07 mai 2017

AH LES MONSTRES LES BEAUX MONSTRES

AH LES MONSTRES LES BEAUX MONSTRES   « And still those voices are calling from far away Wake you up in the middle of the night » (The Eagles, « Hotel California ») 1. Ah dimanche matin ! De 9 heures à midi, le "Classic Rock" de la radio Classic 21 et leurs beaux monstres électriques qui remontent du passé.   2. Ai pensé cette nuit à l'atmosphère des petits matins quand l'été vient et que la ville réveille corps et âmes.   3. Le théâtre de Molière… des couleurs s'agitent sur scène… et... [Lire la suite]

29 avril 2017

CET AUTRE PRÉSENT DANS LE PRÉSENT

CET AUTRE PRESENT DANS LE PRESENT   1. Fermer un service public de proximité dans une zone fragilisée revient à donner des voix aux partis extrémistes.   2. Parmi les présidents de la Vème, il y a Gilles Scardestain qui, d'après Monsieur Houzeau, s'appelait Valérie, ce que je ne comprends pas.   3. Cioran quand il a écrit son célèbre recueil « De l'inconvénient d'être né » il a prouvé qu'il était né au moins et ça c'est déjà quelque chose.   Quand on naît, on entre dans une maladie fatale qu'on... [Lire la suite]
27 avril 2017

JE PENSE AU MOT JAZZ ET AUTRES PENSÉES A QUI DE CHOSE

JE PENSE AU MOT JAZZ ET AUTRES PENSÉES A QUI DE CHOSE   1. JE PENSE AU MOT JAZZ   Je pense au mot jazz oh c'est un mot jazz que j'aime bien jazz je devrais dire jazz je songe à vous jazz ce mot songe au jazz va n'est-il pas jazz car vous êtes ô jazz prince sonnant grand seigneur des trompes et batteries soleils noyés dans l'ombre & subtil chevalier des rêveries au long des claviers jazz ô jazz grand pensif ô blues Je pense au mot jazz oh c'est un mot jazz que j'aime bien jazz je devrais dire... [Lire la suite]
07 mars 2017

DU SENTIMENT DE LA LIBERTÉ

DU SENTIMENT DE LA LIBERTÉ 1. « Je sens que je suis libre mais je sais que je ne le suis pas. »(Cioran, « De l'inconvénient d'être né », folio essais n°80, p.110)   Merveilleux Cioran qui d'un trait de plume raye bien des illusions.   2. La liberté relève du ressenti, et donc du ressentiment ; l'absence de liberté relève du savoir, et donc de la lutte.   3. Entre celui qui se croit libre et celui qui sait qu'il ne l'est pas, il y a le champ ouvert des promesses électorales.   4.... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
03 septembre 2016

PARAPHRASE D'UNE FATALITÉ A CIORAN

PARAPHRASE D'UNE FATALITÉ A CIORAN   1. Lors il avait « tant choyé l'idée de fatalité » [Cioran], il avait à la gamelle de son esprit tant nourri d'instants fatals,   2. Donc, ayant « tant choyé l'idée de fatalité » [Cioran] au prix de tous les masques joyeux et des politesses que l'on met à paraître heureux,   3. Ainsi « l'idée de fatalité » s'était si bien nourrie de « si grands sacrifices » [Cioran] qu'elle en avait englouti toutes les marionnettes.   4. Ainsi... [Lire la suite]
11 avril 2016

JEU D'BILLES ET BILLES DE CLOWN

JEU D'BILLES ET BILLES DE CLOWN1.« des apartés avec mon squelette » écrit Cioran ; discuter l'bout d'gras ? qu'la chair est triste hélas ? tous les livres lus ? Vieille branche Vieillerie à fantasque à conte Vieil os va Sceptique lucide comme une géométrie ou comme une mélancolie.2.« La dent de ton Erard, râtelier osanore,Et scie et broie à cru, sous son tic-tac nerveux »(Tristan Corbière, « A une demoiselle »)« Tic-tac nerveux » horloge piano débitant petites demoiselles... [Lire la suite]

03 avril 2016

LORS LA JEUNE JADE SUIVI D'AUTRES SOTTISES

LORS LA JEUNE JADE SUIVI D'AUTRES SOTTISESLORS LA JEUNE JADE…Lors la jeune Jade jouait au jokari ;Sophie sifflotait de vieux airs et du vin gris ;On servit du riz froid, d'la chantilly, des fraises,Quand Zut s'pointa pis cassa la gueule à Thérèse.Lors la jeune Jade strip-teasait au poker ;Sophie beuglait – elle en était au picon-bière ;Dans le jardin v'là qu'ça s'agita sur les chaises,Quand Zut s'pointa pis cassa la gueule à Thérèse.Lors la jeune Jade s'envola pour la luneOù Sophie hululait en sirotant d'la... [Lire la suite]
23 décembre 2014

TONNERRE ET SPECTACLE

TONNERRE ET SPECTACLE   1."une sensation qui ne veut pas s'effacer, une sensation ambitieuse"(Cioran, "Ecartèlement") Une sensation la douleur uneSensation qui résiste à la gommeQui prend le temps au corps quiNe veut pas écrit Cioran qui neVeut pas quoi donc qu'il ne voulaitPas Cioran s'effacer car l'être est destiné àS'effacer pour laisser passerUne foule d'autres êtresSensation oui moi aussi j'aime cetteAmbitieuse qui vibre en nous ses gencives.   2.Une sensation, la douleur, une sensation qui résiste à la gomme,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 octobre 2014

COMME ELLE ETAIT SEULE LA MAISON PRIT FEU

COMME ELLE ETAIT SEULE, LA MAISON PRIT FEU 1."Le trottoir où je marche est cendreux."(Raymond Jean, "La Lectrice") 2.Trottoir cendreux, fille rousse - allumetteuh ! allumetteuh ! 3.Entendu dire que la langue de Shakespeare sonnait déjà singulière à ses contemporains; tout à fait autre donc le génie, ou alors c'est du storytelling. 4.Des fois, y en a, i se sentent pas d'être et d'avoir aimé. 5.Ai fait rire mes élèves en leur contant que, vu qu'elles proutent sans arrêt, les vaches, qu'on dirait, les vaches, de grosses poches de... [Lire la suite]
01 novembre 2013

A TOUT LE MOINS

A TOUT LE MOINS 1.Pour être seul, il faut être deux. 2.Pour être seul, il faut être deux. Je connais peu de célibataires qui ne soient secrètement amoureux. 3.La mode intègre ; le style communautarise. 4.On a tant fait de Napoléon une légende de la volonté, une victoire de la raison de la République et de l'Etat, qu'en France l'on n'évoque jamais la folie du bonhomme, et l'on compense les incertitudes, sinon les fêlures, de son esprit par une sorte de mélancolie amoureuse qui certainement, selon le mot de Guenièvre dans le... [Lire la suite]