26 juin 2016

JE N'AIMERAIS PAS MOURIR A QUARANTE-CINQ ANS

JE N'AIMERAIS PAS MOURIR A QUARANTE-CINQ ANSEn écoutant les rock fantaisies de Pierre Henry puis « Strange Days » des Doors.1.Paul Lambda se promène le long de la page.Une poignée de mots lui suffit pour lui donner un horizon.2.Ça fait belle lurette que j'investis plus dans un repas pour séduire que pourtant ça me coûtait pas cher le lapin.3.Le poète évoque la « douceur retenue » que si elle est retenue la douceur, alors qu'est-ce donc qui est lâché à la gorge du jour qui vient ?4.« Car au monde rien n'a... [Lire la suite]

19 octobre 2015

CUT OFF SUIVI DE TIMELESSNESS

CUT OFF SUIVI DE TIMELESSNESSEn écoutant l'album « Mystery To Me », de Fleetwood Mac.1.Quand je pense au recueil « Seigneurs et nouvelles créatures », de Jim Morrison, il me semble quand j'y pense qu'il y est question de désert, et de serpents, et d'indien blessé, et aussi de piste, et de tous les fantômes du rock n' roll (eh oui, je suis un enfant du rock, de cette musique qui dit non, non, non et pourquoi non ? - parce que non) et, l'ouvrant au hasard, ce recueil, dont j'ai eu (je ne l'ai plus) jadis une... [Lire la suite]
27 septembre 2015

UN DÉBUT DE CHAIPAKOI ET QUELQUES VIVACITÉS PEU AMÈNES

UN DÉBUT DE CHAIPAKOI ET QUELQUES VIVACITÉS PEU AMÈNES1.Tous sont contents. On boit du blanc. On mange boudin blanc, raisin blanc. On s'engouffre de gaufres.2.Tous sont contents quand tacaclop tacaclop (et pis t'attrapes le crabe) arrive le chval d'la mort, le dada macabre. Qui qui lui a ouvert ?3.En outre (tombe), i cause, i parle, i jacte, ce chval, en angliche et en fransswais, mais d'abord il s'avale une dose de chval et de whisky.4.Tous sont blancs maintenant, blancs de blancs, aussi blancs que raisin blanc, boudin blanc,... [Lire la suite]
24 mars 2015

J'IMAGINE QU'ETANT UN PEU

J'IMAGINE QU'ETANT UN PEUEn lisant « Malpertuis » de Jean Ray, édition de poche J'ai Lu n°1677.1.Je tousse et je tousse en façon d'un diable qui cracherait des fœtus. 2.p.47. Philarète fétichiste, collectionneur de morts, de « bêtes » qu'il prétend rendre « plus belles que vivantes ».3.Parfois, les yeux laissent passer les points d'interrogation qui tissent nos consciences.4.Parfois, qu'on a d'l'imbroglio plein les nerfs ; ça imbrogliote, imbrogliote, imbrogliote tant qu'ça nous paralyse.5.Malpertuis... [Lire la suite]
24 avril 2013

DU CHANT QUI SE BRISE AU PLAFOND

DU CHANT QUI SE BRISE AU PLAFOND Fantaisie sur les deux premiers quatrains de L'Amour du mensonge, de Charles Baudelaire. Quand je te vois passer, ô ma chère indolente,Au chant des instruments qui se brise Tzin pis Bing bing bing v'là la mélodie qui s'débine duPlafond pis qu'i retombe en pluie puisque toutCassé brisé au plafond le chant i retombe toutCassé brisé le chant sur ta pomme indolente etChère en plus et suspendant ton allure lente &Harmonieuse tu t'arrêtes donc & promènes étant Très ennuyée assez souvent ce regard... [Lire la suite]
23 août 2012

ET POURTANT ELLES S'OUVRENT

ET POURTANT ELLES S'OUVRENT 1.Si la lune est, comme l'écrit Jim Morrison dans "Une prière américaine", une bête à sang sec, à poussière de sang, "a dry blood beast",c'est qu'alors nous arpentons l'échine d'une bête à sang chaud bouillant. 2.L'image du "tigre aveugle" qui seul pourrait sauver la Reine de la Grand Route (Queen Of The Highway) dans une chanson de Jim Morrison (No one could save her save the blind tiger), exprime peut-être l'idée d'une puissance aveugle, d'une menace qui dégage les chemins, écarte la foule, éloigne les... [Lire la suite]
23 août 2012

Y A DES MOTS

Y A DES MOTS Dans les poèmes parfois y a des mots qu'onPige pas ainsi le mot arnautes dans VictorHugo du poème Le Derviche des Orientales :"Un jour Ali passait : les têtes les plus hautesSe courbaient au niveau des pieds de ses arnautes"Heureusement qu'on y trouve des notes dansLes bouquins du coup j'apprends que le motarnautes désigne les soldats albanais ceciDit vous me direz qu'elle est belle celle--là de jambe que ça nous fait Après il y aItou les langues étrangères par exemple jeLis que l'expression anglaise les formulesLes... [Lire la suite]
06 juillet 2012

UN MORRISON UNE BIERE ET LA PLUIE

UN MORRISON UNE BIERE ET LA PLUIE "My wild love went riding, she rodeall the day;she rode to the devil, and asked himto pay."(Jim Morrison, My Wild Love) La musique est ce qui se traverseLa musique est ce qui se traverseComme on la traverse la rue cetteChanson on la traverse la mémoireEst une maison visitée la mémoirePar des jardins hantés la mémoire Les souvenirs nous y repassons etNous nous rappelons la fille d'ilY a longtemps un peu étrange elleEtait la fille d'il y a longtempsOn se dit qu'elle fut notre amourSauvage qu'elle... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 juillet 2012

FANTAISIE AUTOUR DE LA CHANSON THE SPY DE JIM MORRISON

FANTAISIE AUTOUR DE LA CHANSON THE SPY DE JIM MORRISON (inclus des pt'tits bouts du texte original en italiques, mais pas beaucoup pour respecter le droit d'auteur) Il y a aussi celui qui dit qu'il espionne, étant espion, c'est donc normal d'espionner, d'aller coller ses yeux et ses oreilles partout, qu'après, y en a qui disparaissent, faut en racheter, ça revient cher ! Il y a aussi celui qui espionne donc, dans la maison d'l'amour (wah !) qui dit qu'il est (I'm a spy in the house of love) et qui dit qui sait (qui dit qui sait qui... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,