18 novembre 2013

AU FATAL SOSIE

AU FATAL SOSIE 1.La beauté, qu'on a envie de dire maudite, d'Antonin Artaud sur les cinq photographies de la couverture de L'Ombilic des limbes dans la collection Poésie/Gallimard. 2."Je sens sous ma pensée le terrain qui s'effrite"(Artaud, Fragments d'un journal d'enfer) La pensée masque le vertige de n'être que soi dans la multitude des présents. 3."- encore un jeu que j'oubliais -"(Agatha Christie traduit par Claire Durivaux, La Fête du potiron) Nous remplaçons nos jeux apparemment innocents par des jeux de toute évidence... [Lire la suite]

17 novembre 2013

ANGLES ET OUVERTURES

ANGLES ET OUVERTURES 1.L'ironie veut que lorsque l'on gifle un imbécile, généralement on se prend une claque. 2.Se tromper, c'est effondrer des perspectives au profit de quelques reflets dans un miroir, lesquels renvoient parfois à une authentique licorne. 3.Le sujet dépend d'une vérité qu'il ignore, qu'il ne pressent même pas; la pressent-il, qu'il lui donne un faux nom, un masque, une simagrée. 4.L'être, c'est l'ombre qui reste le long d'un mur écroulé. 5.Le philosophe ne donne pas l'exemple; il en signale juste l'existence. ... [Lire la suite]
17 novembre 2013

CASSE-NOIX

CASSE-NOIX 1.Le sens, une lueur soudaine dans le sommeil de brute des syllabes. 2.La civilisation est l'art de savoir accommoder les organes. 3.Ce qui explique la fascination pour les esprits, pour la mélancolie des fantômes, pour la jalousie féroce des spectres, c'est sans doute qu'ils sont dégagés à tout jamais des heurs et malheurs organiques. 4.L'autre est l'alibi de nos réponses. 5.Je n'ai jamais pu tomber amoureux sans penser que je cherchais un alibi. 6.Les horreurs du partout ailleurs ne me donnent aucunement l'envie de... [Lire la suite]
17 novembre 2013

ON SE FOUT DU FOU

ON SE FOUT DU FOU 1.En français, on raille celui qui déraille; on se fout du fou. 2.Un collègue, jadis, devant une liste d'aptitude :"C'est tout de même bien pour des gens qui savent à peine lire et écrire." 3.La ville, une galerie de trognes de plus en plus improbables, du citron cauchemar. On est vacciné. 4.Moi, dans le visage de l'autre, je ne vois ni l'humain en l'homme, ni dieu en l'humain, ni que sais-je et quoi encore; ce que je vois, moi, dans le visage de l'autre, c'est son crâne. 5.Rester fidèle à soi-même, c'est s'en... [Lire la suite]
17 novembre 2013

ET NON SANS IRONIE

ET NON SANS IRONIE 1.On ne prête qu'aux autres. 2.Le jour où Diderot me citera, c'est que je serai complétement fada, ou passé à l'étrange. 3.La nostalgie est une réaction au gouffre stupide du présent. 4. Le bref jalouse le poème. Aussi cherche-t-il à faire un effet boeuf de grenouille excitée. 5.Ecrire, c'est remplir l'être de l'acte de faire. 6.Dans une émission sur France Culture, répétée, clamée, proclamée par un comédien je ne sais où, cette proposition : "car le langage est l'image de la pensée". A quel univers télépathe... [Lire la suite]
17 novembre 2013

AH TIENS

AH TIENS 1."Que diras-tu ce soir, pauvre âme solitaire"(Baudelaire, "Que diras-tu...") Je dirai - ah tiens, je vais me faire des frites. 2."Le vin sait revêtir le plus sordide bouge"(Baudelaire, Le Poison) Que l'on ôte le "revêtir" et le "bouge", et l'on a : "Le vin sait revêtir le plus sordide". Certes, parfois, il est vrai. 3."Et ton corps se penche et s'allonge"(Baudelaire, Le Serpent qui danse) Et parfois je suis plein de et, et, et, et, comme si j'avais l'âme bégayée, et qu'j'étais enchaîné au "et". 4."Je ne sais quoi... [Lire la suite]

16 novembre 2013

LE SENTIMENT D'AVOIR FAIT QUELQUE CHOSE

LE SENTIMENT D'AVOIR FAIT QUELQUE CHOSE 1.Le sentiment d'avoir fait quelque chose est moins illusoire que le sentiment d'être quelque chose. 2.Il faut que la phrase soit pleine comme un oeuf, que vous aurez l'obligeance d'aller vous faire cuire. 3.Il faut que la phrase soit pleine comme un oeuf, que j'aurai, moi aussi, l'obligeance d'aller me faire cuire. 4."Allez vous faire conférer !" m'a lancé un jour un élève de méchante humeur et d'esprit vif. 5."dans de petits plis, les plis dans un frisson"(Henri Michaux, Vers la sérénité)... [Lire la suite]
16 novembre 2013

RESTE LE CHEMIN

RESTE LE CHEMIN 1.Pour les êtres quantiques, le néant est un couteau dont le manche a été muni d'une lame. 2.Les corps sont pleins de dégoûts couverts par une élégance de masque. 3.Pour le tyran, un pays, c'est d'abord une carte sur laquelle il étend sa main. 4.L'informatique prouve qu'entre le 0 et le 1 se niche l'infini. 5.Leur sexualité est anthropo-oculaire. C'est par notre oeil que les quantiques croissent et se multiplient. 6.Les chansons peuplent nos solitudes de paroles idiotes, de serments, de promesses, de poudre... [Lire la suite]
16 novembre 2013

ACROBATE ZOOMORPHE ET AUTRES BREFS

ACROBATE ZOOMORPHE ET AUTRES BREFS 1.Au fond, les économistes se divisent en deux camps : ceux qui croient en la relance par la consommation, et ceux qui croient en la relance par l'investissement. Les uns jouent à la roulette, les autres tiennent le casino. 2.Le problème est que, peu à peu, nous en arrivons à emprunter de l'argent au commerçant lui-même, qui est donc gagnant deux fois: en touchant des intérêts et en nous vendant sa marchandise. 3.Le chuchotis dans chaque bouche insinue ses cigales. 4.Parfois, je ne vois dans la... [Lire la suite]
12 novembre 2013

AUTRES QUANTIQUES

AUTRES QUANTIQUES 1.Les êtres quantiques, les pierres d'un jeu de go, toujours la même et toujours différente. 2.Pour les êtres quantiques, le principe d'identité n'a pas plus de sens que le principe d'indivisibilité et d'unicité. Ils sont tous singuliers et nombreux, tous divisibles parce qu'indivisibles, tous identiques parce qu'incohérents. 3.Dans l'univers quantique, les morts portent les vivants. Ils appellent cela "exister". 4.Les êtres quantiques, des points sur les faces du jeu de dés  auquel Dieu est censé ne... [Lire la suite]