30 avril 2014

JE NE PEUX NE

 JE NE PEUX NE  "Je ne peux pas être venue pour rien. Il va se passer quelque chose..."(Solange, Ghiglano et Tomatis [Solange]) Je ne peuxNe peux pas je nePeux décidémentPas attraper ce chat de lune niEtre ce marin sur d'autres mers Je suisVenue dit la jeune fillePour assassiner cet homme et venger cette ombre etRien ne se passe comme prévuIl y a ce que l'on prévoit et il y a ce qui neVa pas ne va jamais comme ilSe doit de ne pas aller le réel est ce qui est destiné àPasser le réel n'est que mouvement et que dans leQuelque... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 octobre 2013

BRUIRE UNE RIVIERE

BRUIRE UNE RIVIERE 1."Je descendis à mon tour dans la cour, les tempes battantes, le coeur désordonné, les reins rompus."(Gaston Leroux, Le Parfum de la Dame en noir, Le Livre de Poche policier n°587, p.245) Je suis assez sot assez lent jeDescendis donc sottement et lentementA la cave au cadavreMon Dieu, pourquoi avoir mis ce cadavre-là ? C'est que laTour est bien pleine de fantômes évidemmentDans les tours y a toujours fantômes et courants d'airLa morte n'était point morte elle courait dans laCour en criant que je l'avais tuéeLes... [Lire la suite]
13 juillet 2013

TANDIS QUE JE BARAGOUINE

TANDIS QUE JE BARAGOUINE 1."Nous ne sommes pas habitués à des assassinats dans ces murs !"(Agatha Christie traduit par Juliette Pary, Le Secret de Chimneys) Nous non nousNe pratiquons pas l'homicideSommes pas des adeptes du bouillon d'onze heuresHabitués non vaiment pasA enterrer dans le parc aux arbres centenairesDes gens qu'on aurait occis lesAssassinats c'est pas notre styleDans ces murs des assassinats nonCes murs n'ont pas de morts sur la conscience cesMurs peuvent dormir sur toutes leurs oreilles. 2."puis j'ai compris que ma... [Lire la suite]
08 avril 2013

QUAND JE PASSE

QUAND JE PASSEEn écoutant la musique de Ascenseur pour l'échafaud, par Miles Davis. 1."Of course - I prayed -And did God Care ?He cared as much as on the AirHe Bird - had stamped her foot -"(Emily Dickinson, Car l'adieu, c'est la nuit, Poésie/Gallimard, p.172) Bien Sûr - que je priais -Et Dieu en eut-il Souci ?Pas plus que si dans l'Air Un Oiseau - eût tapé du pied -"(traduction : Claire Malroux) J'aime bien ces quelques vers d'Emily Dickinson dont la familiarité me rappelle certaines insolences à l'égard de la métaphysique dont... [Lire la suite]
06 avril 2013

A ECOUTER HOW HIGH THE MOON

A ECOUTER HOW HIGH THE MOON "A quatre heures du matin, l'été,Le sommeil dure encore.Sous les bosquets l'aube évapore        L'odeur du soir fêté."(Rimbaud, Bonne Pensée du matin) A écouter How High The Moon par Lionel HamptonQuatre mesures à peine et v'là qu'on s'émeut ;Heures que nous décomptez-vous ?Du temps passé à écouter la vieille magie du jazz ? LeMatin des gens passent des autos klaxonnentL'été est loin encore même qu'ça neige d'avrilLe temps fait métronome tic tac toc entre Sommeil et... [Lire la suite]
06 avril 2013

ET L'ON SAIT QUOI

ET L'ON SAIT QUOIEn écoutant le splendide, tonique, jazz Joe Jackson's Jumpin' Five. "Quant à ta mort, l'éclair aveugle en est en routeQui saura te choser, va, sans que tu t'en doutes."(Jules Laforgue, Complainte du Sage de Paris) Quant à toi, ma gueule, ma cligne de l'oeil, A l'heure où toc toc qui cogne à Ta carcasse, c'est laMort qui t'la saisira poudre à néantL'éclair Crack Dzim Boum !Aveugle comme l'amour, le glaive, le hasardEn éclairera la face figée elle ta face elle Est lividement surprise blafarde blême éberluéeEn est... [Lire la suite]

06 avril 2013

D'LA FLACHE

D'LA FLACHE"Si je désire une eau d'Europe, c'est la flacheNoire et froide où vers le crépuscule embaumé"(Arthur Rimbaud, Le Bateau ivre) Si - si, Sissi, je vous assure, je vous kiffe !Je vous adore, mon trésor, mon mont d'or, vousDésire, ma lyre, mon rire, ma belle à mourir,Une fois par semaine au moins, quand ce n'est pasEau que je bois, mais liqueur à délirerD'Europe, ma vieille Europe époumonnée ;C'est que t'es toute usée, vieille fumeuse de cheminées !La nostalgie m'étreint alors comme d'l'accordéon ouFlache - quel coup de jazz... [Lire la suite]
06 avril 2013

POURQUOI EMMA N'AIMEZ-VOUS PAS MA MIRABELLE ?

POURQUOI EMMA N'AIMEZ-VOUS PAS MA MIRABELLE ? 1."Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes."(Arthur Rimbaud, Le Bateau ivre) Mais - y a un mais à tout sauf à la mortVrai ah bin il est frais çui-làJ'ai - l'a-t-il fait exprès Arthur tous ces "ai" ?Trop - on désire jusqu'au trop après on râlePleuré bouh-ou ! ouin-ouin !Les voilà qu'elles s'avancent fières jeune fillesAubes ô aubes (j'écris ça pour moduler le son "o")Sont-ils poseurs ces poètes, et modulants donc ?Navrantes ; eh bien moi je suis déçu déçu déçu. 2."Toute... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
29 mars 2013

TÊTE DE CLOU

TÊTE DE CLOU 1."La musique souvent me prend comme une mer !"(Baudelaire, La Musique) La bestiole à sons qu'on ditMusique celle-là qu'arrête pas de jaser Souvent souvent souvent dans les trous du ventMe vient comme un spectre à trompette quiPrend un chorus comme on prend un train A par exempleComme par exemple When The Saints ou Saint JamesUne de ces entêtantes qui vous tangue tandis que laMer tangue au bout d'la rue et danse et swingue. 2."Vers ma pâle étoile"(Baudelaire, La Musique) Vers le verre où danse le fantôme du vinMa... [Lire la suite]
19 mars 2013

QU'UN

QU'UN "qu'un labyrinthe est le plus court chemin d'un chapitre premier au mot fin."(San-Antonio / Frédéric Dard, Meurs pas, on a du monde, Fleuve Noir n°103, p.103) Qu'un, j'aime ce palatal à nasale qu'a l'air de grincerLabyrinthe, façon électro-acousmatique énigme et bizarres sonsEst-il plus grand labyrinthe que le coeur des hommesLe plus grand des labyrinthes en vérité Plus que lui-même l'humain un infini qui  Court d'un point à un autre suivant unChemin qu'il croit avoir choisi D'un jour à l'autre pourtant voilà que... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,