20 août 2015

DZOïïïNG ! DIT-IL AVEC CONVICTION

DZOïïïNG ! DIT-IL AVEC CONVICTION   1. Les grands principes cachent parfois bien leur jeu de petits méfaits.   2. Quelle sera notre mort ? demande le fantôme à son vivant.   3. « le ressort qui avait animé l'oiseau s'est brisé » (Erik Lindegren, « Regard de pierre »)   4. L’œil fixe et la mécanique rompue Bec ouvert sur un appel d'air mécanique Comme s'il allait nous seriner du Kraftwerk.   5. Le ressort brisé, comme on brise une compagnie, et pourtant elle est là,... [Lire la suite]

25 juillet 2013

QUI DESCEND DU SOLEIL A LA TÊTE BRÛLEE

QUI DESCEND DU SOLEIL A LA TÊTE BRÛLEE 1."La reine touche presque à son terme fatal."(Racine, Phèdre, I, 2, vers 144 [Oenone]) La reine, je le vois bien, laReine, elle décline, la reine, qu'elle est toute verte,Touche à l'autre bord déjà de ses longues mainsPresque ban de feuilles mortes tant sont sèchesA l'autre néant qu'elle part flottante déjàSon regard surtout, il est plus vif du tout, son regard, àTerme qu'elle arrive la vioque à couronne dans leFatal et le royaume des ombres je la sens déjà. Note : élégance racinienne, tout... [Lire la suite]
13 juillet 2013

CHUINTE-CONSCIENCE

CHUINTE-CONSCIENCE 1.L'araignée se divise en huit pattes pour mieux régner sur sa toile. 2."Cette angoisse comme un élastique qui se retend et vous saute soudain à la gorge"(Antonin Artaud, L'Art et la Mort, in "L'Ombilic des Limbes", Poésie/Gallimard, p.133) Cette boule noire qui rebondit d'partoutAngoisse gueule de chienne qui lâche plusComme un chwark Un chuinte-conscience unElastique qui se retend dans l'espaceQui se retend dans le cercle dans l'espaceSe retend dans le centre dans le cercle dans l'espaceRetend tant tant tant,... [Lire la suite]
13 juillet 2013

TANDIS QUE JE BARAGOUINE

TANDIS QUE JE BARAGOUINE 1."Nous ne sommes pas habitués à des assassinats dans ces murs !"(Agatha Christie traduit par Juliette Pary, Le Secret de Chimneys) Nous non nousNe pratiquons pas l'homicideSommes pas des adeptes du bouillon d'onze heuresHabitués non vaiment pasA enterrer dans le parc aux arbres centenairesDes gens qu'on aurait occis lesAssassinats c'est pas notre styleDans ces murs des assassinats nonCes murs n'ont pas de morts sur la conscience cesMurs peuvent dormir sur toutes leurs oreilles. 2."puis j'ai compris que ma... [Lire la suite]
12 juillet 2013

ALLER A HURRIE

ALLER A HURRIE 1."Je le mets sur la table, je le tasse et l'étouffe"(Henri Michaux, Mes Occupations) Je le jarque jeLe jure que je le jarque je leMets dans le mais le pourtant l'aussi je le metsSur le grill avec les autres saucissesLa langue je la jerke sur laTable je l'assiette je la fourche je la coutelleJe prends après le museau je Le démasque je leTasse groin Et j'y ajoute la vinaigrette et les frites etL'étouffe dans mon grand noir je l'étouffe moi. 2."Il y a haine en moi, forte et de date ancienne"(Henri Michaux, Je suis... [Lire la suite]
09 juillet 2013

JONGLER D'LA LUNE

JONGLER D'LA LUNE 1."Je sens vibrer en moi toutes les passions"(Baudelaire, La Musique) Je sens chais pas quoi tout l'temps vivre qu'c'est je Sens bien que c'est étrange un peu tout de même vivre Vibrer des cordes à de drôles d'instruments que j'sensEn quoi qu'ils sont faits tous ces instruments que j'sensEn mes oreilles sifflépercutent sifflépercutent En moi ils sillonnent & fuséfizzent & tchouchouckent Toutes les vaches en moi les regardent passerLes vaches floues et leursPassions aussi passions que mes organes. 2."En... [Lire la suite]

08 juillet 2013

PLUMETIS GRIVERIES ET GRONGOGOGNES

PLUMETIS GRIVERIES ET GRONGOGOGNES 1."L'araignée y fera ses toiles,Et la vipère ses petits"(Baudelaire, Sépulture) L'araignée la vive arpenteuse hop a filé dessousY reste sous le meuble loin du talonFera sa toile au plafond plus tard quandSes gens à la maison feront dodo lesToiles magnifiques qu'elle fera alors dans les ténèbresEt le serpent quoi qu'il fait le serpent ?La froide foudre laVipère celle là aussi elle file dessousSes bottines à la fille trottinaient très vifs dePetits chais pas quoi chutaient dans la nuit. Note : Je me... [Lire la suite]
05 juillet 2013

GONG ! GONG !

GONG ! GONG ! 1."Et, la nuit, il fallait entendre les coups de pattes des chameaux quand ils essayaient de franchir les écluses, gong ! gong ! sur le métal et les madriers !"(Henri Michaux, Intervention) Et la nuit, de ses noyaux fleurissent des fantasmesIl fallait toujours que j'écoute me fallaitEntendre les coups de pattes des bêtesDes chameaux car comme le narrateur à MichauxChameaux je lâchais parfois dans le décorQuand ils essayaient les chameauxDe franchir s'obstinant aux obstaclesLes écluses par exemple Gong ! que ça... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
05 juillet 2013

FANFARE D'LA VOIX ETRANGE

FANFARE D'LA VOIX ETRANGEPour piano vif, tambour persistant, et violon dodo. 1."Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx,L'Angoisse, ce minuit, soutient, lampadophore,Maint rêve vespéral brûlé par le PhénixQue ne recueille pas de cinéraire amphore."(Mallarmé, Sonnet en yx) Ses purs ongles très longs - c'est une griffueSes purs ongles très longs - aux lèvres rouge sangSes purs ongles très longs - et à l'oeil noirDédiant très haut - c'est une sorcière à un rituelTrés haut qu'elle lève ses longs bras et d'ses onglesLeur onyx nix nix... [Lire la suite]
04 juillet 2013

ET DU LOUP Y EN A PLUS

ET DU LOUP Y EN A PLUS "Le Loup vient et s'assied, les deux jambes dresséesPar leurs ongles crochus dans le sable enfoncées.Il s'est jugé perdu, puisqu'il était surpris,Sa retraite coupée et tous ses chemins pris.Alors, il a saisi, dans sa gueule brûlante,Du chien le plus hardi la gorge pantelanteEt n'a pas desserré ses mâchoires de fer"(Alfred de Vigny, La mort du Loup) Le Loup comme d'hab' se pointe au bar de la plageVient et s'assied et commande un croque-monsieurLes deux jambes croisées et l'allure nobleDressées ses oreilles... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,