01 février 2017

J'ECRIS PARCE QUE JE PREFERERAIS NE PAS

J'ECRIS PARCE QUE JE PREFERERAIS NE PAS   1. J'écris parce que je préférerais ne pas.   2. Avec ma parka à capuche et mon chien malade, je me fais l'effet du moine gelé de la vieille légende que je n'ai pas encore écrite.   3. J'écris parce que les mots me manquent.   4. J'écris parce que c'est la seule chose que.   5. J'écris parce que j'aime.   6. Des fois je panique dedans ma tête que le singe de la jungle de ma tête il ne sait plus où est passé l'homme dans toute cette agitation là. ... [Lire la suite]

12 janvier 2017

AUTRES BREFS QU'IL FAIT FROID TOUJOURS

AUTRES BREFS QU'IL FAIT FROID TOUJOURS   1. Soudain il se retira entraînant avec lui tout le réel qui se débina dans tous les sens et le monde ne fut plus que chaos.   Que des fois on entend « This Town Ai'nt Big Enough For Both Of Us » des Sparks qu'on se sent tout l'réel là nous frissonner dessus la peau.   Moi je me dis que l'anglo/américain du rock, ça doit être quelque chose comme la langue des fantômes familiers qui se fichent d'ma pomme.   2. Le train s'arrêta prit une bière et repartit.... [Lire la suite]
12 octobre 2016

UN SAC DE BILLES NOS POMMES

UN SAC DE BILLES NOS POMMES1.« Oh ! que tout m'est accidentel !Oh ! j'ai-t-y l'âme perpétuelle !… »(Laforgue, « Complainte des crépuscules célibataires »)Des fois on s'dit ah bin c'est pas de chance ou bien que tout arrive comme tombé du hasard qui plane là-haut (i nous voit pas).Qui plane et qui fait comme il veut et quand je dis faire, faut dire que parfois, le hasard est bien emmerdant.Vous y croyez vous qu'y a des « âmes perpétuelles » qui continuent à traîner les rues comme vous... [Lire la suite]
27 août 2016

LA REVOLUTION ? UN MENSONGE QUI A REUSSI

LA REVOLUTION ? UN MENSONGE QUI A REUSSI   1. L'événement finit toujours par se passer de l'humain. Il devient alors fatalité.   2. « Ce que le public veut, c'est être surpris par ce qu'il attend. » (attribué à Frank Capra par Franck Dubosc sur France Inter)   « Le public aime à être surpris mais seulement par ce qu'il attend. » (attribué à Tristan Bernard)   On trouve aussi  et toujours attribué à Tristan Bernard: « Au théâtre les gens veulent être surpris, mais... [Lire la suite]
23 août 2016

INSOLENT COMME UN QUI APPARAÎT MÊME QU'IL EXISTE PAS

INSOLENT COMME UN QUI APPARAÎT MÊME QU'IL EXISTE PAS1.Une chanson à la radio qu'le narrachanteur sur un ton désenchanté, fataliste et pas joyeux, répète qu'il « est temps d'aller se baigner ».Narrachanteur : narrateur qui narratte en musique que des fois s'il y avait pas la musique, on s'en apercevrait qu'c'est idiot son truc.Note : je mets deux « t » à la forme « narratte » pour faire plus narratatif. 2.Sans les films comiques, des fois la mélancolie elle en emporterait quelques uns dans sa... [Lire la suite]
22 août 2016

AGITATIONS DU VIEUX SECRÉTAIRE

AGITATIONS DU VIEUX SECRÉTAIRE   1. Des fois dans les romans d'aventures y a une voix inconnue qui convoque les personnages à un rendez-vous dans le je ne sais où des pages.   2. « Tu as compris et tu vois clair en toi. » (Maurice Leblanc, « Le Triangle d'or » [Patrice])   Ça qui m'épate toujours qu'on puisse voir clair en soi qu'à mon avis on croit y voir clair que c'est juste qu'on déblaie un peu de ténèbres.   3. « et l'on aurait dit que, cette fois, un souvenir agitait le... [Lire la suite]

20 août 2016

DES FOIS QU'ON FINIRAIT PAR ATTRAPER DES FANTÔMES

DES FOIS QU'ON FINIRAIT PAR ATTRAPER DES FANTÔMES1.Quand je vois l'évolution du monde, si j'étais martien, je n'investirais pas un kopeck intergalactique dans la planète Terre. « O Terre, ô terre, ô race humaine,Vous me faites bien de la peine. »(Jules Laforgue, « Complainte du soir des comices agricoles »)2.Des fois qu'il y aurait des politiques et pis qu'ils diraient la vérité... non, j'plaisante.3.Des fois, j'me dis qu'l'humain a mis des siècles pour sortir de la misère afin de mieux rentrer dans la... [Lire la suite]
04 juillet 2016

EN ATTENDANT LE VIOLON REVENANT

EN ATTENDANT LE VIOLON REVENANT1.Je disais : cette nuit encore le violon revenant, le « Mystère de la chambre jaune », la voix, la phrase…2.« Je reste au seuil d'un monde qu'on démontreAttentif à la manière dont l'être se révèle »(Alin Anseeuw, « Sonnets » in « Anthologie « Le Jardin ouvrier 1995-2003 », Ivar Ch'Vavar & camarades, Flammarion, 2008, p.66)Y en a i s'croient « au seuil d'un monde » qu'c'est syllabes et orties pis qu'ils épient « l'être qui se... [Lire la suite]
18 juin 2016

POUSSIERES DE JE N'SAIS QUOI

POUSSIERES DE JE N'SAIS QUOI1.« Wren, en échange des leçons d'italien que je lui donnais, m'avait initié à l'étude de l'infinie langue anglaise. »(Borges traduit par Françoise Rosset, « Le Congrès », [le narrateur])Dans Borges un narrateur évoque « l'infinie langue anglaise » ça veut-y dire qu'l'anglais sonne et résonne à l'infini dans tous les univers.Peut-être y a tous les univers dans « l'infinie langue anglaise » à l'aut' mystérieux, qu'on sait pas qu'on meurt avant d'les entendre tous.Le... [Lire la suite]
03 avril 2016

LORS LA JEUNE JADE SUIVI D'AUTRES SOTTISES

LORS LA JEUNE JADE SUIVI D'AUTRES SOTTISESLORS LA JEUNE JADE…Lors la jeune Jade jouait au jokari ;Sophie sifflotait de vieux airs et du vin gris ;On servit du riz froid, d'la chantilly, des fraises,Quand Zut s'pointa pis cassa la gueule à Thérèse.Lors la jeune Jade strip-teasait au poker ;Sophie beuglait – elle en était au picon-bière ;Dans le jardin v'là qu'ça s'agita sur les chaises,Quand Zut s'pointa pis cassa la gueule à Thérèse.Lors la jeune Jade s'envola pour la luneOù Sophie hululait en sirotant d'la... [Lire la suite]