08 novembre 2013

PUISSANCES ETRANGES

PUISSANCES ETRANGES 1."je sentais sur moi les yeux de"(Gaston Leroux) Vite ! Sortons notre aspirayeux ! 2."mais les géraniums géants continuèrent de saigner dans nos prunelles blessées."(Gaston Leroux) Abstraction lyrique. 3."Pour nous la religion est la connaissance de l'Etre qui est proprement notre être"(Hegel traduit par Gibelin, Leçons sur la philosophie de l'Histoire, Librairie philosophique Vrin, 1963, p.121). Pour nous la religion est la connaissance de l'Etre qui est étrangement notre être. 4.Dans l'amour pour Dieu, je... [Lire la suite]

07 novembre 2013

8 AMUSETTES EN SI PUIS AUTRE CHOSE

8 AMUSETTES EN SI PUIS AUTRE CHOSE 1.Si je n'existais pas, il faudrait que je m'invente. 2.Si en enfonçant votre couteau dans votre viande, elle se met à miauler, c'est qu'on vous fait passer du chat pour du lapin. 3.Si en vous penchant l'un vers l'autre, vous avez soudain l'irrépressible envie de la mordre, c'est que vous avez été récemment vampirisé, ou qu'elle tout à fait appétissante comme saucisse. 4.Si, de leur propre chef, vos sourcils se lèvent de surprise, faites donc un peu attention à ce que vous dites. 5.Si des yeux... [Lire la suite]
06 novembre 2013

LA MAJUSCULE DES PIERRES

LA MAJUSCULE DES PIERRES 1."Mon coeur est une urne où j'ai mis certains défunts"(Jules Laforgue, Complainte-litanies de mon Sacré-Coeur) Et bien, bien qu'en cendres, c'est qu'j'ai dû bourrer, moi ! 2."Ils hurlent en sifflant et l'ardente rafaleEmporte les éclats de leur voix sépulcrale."(Jules Laforgue, La Chanson des morts) Gothique ! Comme le rock ! 3."Oui, ce monde est bien plat; quant à l'autre, sornettes."(Jules Laforgue, La Cigarette) Comme dit l'être au néant. 4."Qui bien que je sois mort s'obstine à sonner... [Lire la suite]
06 novembre 2013

IL EST QUE J'AIME ECRIRE

IL EST QUE J'AIME ECRIRE 1."Et s'est montré vivant aux infernales ombres"(Racine, Phèdre, II,1, v.386 [Ismène à Aricie]) Et le gaillard pas épouvanté, il s'est - était-il bourré qu'il a ainsi montré sa fraise de vivant incrédule à ceux d'en bas, aux âmes qui flottent sur l'autre rivage, ces infernales d'une autre éternité, ces ombres sans chair, sans visage et sans nom ? 2."On ne voit point deux fois le rivage des morts"(Racine, Phèdre, II, 5, v.623 [Phèdre à Hippolyte]) On ne batifole pas ainsi là-bas; on ne part pas là-bas en... [Lire la suite]
05 novembre 2013

PERSISTER ET DISPARAITRE

PERSISTER ET DISPARAITRE 1."Quoi ? Ni Dieu, ni l'art, ni ma Soeur Fidèle; mais"(Jules Laforgue, Complainte de l'ange incurable) J'aime bien ce mais; je m'y arrête et j'y mets, derrière ce mais le temps qu'il me faudrait, et l'argent pour le remplir. 2."En deuil d'un Moi-le-Magnifique"(Jules Laforgue, A Paul Bourget) Eh oui ! 3."Depuis l'Eternité jusqu'à l'Eternité"(Jules Laforgue, Mémento) Ce qui me rappelle qu'il y a divers infinis, que ça fiche le camp dans tous les coins, l'infini, que ça se plie, se déplie, se multiplie, que... [Lire la suite]
05 novembre 2013

AMUSETTES EN SI

AMUSETTES EN SI 1.Si le soleil était un poulet rôti, la lune n'en finirait pas de grossir ; grosse dondon la lune alors ! 2.Si les oiseaux étaient des rois, le royaume des cieux leur appartiendrait. 3.Si l'être était une légende, la métaphysique serait un art de conteur. 4.Si mon ombre pouvait parler, elle me dirait ce qu'entendent les oreilles des murs. 5.Si les poupées russes étaient des bouteilles de bière, on pourrait les boire de la plus grande à la plus petite. 6.Entendu dans le film "This Must Be The Place", de Paolo... [Lire la suite]

03 novembre 2013

AVEC TÊTES EN TÊTE

AVEC TÊTES EN TÊTE 1."effrontée, / Par tes cheveux au vent fouettée"(Tristan Corbière, Steam-Boat) C'est comme ça avec les têtes des jeunes femmes qui parcourent le vent, on ne distingue leurs visages que par à-coups. C'est avec ces mèches qui se plaquent contre la chair que l'on fait des photos, des images de film, des jolies têtes dans sa tête. 2."il se vivait en rêve"(Tristan Corbière, Le poète contumace) C'est comme ça que l'on sécrète du déjà-vu,du ce n'est donc que ça, de la belle que voilà qui vous tire la langue en passant... [Lire la suite]
02 novembre 2013

C'EST SUR LE CHEMIN DU FAIRE QU'ON EST EN TRAIN

C'EST SUR LE CHEMIN DU FAIRE QU'ON EST EN TRAIN 1.Je m'amuse d'un rien. - C'est déjà quelque chose. 2.Le mur de la rue Amiral Yukulélé s'est effondré. Hier soir, vers 18 heures - heure de pointe des talons-aiguilles -, le mur de la rue Amiral Yukulélé, cédant une fois de plus à son penchant pour les bas de soie, s'est effondré. Aucune victime n'est à déplorer, - à peine quelques bas filés. 3.A la pêche à la cuirasse, il arrive qu'on prenne du chevalier avec son cheval. Par contre de la sirène, jamais ; elles ont les dents si... [Lire la suite]
02 novembre 2013

TAMBOUR BAT TAMBOUR BAT COEUR QUI BAT

TAMBOUR BAT TAMBOUR BAT COEUR QUI BOUT 1."De tes noirs Poèmes, - Jongleur !"(Rimbaud, Ce qu'on dit au poète à propos de fleurs) Ce sont coq-à-l'âneries que je veux écrireCar salut-t-à toi et l'âne joue aussi aux échecsDe tes noirs Poèmes je me ferai une pipeEt du blanc de tes yeux je me ferai une neige. Pourquoi une pipe pourquoi une neigeC'est que j'aime fumer au chaud quand le cielEst ivre de flocons et peu importe le floconPourvu que j'ai mon livre. Les cadavres sont interchangeables etTête morte n'a pas de parole tous... [Lire la suite]
29 octobre 2013

AINSI LA PUCELLE

AINSI LA PUCELLE "Ainsi la pucelle est-elle en grand-douleur du chevalier qu'elle tient couché sur elle, tête tranchée."(Chrétien de Troyes, Perceval ou le Roman du Graal, traduit par Foucher et Ortais, Folio n°537, p.96) Ainsi la pucelle qu'est assez jolie ou pas d'ailleursLa jeune femme blonde comme la lune laPucelle est-elle bien embêtéeEst-elle enquiquinée avec ce lascar dessusElle Voyez le tableau que ça fait En grand si vous en faites un poster Grand-douleur qu'elle peut plus s'r'muerDouleur qu'elle a qu'elle peut plus aller... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,