25 janvier 2016

VINCERE !

VINCERE ! 1.Tout au long de sa vie refusé d'être sage. Spéculatif furieux, agité du bocal... absolument chronique... purement et simplement refusé tout raisonnable, tout l'embourgeoisement d'une carrière littéraire soigneusement orchestrée (c'est un métier!) qui aurait pu de son vivant, pourvu qu'il fermât sa gamelle politique, et puis un peu plus de souplesse dans ses relations, lui assurer honorabilité et fortune. Misanthrope du type à préférer la compagnie des bêtes à celle des bipèdes, voué l'essentiel de son existence à la... [Lire la suite]

29 août 2014

L'OEUF DE L'ECLAIR

L'OEUF DE L'ECLAIR 1.L'art du politique consiste à faire coïncider une demi-vérité avec un demi-mensonge, le tout constituant un oeuf à nous faire gober. 2."Les bourreaux meurent aussi" n'est une consolation que si on peut leur couper la tête. 3.L'autoritarisme vise à ce que ma liberté s'arrête là où ne commence même pas celle des autres. 4."- C'est tous des fantômes !... hi ! hi ! hi ! C'est tous des fantômes !..."(Céline, "Le Pont de Londres" [Un personnage]) 5.C'est qu'ça fantômie active vivace perspicaceTous ces vivants qui... [Lire la suite]
15 juin 2014

A VOUS JAILLIR SOUDAIN

A VOUS JAILLIR SOUDAIN 1."Je voyais plus très bien... sous le charme, le lieu, la situation... l'embarquement pour la berlue !"(Céline, "Le Pont de Londres") 2."Je voyais plus très bien..." et comme mon ombre non plus, nous nous heurtâmes, nous ramassâmes, nous confondîmes. 3."sous le charme"... ah ça faisait longtemps... qu'est-ce qu'elle fiche là ?... Hors de ma vue, beauté, mon désespoir... 4."le lieu": x ; "la situation": y, et le bonhomme : Fantômas ! 5.Voyez, on ne s'embarque souvent qu'pour la berlue... on met les voiles... [Lire la suite]
26 février 2014

RECULER EN REMONTANT

RECULER EN REMONTANT 1.Tiré de René Char: "La lune du lac"; "le doux feu végétal de l'été"; "un lit de profondes" (cf "Donnerbach Mühle") 2.La lune, je suppose qu'elle va au lac comme le visage au miroir. 3.J'aimerais tant, de nouveau, me laisser engourdir dans mon ancienne maison par "le doux feu végétal de l'été", que, des fois, j'en ai brindilles au coeur. 4.Moi non plus, je n'ai jamais contemplé le lit de la rivière aux profondes serpentes, aux longs yeux de menaces. 5.Tiré de Céline: "peu prou pas croyables"; "presque... [Lire la suite]
18 mai 2013

CABOCHE DEDANS

CABOCHE DEDANSDe la tendance qu'ont les humains à se massacrer puis de Céline, son Le pont de Londres, folio n°230. 1.Vent qu'il fait pas beau temps Un nouveau jourFatigué vague me sens état habituel c'est qu'iY a tout un tas d'petits machins à faire qu'çaMe saoule d'avance Plutôt envie d'écrire de meLaisser aller à la scribouille fantaisie C'estQue faut bien aller se rendre utile A la radioOn pérore sur la Syrie encore & toujours qu'çaS'massacre allégrement des deux côtés qu'on enTrouve des raisons et des symboles forts et... [Lire la suite]
16 mai 2013

SA NUIT LUI-MÊME AU BOUT

SA NUIT LUI-MÊME AU BOUT Foudre queue de lézard soleil brûlant forcément Voilà que j'associe des mots des images V'là leTemps qui passe sable s'estompant des visages &La chair apparaît Vous imaginez le tableau typeCouverture de pocket de Science-Fiction la face Blanche masque d'un visage des yeux sans yeux & Je regarde des statues leurs yeux sans yeux uneFace d'où s'écoule le sable s'effrite le masqueDe sable qui couvrait le masque de chair EvoquéA la télé le film Cria Cuervos tourné par SauraCarlos en 1975 film de la fin du... [Lire la suite]

11 décembre 2012

DES GRIFFES INVISIBLES

DES GRIFFES INVISIBLESExpressions, que par les cheveux de l'invisible et par les griffes du même, je tire de D'un château l'autre, de Céline, folio n°776. Sont ici en italiques. 1. p.255être avec toutes et tous : faire attention de rester soi, car toutes et tous ont des dents, et des yeux, et des griffes invisibles pour vous lacérer l'âme. 2. p.147"la preuve que j'écris pour" : pour quoi qu'on écrit, qu'on jette des syllabes dans l'océan des syllabes ? Mystère... C'est sans doute qu'on peut pas faire autrement, expressifs bestiaux. ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
09 décembre 2012

MANGER LE POISSON

MANGER LE POISSONNotes sur quelques citations et expressions tirées de l'article "Critiques au casse-pipe", par André Derval, in "Louis-Ferdinand Céline", divers auteurs, Le Magazine Littéraire, collection "Nouveaux Regards", 2012, pp. 65-66)   1.se révéler tortueux : il n'est pas si évident d'avoir l'air tout droit, alors qu'on est tout tortueux, noueux, tissé de carrefours où l'on hésite. J'admire les natures droites, moi qui vais très crabe de travers. Dans la page, il s'agit d'expliquer que, dès le début de sa carrière... [Lire la suite]
27 août 2012

LE PLUS RIGOLO C'EST QU'ON NOUS ECOUTE

LE PLUS RIGOLO C'EST QU'ON NOUS ECOUTE En feuilletant "D'un château l'autre", de Céline (folio n°776) 1."Un pays qui ne produit pas est dans la main de tous ceux qui produisent."(Arnaud Montebourg, sur BFM TV, le 26 août 2012)Alors, c'est-y pas qu'on va faire un effort sur les formations professionnelles, ou alors c'est que de la parlote et on va continuer à envoyer les mômes s'ennuyer à cent sous l'heure dans les lycées généraux ? 2."perpétuel carrousel" (Céline, p.258) : pour peu qu'on y songe, l'humain quelle formidable... [Lire la suite]
05 août 2012

LILI FANTÔME

LILI FANTÔME(cf D'un château l'autre, de Céline,folio n° 776, pp 164 à 175 ; les citationssont en italiques) "sapristis sapeurs cachottiers !..." CeStyle de fantaisie langagière du CélinePur jus de langue à dire choses cachéesEnfouies planquées ô richesses du mondeSous la peau des pierres sous l'écailleDu cauchemar les fabuleux trésors qu'onPeut ni voir ni savoir hyperocculte desQui échappent au regard ceux qu'on peutMême pas imaginer & structurent le réelAutrement qu'on croit qu'c'est sous uneLangue pareille singulière fantasque... [Lire la suite]