18 avril 2017

LE CERVEAU L'ESTOMAC ET LA BOUCHE

LE CERVEAU L'ESTOMAC ET LA BOUCHE1.Il me semble qu'assez cyniquement, les grands internationaux voient certains pays comme des bêtes malades qu'on laisse lentement crever.2.« Vous devez comprendre que je n'ai pas le temps de vous faire de la morale…'(Simenon, « Au Rendez-vous des Terre-Neuvas » [Maigret])Le politique court après l'économie, pas après la morale. C'est qu'il n'a pas le temps ; et ce manque de temps s'appelle la crise.3.Le politique tente, souvent en vain, de plaquer du vivant sur du mécanique,... [Lire la suite]

18 avril 2017

PÉRIL EN LA DEMEURE

PÉRIL EN LA DEMEURE   1. Fillon me fait penser au Tartuffe de Molière, un Tartuffe qui loucherait sur les seins de Marianne et convoiterait l'argent de la maison.   2. S'il y a parenté entre le programme des « insoumis » et le programme PS/PC de 1981, souvenons-nous que dès 1983, ce programme fut abandonné.   Le livret des "insoumis" sur l’Éducation en appelle à une « école commune de la 6ème République » : serait-ce la fin de l'enseignement privé ?   Le livret des "insoumis"... [Lire la suite]
17 avril 2017

POUR QUOI QU'ON PASSE DIS ?

POUR QUOI QU'ON PASSE DIS ?1.L'alliance bolivarienne ? S'agirait-il d'obtenir du pétrole en échange des armes avec lesquelles Maduro materait ses « insoumis » ?L'ALBA est certes une alliance économique et culturelle, mais aussi une alliance politique, et donc potentiellement militaire. 2.J'aime beaucoup l'expression « splendide isolement », ça vous a des airs de forteresse imprenable, d'en âme et conscience.Des fois qu'on vous dévore, vous inclut, vous met dedans, le « splendide isolement », est... [Lire la suite]
17 avril 2017

HISSEZ LA SOTTISE ET VOGUE LA GALÈRE

HISSEZ LA SOTTISE ET VOGUE LA GALÈRE   1. « La puissance civile étant entre les mains d'une infinité de seigneurs » (Montesquieu, « De l'Esprit des lois », livre XXVIII, ch. XLI)   Du lien entre politique et infini. Affirmer que tout est politique, c'est lui flanquer d'l'infini à tout ça qui s'agite et résout.   Au cœur de l'humaine animalité, une infinité du vouloir politique.   La politique, l'infini dedans, surtout si on s'dit que tout est politique, alors l'infini se met à... [Lire la suite]
03 avril 2017

DIX PIECETTES POUR FAIRE LA MONNAIE

DIX PIECETTES POUR FAIRE LA MONNAIE   1. CAR LA MER   « Car la mer et l'amour ne sont point sans orage. » (Pierre de Marbeuf)   En mer on a le mal de mer on gerbe ça rend les gouffres encor plus amers en amour on gerbe aussi triste on a trop bu.   2. PARFOIS QUAND ON S'ENDORT   « Le murmure du vent, de son bruit monotone, Dans mon cerveau lassé berçait mon noir souci. » (Musset, « La nuit d'octobre »)   Parfois quand on s'endort dans le silence on écoute... [Lire la suite]
26 mars 2017

ONDULATIONS D'L'ÂME RETOMBÉE

ONDULATIONS D'L'ÂME RETOMBÉE   1. « En la forest d'ennuyeuse Tristesse » (Charles d'Orléans, « Escholier de mérencolie »)   Quand on est en « forest d'ennuyeuse Tristesse », on est triste et tout ennuyé qu'les arbres tout moches sombres pis c'est long.   Pis c'est long qu'on dirait que les arbres c'est des horloges on passe on passe mais ça passe pas le temps c'est long.   « forest d'ennuyeuse Tristesse » dit Charles d'Orléans de mélancolie qui semble sombre et... [Lire la suite]

25 mars 2017

DES FOIS ON CROIT QU'ON PENSE

DES FOIS ON CROIT QU'ON PENSE   1. « parmi les images houleuses d'un cauchemar d'enfance » (Jean Ray)   Quand on a des « images houleuses », elles affluent en flots, les images et vous tourneboulent comme si vous étiez chez elles.   2. En français, on dit que la pluie tombe et si elle court, c'est qu'elle est forte et qu'elle court se mettre à l'abri. En français, on dit « une forte pluie » ou une « pluie fine », on ne dit pas « une pluie mince » mais... [Lire la suite]
01 février 2017

J'ECRIS PARCE QUE JE PREFERERAIS NE PAS

J'ECRIS PARCE QUE JE PREFERERAIS NE PAS   1. J'écris parce que je préférerais ne pas.   2. Avec ma parka à capuche et mon chien malade, je me fais l'effet du moine gelé de la vieille légende que je n'ai pas encore écrite.   3. J'écris parce que les mots me manquent.   4. J'écris parce que c'est la seule chose que.   5. J'écris parce que j'aime.   6. Des fois je panique dedans ma tête que le singe de la jungle de ma tête il ne sait plus où est passé l'homme dans toute cette agitation là. ... [Lire la suite]
14 janvier 2017

CORNEILLERIES EN FEUILLETANT MÉDÉE

CORNEILLERIES EN FEUILLETANT MÉDÉE   1. « Et de si longue main je connais ta prudence » (Corneille, « Médée », v.753 [Jason])   En français classique, l'expression « de si longue main » signifie « depuis longtemps » ah tiens il ne neige plus.   De si longue main ça veut dire depuis longtemps qu'on a l'impression d'une longue longue main glissant le long du temps.   Quand je lis l'expression « de si longue main » je songe une longue main se glissant dans... [Lire la suite]
02 janvier 2017

DES FOIS QU'ON ENTEND BOURNIFLER

DES FOIS QU'ON ENTEND BOURNIFLERcf (Lewis Carroll traduit par Jacques Papy, « De l’autre côté du miroir » Folio classique n°2657, pp 274-278)1.‘The question is,’ said Alice, ‘whether you can make words mean so many different things.’ (Lewis Carroll, « Through the Looking Glass »)« - La question est de savoir si vous pouvez obliger les mots à vouloir dire des choses différentes. »(Lewis Carroll traduit par Jacques Papy, « De l’autre côté du miroir » [Alice])Les remarques d'Alice peuvent sembler... [Lire la suite]