01 février 2017

J'ECRIS PARCE QUE JE PREFERERAIS NE PAS

J'ECRIS PARCE QUE JE PREFERERAIS NE PAS   1. J'écris parce que je préférerais ne pas.   2. Avec ma parka à capuche et mon chien malade, je me fais l'effet du moine gelé de la vieille légende que je n'ai pas encore écrite.   3. J'écris parce que les mots me manquent.   4. J'écris parce que c'est la seule chose que.   5. J'écris parce que j'aime.   6. Des fois je panique dedans ma tête que le singe de la jungle de ma tête il ne sait plus où est passé l'homme dans toute cette agitation là. ... [Lire la suite]

14 janvier 2017

CORNEILLERIES EN FEUILLETANT MÉDÉE

CORNEILLERIES EN FEUILLETANT MÉDÉE   1. « Et de si longue main je connais ta prudence » (Corneille, « Médée », v.753 [Jason])   En français classique, l'expression « de si longue main » signifie « depuis longtemps » ah tiens il ne neige plus.   De si longue main ça veut dire depuis longtemps qu'on a l'impression d'une longue longue main glissant le long du temps.   Quand je lis l'expression « de si longue main » je songe une longue main se glissant dans... [Lire la suite]
02 janvier 2017

DES FOIS QU'ON ENTEND BOURNIFLER

DES FOIS QU'ON ENTEND BOURNIFLERcf (Lewis Carroll traduit par Jacques Papy, « De l’autre côté du miroir » Folio classique n°2657, pp 274-278)1.‘The question is,’ said Alice, ‘whether you can make words mean so many different things.’ (Lewis Carroll, « Through the Looking Glass »)« - La question est de savoir si vous pouvez obliger les mots à vouloir dire des choses différentes. »(Lewis Carroll traduit par Jacques Papy, « De l’autre côté du miroir » [Alice])Les remarques d'Alice peuvent sembler... [Lire la suite]
02 janvier 2017

OUI MAIS J'AI BEAU ME RAISONNER

OUI MAIS J'AI BEAU ME RAISONNEROn suit l'enfant fantômedans le tunnelle gnome lève sa hache.1.J'dis ça j'dis rien mais à force d'aller chatouiller l'cosmos ça va finir qu'l'infini va finir par nous flanquer son néant là où j'pense.2.« Je rencontrai le bois du siège ! Il n'y avait plus personne. Le fauteuil était vide ! »(Maupassant, « Lui ? »)Quand on rencontre le bois du siège et qu'il n'y a plus personne, forcément la conversation tourne court.Parfois les choses ont l'air comme vides ; et... [Lire la suite]
31 décembre 2016

DES FOIS LE CIEL ON DIRAIT UNE RÉVOLTE

DES FOIS LE CIEL ON DIRAIT UNE RÉVOLTE1.« écrire c'est toujours : il était une foisun mort parti à la recherche de son corps »(Alain-Christophe Restrat, « Rien ne ressemble à écrire »)Comme l'écrit Restrat « écrire c'est toujours » comme si on fixait le présent mais des fois les bibliothèques y en a i z'y mettent le feu.Des fois il était une fois que les il était une fois des fois c'est piégé qu'ça vous revient soudain, qu'ça vous explose en pleine face.Ça revient parfois, un mort, esprit présence ou... [Lire la suite]
31 décembre 2016

FANTAISIES AVANT QUE QUELQUE ALÉA COSMIQUE

FANTAISIES AVANT QUE QUELQUE ALÉA COSMIQUE   1. Dans le « Testament de M. Pump » (une bédé de Hergé) le sinche Jocko come il est perdu dan la vile il se di je vas suivre l'« étoile filante ».   Il se dit le sinche je va suivre « l'étoile filante » qu'à mon avis c'est pas comssa qon artrouve son chemin vau mieu demander à quelqun.   Mais bien sûr c'est un sinche que s'il demande à quelqu'un son chemin on lui répondra pas passque Jocko c'est un sinche.   Défois on demande a... [Lire la suite]

31 décembre 2016

HU ! GOTHIQUES ET COMMACRIÉES

HU ! GOTHIQUES ET COMMACRIÉES 1.« Quand l'Automne, abrégeant les jours qu'elle dévore »(Victor Hugo, « Novembre »)Les jours dévorés par les saisons ; plantes, les longs herbivores les mâchouillent, rongeurs, les serpents les gobent.2.« Brouillard à ta fenêtre, et longs flots de fuméeQui baignent en fuyant l'angle noirci des toits. »(Victor Hugo, « Novembre »)Le matin les fenêtres sont parfois pleines de brouillard qu'on hésite à sortir des fois qu'la ville aurait été mangée.Pis y a... [Lire la suite]
22 décembre 2016

MÊME QU'ON LE RASSEMBLE ÇA S'DÉFAIT

MÊME QU'ON LE RASSEMBLE ÇA S'DÉFAIT   1. « Les années entrent les unes dans les autres » (Daniel Biga)   Peut-être quand on regarde de loin de son lit de vieux, de ses rides on en a plein on voit sa vie comme un carambolage d'années.   2. « Un à un les fantômes de l'opéra m'ébouriffent. » (Yves Martin)   Dans la rue y a du vent souvent (c'est le nord) si on a dans la tête des bouts d'opéras traînants ça peut vous ébouriffer l'entêtant.   3. « Mon Dieu c'est moi Ce... [Lire la suite]
22 décembre 2016

J'AVAIS MIS MA TÊTE DE CHIEN

J'AVAIS MIS MA TÊTE DE CHIEN   1. « Mais d'où vient ce bruit sourd ? Quelle pâle lumière Dissipe ces horreurs et frappe ma paupière ? » (Corneille, « Médée », v. 1209-10 [Egée])   Parfois on se demande d'où qu'il vient ce bruit sourd qu'c'est pêtre Poltergeist qui frappe qu'il est pas content on sait même pas pourquoi.   Quc'est ptêtre Poltergeist ou alors c'est l'plombier qu'on dit Qui c'est ? C'est l'plombier i dit mais c'est un perroquet qui dit Qui c'est ?   ... [Lire la suite]
22 décembre 2016

SONNET A NINON SUIVI DE QUELQUES HUGOLADES

SONNET A NINON SUIVI DE QUELQUES HUGOLADES   1. SONNET A NINON   Ninon tu es si belle comme un camion Eud d'pompiers que je serais ton pin-pon Ninon Ninon, marin je te donnerais le pompon Et toi tu dirais Mon dieu ce garçon est rond   Que je serais rond non Ninon c'est pas si sûr Que quand je te vois j'ai plus envie de biture Je t'offrirais pas des fleurs passque c'est périssab' Mais des oh c'est tellement bon   Que je t'offrirais des kebabs Avec la tomate les frites et les oignons Puis youplali... [Lire la suite]