29 janvier 2013

SOIF

SOIF "Un jour, avec des yeux vitreux, ma mère me dit : "Lorsque tu seras dans ton lit, que tu entendras les aboiements des chiens dans la campagne, cache-toi dans ta couverture, ne tourne pas en dérision ce qu'ils font : ils ont soif insatiable de l'infini, comme toi, comme moi, comme le reste des humains, à la figure pâle et longue."(Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Chant Premier, Presses-Pocket n°6068, p.33) Il est des phrases qui sont de petits poèmes. Cette phrase de Maldoror, je la trouve superbe. Avec cette mère "aux yeux... [Lire la suite]

29 janvier 2013

SUBSTANCE AUDACIEUSE

SUBSTANCE AUDACIEUSE "- Et qui es-tu, toi-même, substance audacieuse ?"(Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Chant Cinquième, Presses-Pocket n°6068, p.191) J'y avais jamais pensé, à "substance audacieuse", c'est marrant comme vocatif. Maintenant, ça peut vous valoir un noir regard, un froncement de sourcils, voire une engueulade. Je suppose que, pour certaines stars, les groupies, qui les pressent et les envahissent, doivent être faites de cette substance audacieuse. Patrice HouzeauHondeghem, le 29 janvier 2013  
Posté par patricehouzeau à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 janvier 2013

S'ELEVANT SUR ELLE-MÊME

S'ELEVANT SUR ELLE-MÊME "Quelquefois, la grille d'un guichet s'élevait sur elle-même en grinçant, comme par l'impulsion ascendante d'une main qui violentait la nature du fer"(Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Chant Troisième, Presses-Pocket n°6068, p.131) Ce qui me donne à songer quelque géante de fer, s'élevant sur elle-même en grinçant, et tendant une main de fer pour saluer une foule de fer, ou un poing de fer pour aplatir quelques uns de ces humains qui courent dans tous les sens. Patrice HouzeauHondeghem, le 29 janvier 2013... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
29 janvier 2013

SECRET RESSENTIMENT

SECRET RESSENTIMENT "Il conservait un secret ressentiment contre l'idée du devoir qui l'empêchait de se conduire à sa guise."(Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Chant Sixième, V, Presses-Pocket n°6068, p.231) : C'est là l'origine de la mauvaise humeur de bien des gens, le "secret ressentiment" contre tout ce que l'on a à faire et que l'on fait car il faut bien le faire (d'ailleurs, ce qui est fait est fait, et n'est plus à faire). S'il est vrai que chacun est touché par une grâce qu'il ignore, c'est souvent une bien mauvaise... [Lire la suite]
29 janvier 2013

CONTREES DE L'IMAGINAIRE

CONTREES DE L'IMAGINAIRE "avant de boucler ma valise et me mettre en marche pour les contrées de l'imagination"(Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Chant Sixième, Presses-Pocket n°6068, p.212) :L'imagination comme une destination, un autre lieu, un en-dehors. S'occuper de l'imaginaire, c'est s'occuper d'affaires étrangères. Patrice HouzeauHondeghem, le 29 janvier 2013  
29 janvier 2013

PRINCIPE SPIRITUEL

PRINCIPE SPIRITUEL "La vitalité se répandra magnifiquement dans le torrent de leur appareil circulatoire, et vous verrez comme vous serez étonné vous-même de rencontrer, là où d'abord vous n'aviez cru voir que des entités vagues appartenant au domaine de la spéculation pure, d'une part, l'organisme corporel avec ses ramifications de nerfs et ses membranes muqueuses, de l'autre, le principe spirituel qui préside aux fonctions physiologiques de la chair."(Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Chant Sixième, par.1) C'est une chose à... [Lire la suite]

26 janvier 2013

ENTITES VAGUES

ENTITES VAGUESDe quelques bribes tirées de Les Chants de Maldoror, de Lautréamont. 1."que des entités vagues" : Des fois, les autres, on se dit qu'ils sont hantés par des entités vagues, des ensembles flous, des boules de gomme, des aliens en chewing-gum, et pourtant, ils sont si précis, les autres, si indiciblement précis. 2."en ayant l'oeil sur lui" : Au fond, nous nous méfions de Dieu. C'est si vrai que nous ne pouvons vivre qu'en gardant un oeil sur lui. 3.Lorsqu'on a l'oeil sur quelqu'un, se peut-il que cet oeil soit le... [Lire la suite]
24 janvier 2013

AVEC LA VITESSE DE L'ECLAIR

AVEC LA VITESSE DE L'ECLAIR De quelques bribes tirées de Les Chants de Maldoror, de Lautréamont. 1."avec la vitesse de l'éclair": c'est ainsi qu'on foudroie, ou qu'on se ramasse. 2."Si vous trouvez un pou dans votre route", c'est que votre chemin est chevelu. 3."aux suggestions de mon caractère" : cet autre en nous qui, si on n'arrive pas à le discipliner, n'arrête pas de nous mettre des bâtons dans les roues. 4."Je serai pour toi un frère" : C'est le genre de choses qu'on écrit. 5."Il a voulu devenir un objet" : étrange chose !... [Lire la suite]
15 janvier 2013

DANS LES JAUNES CHOSES

DANS LES JAUNES CHOSES "Au clair de la lune, près de la mer, dans les endroits isolés de la campagne, l'on voit, plongé dans d'amères réflexions, toutes les choses revêtir des formes jaunes, indécises, fantastiques. L'ombre des arbres, tantôt vite, tantôt lentement, court, vient, revient, par diverses formes, en s'aplatissant, en se collant contre la terre. Dans le temps, lorsque j'étais emporté sur les ailes de la jeunesse, cela me faisait rêver, me paraissait étrange ; maintenant, j'y suis habitué. Le vent gémit à travers les... [Lire la suite]
15 janvier 2013

AVEC DES YEUX QUI NE NOUS APPARTIENNENT PAS

AVEC DES YEUX QUI NE NOUS APPARTIENNENT PASFantaisies sur des expressions tirées du livre "Les Chants de Maldoror", de Lautréamont, Chant Quatrième, Presses Pocket n°6068, collection "Lire et Voir les classiques", p.159. Citations entre guillemets et/ou en italiques. 1."avoir l'ombre qui dessine" : Quand on a l'ombre qui dessine, faudrait pouvoir la mettre à contribution pour lui faire composer des caricatures et des dessins épatants qu'on vendra aux journaux. Las, l'ombre s'enfuit, file, et ne demande pas votre reste. 2."être... [Lire la suite]