01 janvier 2017

TOUJOURS EN ROUTE JE M'AMUSE (et du coup pour mon roman tintin!)

TOUJOURS EN ROUTE JE M'AMUSE (et du coup pour mon roman tintin!)   1. « - Moi je suis persuadé que vous en savez un peu plus long que vous ne l'avouez, Mrs Lawton. » (Agatha Christie traduit par Th. Guasco, « Les Pendules » [Hardcastle])   Ça comance ainsi jenre je suis persuadé que vous en savez un peu plus lon que vous le dite qu'on est dans le jenre enquete et percepicacité.   Après les gens disent ce qu'ils veulent bien mentir que c'est pour ça qu'on connaît pas le les coupable(s) ou... [Lire la suite]

08 septembre 2013

GRAINES D'OMBRE

GRAINES D'OMBREEn lisant les pages 7 à 16 du recueil de nouvelles "Les Ecuries d'Augias", d'Agatha Christie traduit par Monique Thies, Club des Masques n°72. 1) Pourquoi est-ce "toujours comme ça" ? Parce que, sans doute, il ne peut en être autrement. Le ça est essentiellement problématique. 2) Sur quelle propriété du langage Agatha Christie met-elle l'accent dans le second paragraphe de la page 8 ? Les mots, des fois, i masquent, les mots ; ils embrouillent, ils font du réel non plus un problème que l'on éclaircit en en précisant... [Lire la suite]
22 juin 2013

DEUX ESPIEGLES

DEUX ESPIEGLES 1."- Tiens, tiens, tiens, tiens ! murmura-t-il."(Agatha Christie traduit par Juliette Pary, Le Secret de Chimneys, Le Club des Masques n°218, p.123) Tiens voilà du boudin ouTiens tiens Tintin ouTiens donc il est déjà neuf heures ouTiens vous ici je vous croyais au zooMurmura-t-il l'espiègle-T-il, t-il, t-il, l'horloge du salon. 2."L'homme cracha véhémentement par terre"(Agatha Christie, op. cit., p.47) L'homme, un tatoué chuis sûrCracha - ça, à force de funker...Véhémentement - c'est vous dire la virulence du truc... [Lire la suite]
17 juin 2013

CURIEUX N'EST-CE PAS ?

CURIEUX N'EST-CE PAS ?Fantaisies en parcourant Le Secret de Chimneys, d'Agatha Christie, traduit par Juliette Pary, Club des Masques n°218. 1."j'ai vu cette fenêtre tout à coup s'éclairer pendant quelques instants."(Agatha Christie, Le Secret de Chimneys, p.129) J'ai - Minuit ! -Vu - quelle surprise ! -Cette toujours noireFenêtre à la chambre condamnée -Tout de même c'est c'qu'on m'a dit, A savoir qu'il y a belle lurette que, tout àCoup jaune électriqueS'éclairer la fenêtrePendant le temps que j'me suis dit comme c'est... [Lire la suite]
08 mai 2013

DONZELLES FANTÔMES

DONZELLES FANTÔMES A regarder le photo-montage du romanLe secret de Chimneys c'est un roman D'Agatha Christie à le regarder doncCe photo-montage tel qu'on le trouveDans l'édition Club des Masques dansLes années 70 de ces drôles d'imagesCouvraient leurs proses aux bouquinsDu Club des Masques alors on imagineQue c'est une histoire de fantôme ceRoman en tout cas il y a une demeureDans le soir qui tombe genre demeureDe maître imitation petit château unFantôme de donzelle flotte dessus leSol bleu mauve & à l'étrange miss laLumière qui... [Lire la suite]
17 décembre 2012

MOULINETTES A NEANT

MOULINETTES A NEANTDe quelques expressions tirées (ici en italiques) de la page 112 du roman "Le Major parlait trop", d'Agatha Christie, traduit par Claire Durivaux, Le Club des Masques n°108. "A nouveau son rire de gorge emplit la nuit."(Agatha Christie, op. cit., p.112) 1.être sur une piste : Si vous êtes sur une piste, attention aux Indiens, ainsi qu'aux dépisteurs, qui pourraient vous tirer la piste de dessous les pieds, que vous vous retrouveriez, gros-jean comme devant, hors-piste. 2.vouloir-dire : nous sommes sans... [Lire la suite]

10 décembre 2012

DU DIABLE SI

DU DIABLE SIExpressions tirées du roman Le major parlait trop, d'Agatha Christie, traduit par Claire Durivaux, Club des Masques n°108. 1. p.152Si l'on est malin, autant être très malin en effet. 2. p.160remarquer pensivement qu'on se le demande : c'est être insistant comme la songerie, persistant comme l'ironie. 3. p.62se laisser tomber sur le sable doré et chaud : quant à se laisser tomber, autant que ce soit sur un sable doré et chaud, car un sable gris et froid, ça le ferait pas. 4. (Je sais plus quelle page par exemple.)croire... [Lire la suite]
20 novembre 2012

FIGUREZ-VOUS QUE JE ME SUIS LAISSE DIRE

FIGUREZ-VOUS QUE JE ME SUIS LAISSE DIRENotes sur Agatha Christie, traduit par Claire Durivaux, Le Major parlait trop, Club des Masques n°108. 1."Miss Marple ne perdit pas une minute, car le vieux monsieur ne restait jamais seul longtemps." (p.89)Effectivement, avec les vieux messieurs, faut pas perdre une minute, laquelle pourrait tout aussi bien être leur heure dernière. 2."... et son principal plaisir dans la vie consistait à prendre le contre-pied avec énergie de tout ce que les autres tenaient pour vrai." (p.63)Qui à tout crin... [Lire la suite]
20 octobre 2012

SCRIBE MA POMME ET POINT TROP CHARMEUR

SCRIBE MA POMME ET POINT CHARMEUR Ecrit avec dans la main A l'hôtel Bertram, roman hôtelier d'Agatha Christie, traduit par Claire Durivaux, Club des Masques n°104, et dans la tête "I'm Partial To Your Abracadabra" de Ian Dury, tiré du tonique New Boots And Panties!! (1977). 1."décider pourtant de surmonter ses craintes" (Bertram, p.109): Quelqu'un qui décide de surmonter ses craintes décide donc de prendre sur lui, car cela vaut le coup sans doute de lutter contre les petites et grandes peurs qui émeuvent ce tas d'os  agité de... [Lire la suite]
09 octobre 2012

TOUT DE MÊME C'EST MARRANT

TOUT DE MÊME C'EST MARRANT(en feuilletant "A l'hôtel Bertram", d'Agatha Christie, traduit par Claire Durivaux, Club des Masques n°104). 1."Lorsqu'il rouvrit les yeux, l'armoire se trouvait toujours au mauvais endroit." (p.148)Le réel a cette fâcheuse tendance à se trouver toujours au mauvais endroit. Les choses aiment à nous contrarier. Le monde lui-même. 2.Il se pourrait quelquefois qu'une "côtelette de veau suivie d'un petit pudding arrosé d'une sauce aux mûres" (cf p.111) décide un écclesiastique à en chercher un autre. Ce qui... [Lire la suite]