11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE I

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 1.La femme rompant l'oeil s'est couchée sur le pont et trempe le fluide pilier de sa chevelure dans la rivière. 2.Quelque part, l'aiguille à tricoter le réel, plantée dans la pelote de terre. 3.Le loup blanc ferme ses yeux. Le voilà - à s'y méprendre - toile blanche. 4.En écartant le réel, on réveille un oeil originaire et très étonné. 5.Lorsque le fantôme lui-même abandonne le château, alors la songeuse... [Lire la suite]

11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE II

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IIEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 16.Elle a beau pencher la tête et vous regarder, il y a longtemps que vous n'existez plus. 17.Le réel vous défile. 18.Dans l'épine, un lancier ; dans la tige, une songeuse. 19.Les visages font écho au passé. 20.Nos mains jouent avec le fil que nous perdons. 21.Au printemps, les filles sortent de la glace brisée. Certaines conservent pourtant ce masque mécontent qui semble dire : "Eh bien quoi ? Qu'est-ce... [Lire la suite]
11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE III

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IIIEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 31.La liberté est sans pudeur. Aussi lui fait-on la leçon. Elle n'en est que plus impudique. 32.Prenez garde, Mademoiselle, vos mains en veulent à votre cou. 33.Le temps est variable en genre et en nombre. C'est ce qui le rend insaisissable. 34.La plante oiselière a plus d'un bec dans sa tige. 35.Le train a déraillé du ciel, et Dieu en a été éjecté. 36.Le monde a plus d'un tour dans sa roue. 37.Du sable... [Lire la suite]
11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IV

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IVEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 46.La voilà défilée et qui vous apparaît soudain sous un autre masque. 47.La peur est nue et courbe le dos, et courbe la nuque, pendant que, cherchant quelque morceau de réel à emporter, le long du mur, passe l'ombre. 48.La plante artificière aime qu'on la fête. C'est alors qu'elle fait sauter ses belles bleues, ses belles vertes. Le lendemain du bal, on la jette. Alors, on sème quelques graines de patience, et... [Lire la suite]