15 janvier 2013

MAIS A TOUT HASARD

MAIS A TOUT HASARD "Vivre le plus ; au sens large, cette règle de vie ne signifie rien." (Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe, folio essais n°11 p.87). 1.Il y a des personnes qui sans doute ont pour projet existentiel de "vivre le plus". Et ceux qui vivent ce qui nous semble le moins peuvent avoir l'impression de "vivre le plus". Tel qui compose de la musique sans guère d'amis, ni longs voyages, ni concerts prestigieux, ni grands honneurs, ni foule d'admirateurs empressés, mais avec passion et régularité, a, avec raison, l'impression... [Lire la suite]

14 janvier 2013

AUTRES MEVOQUES

AUTRES MEVOQUESFantaisies à propos de quelques citations tirées du recueil Les Complaintes de Jules Laforgue. Citations entre guillemets et/ou en italiques. 1.Complainte des pianos qu'on entend dans les quartiers aisés:Parfois, pas clair, le scribe, ésotérique à virgules, elliptique comme les images d'un songe : "Ô jours, tout m'est égal ? ou, monde, moi je veux ?". Et heures, m'importe le temps, car moi, je passe. Ou frites, me plaisez, avec de la mayo. 2.Scribe ésotérique, ontologique aux "Fatales clés de l'être un beau jour... [Lire la suite]
14 janvier 2013

M'EVOQUE

M'EVOQUEFantaisies à propos de quelques citations tirées du recueil Les Complaintes de Jules Laforgue. Citations entre guillemets et/ou en italiques. 1."Puis les squelettes de glycines aux ficelles,En proie à des rafales encore plus mesquines !"(Complainte d'un autre dimanche) Le mot "squelette" m'évoque les timbales d'une "danse macabre". C'est culturel : nous faisons danser les morts, eux qui, par définition, ne dansent pas. Une manière de souligner que la vie est une danse, que l'on se doit de danser, regardez, ils dansent bien,... [Lire la suite]
13 janvier 2013

ON Y PENSE ON Y PENSE AUSSI

ON Y PENSE ON Y PENSE AUSSIFantaisies à propos de quelques citations tirées du recueil Les Complaintes de Jules Laforgue. Citations entre guillemets et/ou en italiques. 1.Exister, c'est flotter dans la précision. 2."Complainte à Notre-Dame des Soirs" : pour dire les éclats de lune sur l'eau noire, ce vers : "Ciels vrais ! Lune aux échos dont communient les puits !" J'aime bien comme le "u" de la lune tombe dans le puits du chiasme (Lune aux échos dont communient les puits). Il y a aussi ce son sourd, ce "dont" du gong. 4.Lune,... [Lire la suite]
12 janvier 2013

DONC JE M'EN VAIS FLOTTANT

DONC JE M'EN VAIS FLOTTANTFantaisies à propos de quelques citations tirées du recueil Les Complaintes de Jules Laforgue. Citations entre guillemets et/ou en italiques. 1.Dès la dédicace de son recueil ("A Paul Bourget"), le poète commence par se regretter : "En deuil d'un Moi-le-Magnifique". Ainsi s'exhibe-t-il, lucide, fantôme du flop. 2.Dans ses "Préludes autobiographiques" (titre à la Erik Satie), il imagine des "mouvants bosquets" de "savanes sous-marines" : l'Afrique sous la mer (éléphants marins, lions de mer, serpents corail,... [Lire la suite]
12 janvier 2013

JE NE ME DEMANDE PAS

JE NE ME DEMANDE PASFantaisie autour de quelques mots d'Henri Michaux tirés de "La Nuit remue". Citations entre guillemets et/ou en italiques. 1."En fait, on ne sait rien du ciel du crabe" écrit Henri Michaux dans "Le Ciel du spermatozoïde". Comment le pourrait-on ? Nous croisons des crânes chaque jour ; dans chacun de ces crânes, un crabe ; au-dessus de ces crabes, un ciel. Dont nous ignorons tout. Dont nous ne pouvons saisir l'étoffe. 2.Dans "Le Lac", l'eau "continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons".... [Lire la suite]

09 janvier 2013

GLAUQUE GLAUQUE GLAUQUE

GLAUQUE GLAUQUE GLAUQUENotes sur quelques poèmes de La Nuit remue, de Henri Michaux. Les citations sont entre guillemets et/ou en italiques. 1.Dans "Un point c'est tout", Henri Michaux explique que "l'être essentiel" de "l'homme", eh bien, c'est un point. Il doit donc veiller à ne pas être encerclé. Il ne joue pas au go, l'humain, il est dans la partie. Il est aux intersections, et avance, point par point, sur l'immense grille des intersections que d'autres points tentent de contrôler. 2.Là où tu n'es pas, je n'y suis pas. 3."le... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
06 janvier 2013

FIT-IL EN ESPAGNOL ET EN ROULANT LES R

FIT-IL EN ESPAGNOL ET EN ROULANT LES R 1.L'avantage de l'alexandrin "Fit-il en espagnol et en roulant les r"c'est qu'en raison de la règle de l'élision du e final devant une voyelle initiale, il peut se mettre au féminin."- Ich komme sofort" fit-elle en espagnol et en roulant les r.Par ailleurs, je me demande qui est l'auteur de cet épatant alexandrin que notre professeur de français de 1ère, au Lycée Condorcet de Lens, de temps à autre, laissait filer au bout d'une phrase, pour nous désennuyer et nous faire sourire, car c'était un... [Lire la suite]
05 janvier 2013

COMME DE JE NE SAIS QUOI

COMME DE JE NE SAIS QUOIFantaisie autour du poème "Le sportif au lit", de Henri Michaux, in le recueil La nuit remue. Les citations sont entre guillemets et/ou en italiques. 1.Il est d'utilité publique de rappeler que nous sommes dans le "comme de je ne sais quoi". Louons Michaux. Le "comme de je ne sais quoi", c'est ce que nous échignons à préciser et à définir comment persister dans le "comme de je ne sais quoi", comment passer dans le "comme de je ne sais quoi", et naviguer, et glisser comme on glisse sur une patinoire, avec les... [Lire la suite]
05 janvier 2013

GOULU DES MOTS L'OGRE HUGO

GOULU DES MOTS L'OGRE HUGONotes en lisant le poème "Navarin", de Victor Hugo (Pièce V des Orientales. Les citations sont entre guillemets et/ou en italiques. "Si votre père était encore vivant, il se retournerait dans sa tombe."(La reine Guenièvre dans le Kaamelott d'Alexandre Astier) 1.Il est question dans le poème Navarin, - qui est le nom du port où les marines française, anglaises et russes anéantirent, le 20 octobre 1827, la flotte turque d'Ibrahim-Pacha - d'un "comme un lac des enfers" : j'imagine bien des démons crapauds... [Lire la suite]