05 juillet 2017

ET CETTE EPIDEMIE S'APPELLE L'HUMANITÉ ET AUTRES ABSURDITÉS

ET CETTE EPIDEMIE S'APPELLE L'HUMANITÉ ET AUTRES ABSURDITÉS   1. L'été porte drôlement son nom. Il est déjà nostalgie et nous rappelle que nous ne sommes pas voués à rester là.   L'hiver. Des sapins droits comme des i et verts, très verts, verts for ever.   Il arrive qu'en automne, l'eau tonne. Des reflets de foudre dans des flaques.   Quant au printemps, il procède du premier, du principe et du prince. C'est bien joli tout ça, mais du diable si je me comprends.   2. Je suis convaincu que les... [Lire la suite]

04 juillet 2017

BON C'EST PAS TOUT ÇA MAIS

BON C'EST PAS TOUT ÇA MAIS1.« Éloigné de ses yeux, j'ordonne, je menace,J'écoute vos conseils, j'ose les approuver,Je m'excite contre elle, et tâche à la braver.Mais (je t'expose ici mon âme toute nue)Sitôt que mon malheur me ramène à sa vue,Soit que je n'ose encor démentir le pouvoirDe ces yeux où j'ai lu si longtemps mon devoir,Soit qu'à tant de bienfaits ma mémoire fidèleLui soumette en secret tout ce que je tiens d'elle, Mais enfin mes efforts ne me servent de rien,Mon génie étonné tremble devant le sien »(Racine,... [Lire la suite]
04 juillet 2017

POURQUOI TANT HEIN POURTANT QUOI HEIN QUOI

POURQUOI TANT HEIN POURTANT QUOI HEIN QUOI   1. « Prétendez-vous longtemps me cacher l'Empereur ? » (Racine, « Britannicus », v.142 [Agrippine])   Y a-t-il des empereurs cachés ? Des royautés dissimulées ? De vastes domaines se déployant dans les plis du temps ?   2. Pourquoi y a-t-il tant de gens qui croient en un être qui n'est que parce qu'il n'existe pas ? (la réponse est dans la question).   3. Soit un mur. Qu'y-a-t-il derrière ? Le champ des... [Lire la suite]
02 juillet 2017

AH TIENS OUI POURQUOI AU FAIT

AH TIENS OUI POURQUOI AU FAIT1.La lune ne hulule pas. La lune danse glisse file en silence le long du fil de l'araignée du soir.La lune ne chante pas de douces chansons. La lune est un masque âpre, sous lequel se tordent les corps du rock n' roll.La lune ne joue pas aux échecs. La lune joue aux fous, qu'elle promène partout au gré de ses couteaux.2.Pourquoi est-ce que j'aime tant le rock n' roll ? Peut-être à cause de l'impression de vitalité urbaine que cette musique semble incarner.Le rock n' roll comme le jazz furent des... [Lire la suite]
02 juillet 2017

SMORLAQUEUE C'EST UN SERPENT

SMORLAQUEUE C'EST UN SERPENT1. « J'appelle nuit » écrit Quignard dans « Abîmes », au chapitre XVI, « la lumière dépensée » que quand on dépense trop de lumière ça finit par coûter cher.Quignard fait remarquer que « la lumière » est « dépensée dans l'espace » kcé donc un drôle de château l'espace avec des lustres partout.L'espace ça serait comme un vaste palais tout illuminé avec de grands blocs de  noir qui nous foncent dessus (encore heureux i sont loin).Quignard dit que... [Lire la suite]
01 juillet 2017

AVEC TOUT MON GRINCEMENT

AVEC TOUT MON GRINCEMENT   1. Cete ame ele se plaint en cete nuit chaufante (je dis ça passqu'i fait trop chaud) c'est la miene mès t'as chaud ossi toi (tu fumes trop).   La miene d'ame ele est pas parele que la tiene j'sais pas trop squ'il en sort d'la miene des phrases en forme de chien j'crois bien.   Si j'avais été scribe médiéval aurais-je pu écrire sans risquer le bûcher que les âmes peuvent parfois être parallèles... chaipas.   Défois le soir il est tellemant humble qu'il frait bien l'aumone (la... [Lire la suite]

20 juin 2017

OUI MAIS TOUT DE MÊME

OUI MAIS TOUT DE MÊME   1. Défois j'peux pas entendre « The Sound of Silence »(« Hello darkness my old friend ») sans m'avoir comme de la gribouille dedans (c'est bête).   2. Défois de la fatigue dans l'être, couteau qu'a perdu sa lame pis qui s'sent tout manche.   3. Un fantoche agite ses routes en moi, mais il balbutie, confond les noms des patelins, et me fourvoie.   4. Jadis j'ai haï les livres. Menteurs ! Je leur disais tandis que le réel s'enfuyait en se moquant du monde... [Lire la suite]
19 juin 2017

A DECLAMER AVEC LA VOIX DÉSABUSÉE D'UN COMÉDIEN FORT LUCIDE

A DECLAMER AVEC LA VOIX DÉSABUSÉE D'UN COMÉDIEN FORT LUCIDE1.« Je ne me suis pas consoléBien que mon cœur s'en soit allé »(Verlaine)Des fois on a le cœur « s'en soit allé »C'est quand on est triste tout seul puisqu'on n'a plus envie de rien et même pasd'chicons au gratin On n'a pas envie caron a l'cœur tout parti ailleurs qu'on nefait rien d'autre qu'attendre son retour2.« cloche en mer, fausse, assourdiede neige lente. »(Verlaine)Des fois j'entends des musiques étrangesà la radio Des fois ça sonne drôle... [Lire la suite]
18 juin 2017

ILS ONT BON DOS LES ESCARGOTS

ILS ONT BON DOS LES ESCARGOTS   1. C'est souvent quand on entend parler les autres qu'on se rend compte à quel point, dès qu'on l'ouvre, on peut être prétentieux casse-bonbons.   2. « Planer avec le condor se faufiler dans les ruines » (Michel Butor, « Lectures transatlantiques »)   Moi perso « planer avec le condor » comme il dit Michel Butor ça me dit pas trop que ça me paraît bien haut   que j'ai l'vertige et pis le condor i s'rait peut-être pas d'accord pis d'un... [Lire la suite]
17 juin 2017

PARCE QUILLÉ TOUDIS PARTI

PARCE QUILLÉ TOUDIS PARTI1.L'vieux cœur il avot mès come il allotbien avec sa vieille tête et ses vieuxlivres tout son vieil qilla dan l'être J'aime bien le verbe quiller qu'on ditça il n'est pas venu parce quillé alléà l'pêck et ce soir on mange du pichon2.« Pourquoi cette colère ? » se dit-ilpeut'êt'i vit pas come i voudrot dansla vie défois reste que ça la colère.  3.Un home bien diféran d'moiPourtan cete sotise & cetemaladrece n'seré-ce pas mapome j'lui reconos l'pépinon dirot pas moi mes si céma pome chui... [Lire la suite]