21 décembre 2013

QUI ME TROTTINE PAR LA CABOCHE

QUI ME TROTTINE PAR LA CABOCHE 1.Une tête flottant au-dessus d'un cheval sans pattes, voilà tout mon Bonaparte, celui qui me trottine la caboche. 2.Tiré d'une traduction de Sophocle : "intercéder pour des coeurs"; "faire le procès de son père"; voir "s'ouvrir l'oeil sacré du jour" (Sophocle, Antigone, traduction par Robert Pignarre, revue par Charles Guittard). 3.Intercéder pour des coeurs ? - Autant intercéder pour des prunes. 4.La psychanalyse a fait le procès du Père, de la Mère, du Saint-Esprit, du réel et de l'irréel et,... [Lire la suite]

25 mai 2013

GENRE J'SUIS PLUS LA

GENRE J'SUIS PLUS LA 1."Ton coeur s'enflamme pour ce qui glace d'effroi."(Sophocle, Antigone, traduit par Robert Pignarre, GF Flammarion n°1023, p.45) Ton palpitant i fait rien qu'à tonCoeur s'épater du terrible, ton coeur, S'enflamme aux catastrophes, s'enflammePour les dégringolades, pourCe qui est bien malheureux, pour ceQui vire vinaigre, vilain vertige, venin, pour ce quiGlace les sangs et les visages, glaceD'effroi et fait fuir, à toutes jambes, cheveux dressés. Note : C'est Ismène qui dit cela ("Ton coeur s'enflamme pour ce... [Lire la suite]
04 mai 2013

LA MORT ATTEND ANTIGONE

LA MORT ATTEND ANTIGONENotes sur une page de l'Antigone de Sophocle dans une traduction de Paul Mazon revue par Jean Irigoin (cf Le Livre de Poche, "Classiques de Poche", n°6909, p.26-27). 1."La mort attend Antigone" : dont la beauté est irrémédiablement liée à cette mort, et à tous les discours qui la mettent en jeu, cette mort et cette beauté. 2."Savoir mieux que les devins" : Ce qui n'est pas difficile. Les antiques, dit-on, croyaient les devins. Que croyaient-ils au juste, sinon au masque cousu de syllabes qui recouvre le visage... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 01:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
29 janvier 2013

EN PARTANT

EN PARTANTDe quelques expressions de la pièce Antigone, de Sophocle, traduction de Paul Mazon, revue par Jean Irigoin. Livre de Poche n°6909. 1."parler suivant la raison" : il faut donc que la raison soit dotée de bonnes esgourdes, sinon, il se pourrait bien qu'elle n'entende pas ce que vous dites. 2. "n'obtenir d'autre tombe que des chiens" : C'est évidemment être dévoré. Dans le cas présent, il s'agit des guerriers qui mourront au combat. 3. "en m'en allant vers vous, je m'en vais vers les miens" : C'est Antigone qui parle ainsi,... [Lire la suite]
24 janvier 2013

ENCORE LES YEUX OUVERTS SOUS CE CIEL

ENCORE LES YEUX OUVERTS SOUS CE CIEL De quelques bribes du "Théâtre complet de Sophocle", traduit par Robert Pignarre, Garnier Flammarion n°18. 1."aux lâches le soin de t'approuver" : Tchak ! ça c'est envoyé ! C'est que la vie demande du courage, je le sais, qu'j'ai peur d'un verre d'eau. 2."maintenant que la chance te sourit" : Ah ! le sourire de la chance dans un joli visage qui se dissipe soudain, voilé, floué, perdu. 3."Il m'en coûte" : Nous passons notre temps dans ce il m'en coûte. Exister coûte, et les dieux ne rasent pas... [Lire la suite]
15 janvier 2013

DEMANDER OU EST LE PALAIS

DEMANDER OU EST LE PALAISFantaisies sur quelques expressions tirées de Oedipe Roi, de Sophocle, traduit par Robert Pignarre, GF n°18, p.127. 1."Oedipe est le jouet de mille pensées qui l'affolent."[Jocaste] Oedipe, c'est çui-là qu'a fait des grosses bêtises parce que le Destin le voulait bien. Est bien attrapé par la queue, l'Oedipe, est bien stupéfaite toupie. "De mille pensées" le voilà "affolé"; ce sont serpents dedans sa tête, ce sont serpents dans tout son corps qui remuent son sang et battent son coeur. Je remarque que... [Lire la suite]

23 juillet 2012

AH ! L'HUMAIN ! QUEL HOMME TOUT DE MÊME !

AH ! L'HUMAIN ! QUEL HOMME TOUT DE MÊME ! Notes sur Antigone, de Sophocle (Librio n°692, texte établi et traduit par J. Bousquet et M. Vacquelin (1897), préface d'Elsa Marpeau) 1. "Il faut que d'un danger il ait eu le présage Pour avoir convoqué d'un si pressant message Le conseil des vieillards." (Antigone, Prologue, Antistrophe 2 [Le Choeur]) A pressant message, danger pressant. Le Choeur souligne que quelque chose a eu lieu, que la tragédie des humains continue. Que pourrait-elle faire d'autre ? Les clans sont si chargés de... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 juillet 2012

COMME UNE MALEDICTION

COMME UNE MALEDICTION Notes sur Antigone, de Sophocle (Librio n°692, texte établi et traduit par J. Bousquet et M. Vacquelin (1897), préface d'Elsa Marpeau) 1. ANTIGONE Compagne de ma destinée, Ismène, ma soeur, de tous les maux que nous avons hérités d'Oedipe, en sais-tu un seul que Zeus veuille épargner à notre vie ? (Sophocle, Antigone, Prologue, librio p.17) Quelle ironie, ce début... compagne de sa destinée, Ismène, alors qu'elle va crever toute seule, Antigone... 2 ANTIGONE Du moins, j'ai conscience de plaire à ceux surtout... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 juillet 2012

LA PLUS NOBLE FIGURE

LA PLUS NOBLE FIGURE Notes sur Antigone, de Sophocle (Librio n°692, texte établi et traduit par J. Bousquet et M. Vacquelin (1897), préface d'Elsa Marpeau) 1. Antigone refuse de se plier à l'ordre du roi de Thèbes, Créon, qui est son oncle, à la contestatrice : Polynice - qui est son frère, à l'opposante - privé de sépulture, laissé au soleil et aux bêtes... affaire de famille... de clan... de principes. Or, les lois des dieux ne sont pas écrites. (C'est le Dieu unique qui, plus tard, initiera le droit universel). Antigone se... [Lire la suite]
30 juin 2012

SI CES MAXIMES ONT CREDIT DANS LES ENFERS

SI CES MAXIMES ONT CREDIT DANS LES ENFERS (En feuilletant Antigone, de Sophocle, dans la traduction de Bousquet et Vacquelin (1897), Librio n°692) 1. "Qui sait si ces maximes ont crédit dans les enfers ?" (Sophocle, Antigone, Second Episode, p.44 [Le Choeur]) A mon avis, il n'y a pas de raison pour qu'au royaume des flammes et des ombres les livres ne brûlent pas avec leurs auteurs. 2. Le diable n'a pas de loi. Il peut donc à loisir se renier. En cela, c'est un fin politique. On ne sait même pas s'il existe. 3. "Hélas ! c'est un... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,