idée du devoir qui l'empêchait de se conduire à sa guise."(Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Chant Sixième, V, Presses-Pocket n°6068, p.231) : C'est là l'origine de la mauvaise humeur de bien des gens, le "secret ressentiment" contre tout ce que l'on a à faire et que l'on fait car il faut bien le faire (d'ailleurs, ce qui est fait est fait, et n'est plus à faire). S'il est vrai que chacun est touché par une grâce qu'il ignore, c'est souvent une bien mauvaise... [Lire la suite]

29 janvier 2013

ROI VIDE

ROI VIDE 1.Un roi vide dans une place vide. 2.Avez-vous remarqué que les choses finissent toujours par ne pas s'arranger. 3.Nous avons bien du mal à nous débarrasser de ce que nous ne sommes pas. 4.Chaque année, Sainte Entérite (la fidèle Gastro) revient nous visiter les boyaux. C'est chiant. Patrice HouzeauHondeghem, le 29 janvier 2013  
Posté par patricehouzeau à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 janvier 2013

CONTREES DE L'IMAGINAIRE

CONTREES DE L'IMAGINAIRE "avant de boucler ma valise et me mettre en marche pour les contrées de l'imagination"(Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Chant Sixième, Presses-Pocket n°6068, p.212) :L'imagination comme une destination, un autre lieu, un en-dehors. S'occuper de l'imaginaire, c'est s'occuper d'affaires étrangères. Patrice HouzeauHondeghem, le 29 janvier 2013  
27 janvier 2013

VOILA QUI VOUS RECONFORTE LE GRINCEMENT

VOILA QUI VOUS RECONFORTE LE GRINCEMENTFantaisies fragmentaires à propos de "Meurs pas on a du monde", chef d'oeuvre de San-Antonio/Frédéric Dard, Fleuve Noir n°103. 1.p.65. "Mais j'égare, disperse." : et même zut. 2. p.115. "Je parle un peu triste..." : On dirait le début d'un vers de la fin du XIXème, début du XXème, genre décadent picolo : "Je parle un peu triste et mon âme se lézarde,Quand je te vois si gauche et si pleine et hagarde,Gerber ton vin rouge dessus la place blanche,Car il a neigé, vois-tu ; t'as de grosses hanches."... [Lire la suite]
26 janvier 2013

ENTITES VAGUES

ENTITES VAGUESDe quelques bribes tirées de Les Chants de Maldoror, de Lautréamont. 1."que des entités vagues" : Des fois, les autres, on se dit qu'ils sont hantés par des entités vagues, des ensembles flous, des boules de gomme, des aliens en chewing-gum, et pourtant, ils sont si précis, les autres, si indiciblement précis. 2."en ayant l'oeil sur lui" : Au fond, nous nous méfions de Dieu. C'est si vrai que nous ne pouvons vivre qu'en gardant un oeil sur lui. 3.Lorsqu'on a l'oeil sur quelqu'un, se peut-il que cet oeil soit le... [Lire la suite]
24 janvier 2013

J'OUVRIS LA PORTE ET ENTRAI

J'OUVRIS LA PORTE ET ENTRAI De quelques bribes du roman "Le Meurtre de Roger Ackroyd", d'Agatha Christie, traduit par Miriam Dou-Desportes, Le Livre de Poche Policier n°617. 1."et en détacha quelque chose" : Nous en détachons des choses, avant que nous-même, la camarde nous détache, tout à fait, de tout. 2."d'un air un peu froissé" : Le temps, i fait pas qu'à nous pomper l'existence, il nous froisse l'air aussi. 3."et aussi avec les filles de service" : Ah bon. 4."ce flux de paroles" : Le réel est à flux et à mots. 5."Comment va... [Lire la suite]

24 janvier 2013

ENCORE LES YEUX OUVERTS SOUS CE CIEL

ENCORE LES YEUX OUVERTS SOUS CE CIEL De quelques bribes du "Théâtre complet de Sophocle", traduit par Robert Pignarre, Garnier Flammarion n°18. 1."aux lâches le soin de t'approuver" : Tchak ! ça c'est envoyé ! C'est que la vie demande du courage, je le sais, qu'j'ai peur d'un verre d'eau. 2."maintenant que la chance te sourit" : Ah ! le sourire de la chance dans un joli visage qui se dissipe soudain, voilé, floué, perdu. 3."Il m'en coûte" : Nous passons notre temps dans ce il m'en coûte. Exister coûte, et les dieux ne rasent pas... [Lire la suite]
24 janvier 2013

AVEC LA VITESSE DE L'ECLAIR

AVEC LA VITESSE DE L'ECLAIR De quelques bribes tirées de Les Chants de Maldoror, de Lautréamont. 1."avec la vitesse de l'éclair": c'est ainsi qu'on foudroie, ou qu'on se ramasse. 2."Si vous trouvez un pou dans votre route", c'est que votre chemin est chevelu. 3."aux suggestions de mon caractère" : cet autre en nous qui, si on n'arrive pas à le discipliner, n'arrête pas de nous mettre des bâtons dans les roues. 4."Je serai pour toi un frère" : C'est le genre de choses qu'on écrit. 5."Il a voulu devenir un objet" : étrange chose !... [Lire la suite]
24 janvier 2013

SUR LES BORDS

SUR LES BORDS Fantaisies sur quelques bribes du recueil "Chair et Sang", de C.K. Williams, traduit et présenté par Claire Malroux, Orphée/La Différence n°155. 1."s'interroger sur ces vers" (Claire Malroux) : C'est tout le problème de l'humain. 2."we fight for hours" : La querelle qui dure des plombes, un obligé de la relation, je suppose, une complication inhérente à l'état d'existant réflexif et relationnel. 3."the edges of my heart" : Moi aussi j'en ai, de tout petits lutins, qui se penchent sur le bord de mon coeur et versent... [Lire la suite]
23 janvier 2013

OU QU'UN ORME S'ARQUE

OU QU'UN ORME S'ARQUEBrefs sur quelques bribes de Gerard Manley Hopkins traduit par Pierre Leyris (Points/Seuil n° P1791) 1."Mes frères, vous le voyez..." que je suis un con, ce qui n'est pas le cas de Gerard Manley Hopkins, question poésie, un miracle. Un exemple ? Voici : "Look at the stars ! look, look up at the skies !O look at all the fire-folk sitting in the air !The bright boroughs, the circle-citadels there !Down in dim woods the diamond delves ! the elves' eyes !"(The Starlight Night) Comme quoi si vous reluquez les... [Lire la suite]