14 avril 2013

FAUT PAS S'EN FAIRE

FAUT PAS S'EN FAIRE Tu regardes la télocheTu vois des tas d'choses mochesTu te dis à quoi ça sertTous ces motsTous ces motsDe paix et d'amour ça sertA rien qu'à s'bercerS'bercer s'bercer Faut pas s'en faireDans les épinards y a du ferDans les pianosDes têtes de chevauxOn ne tue personne par plaisir Et puis puisqu'on va tous mourirFaut pas s'en faireMange ton steak et laisse faire Tu regardes la villeTu vois tous ces bureaux videsTu te dis à quoi ça sertTous ces motsTous ces motsD'emploi et de sécurité ça sertA rien qu'à... [Lire la suite]

13 avril 2013

COMME UN CAMEMBERT EN PLEIN DESERT

COMME UN CAMEMBERT EN PLEIN DESERT 1."Lévite félin aux égaux ronrons lyriques"(Jules Laforgue, Complainte du sage de Paris) Lévite greffier - c'est curieux ce chat en l'air Félin flottant entre deux meublesAux yeux immenses aux immenses pattesEgaux sont tes dits puisque tu dis dans tesRonrons rythmiques je ne sais quels chantsLyriques d'un matou totem pour une chatte fantôme. 2.Jules Laforgue dans la Complainte des consolations, "Je suis trop immense, / Trop chose" : Jules, des fois, i s'démesure. 3.Et dans Complainte des... [Lire la suite]
11 avril 2013

SPHINGERIES ET SINGERIES

SPHINGERIES ET SINGERIES 1."Et voici que j'entends, dans la paix de la nuit"(Jules Laforgue, Soir de Carnaval) Et et et et donc et quoi et queVoici que cataclop cataclop un dadaQue dites-vous ? Et pourquoi pas un dadaJ'entends son cataclop cataclop qui s'rapprocheDans la ville la nuit dansLa plus longue rue de la ville la nuit la Paix ombrée de la ville la nuitDe cette ville je ne sais rien rien rien sauf que deLa rue j'entends monter le cataclop cataclop de laNuit du grand cheval qui avale les villes. 2.Parfois, ça ne tient qu'à... [Lire la suite]
08 avril 2013

QUAND JE PASSE

QUAND JE PASSEEn écoutant la musique de Ascenseur pour l'échafaud, par Miles Davis. 1."Of course - I prayed -And did God Care ?He cared as much as on the AirHe Bird - had stamped her foot -"(Emily Dickinson, Car l'adieu, c'est la nuit, Poésie/Gallimard, p.172) Bien Sûr - que je priais -Et Dieu en eut-il Souci ?Pas plus que si dans l'Air Un Oiseau - eût tapé du pied -"(traduction : Claire Malroux) J'aime bien ces quelques vers d'Emily Dickinson dont la familiarité me rappelle certaines insolences à l'égard de la métaphysique dont... [Lire la suite]
08 avril 2013

EN MÂCHANT LE CHIEN NOIR

EN MÂCHANT LE CHIEN NOIR 1."la vitre cachée / Qui rit là-bas..." (Rimbaud, Les Réparties de Nina) : Faire rire les vitres, une prouesse de l'Alchimie du Verbe sans doute. 2."Ont-elles bu des cieux barbares" (Rimbaud, Les Mains de Jeanne-Marie) : que des mains puissent boire est déjà épatant, mais boire aux cieux barbares, ça en devient gothique : brunes donc, puisque ce sont "Mains sombres que l'été tanna", trempant leurs lèvres dans des cieux sanguins, ou tourmentés comme des pourchassés, les mains s'enivrent de quelque liqueur... [Lire la suite]
06 avril 2013

LE DIT DU CHIEN SUIVI DU DIT DU BOURRIN

LE DIT DU CHIEN SUIVI DU DIT DU BOURRIN LE DIT DU CHIEN "- Vous êtes cynique.- Je connais le monde, c'est tout."(Agatha Christie, traduit par Monique Thies, Les Ecuries d'Augias). Vous - ô vous mouvante émouvante -Êtes - êtes-vous ou alors je vous rêve -Cynique - lorsque les chiens se mettent à parler,Je les mets dans un tonneau avant qu'ils disent toi toiConnais toi toi-même Le monde est plein d'tonneaux qui aboient leMonde est plein d'tonneaux où je boisC'est trop y a trop d'tonneaux et de chiens Tout roule autour de moi qui... [Lire la suite]

06 avril 2013

ET L'ON SAIT QUOI

ET L'ON SAIT QUOIEn écoutant le splendide, tonique, jazz Joe Jackson's Jumpin' Five. "Quant à ta mort, l'éclair aveugle en est en routeQui saura te choser, va, sans que tu t'en doutes."(Jules Laforgue, Complainte du Sage de Paris) Quant à toi, ma gueule, ma cligne de l'oeil, A l'heure où toc toc qui cogne à Ta carcasse, c'est laMort qui t'la saisira poudre à néantL'éclair Crack Dzim Boum !Aveugle comme l'amour, le glaive, le hasardEn éclairera la face figée elle ta face elle Est lividement surprise blafarde blême éberluéeEn est... [Lire la suite]
06 avril 2013

D'LA FLACHE

D'LA FLACHE"Si je désire une eau d'Europe, c'est la flacheNoire et froide où vers le crépuscule embaumé"(Arthur Rimbaud, Le Bateau ivre) Si - si, Sissi, je vous assure, je vous kiffe !Je vous adore, mon trésor, mon mont d'or, vousDésire, ma lyre, mon rire, ma belle à mourir,Une fois par semaine au moins, quand ce n'est pasEau que je bois, mais liqueur à délirerD'Europe, ma vieille Europe époumonnée ;C'est que t'es toute usée, vieille fumeuse de cheminées !La nostalgie m'étreint alors comme d'l'accordéon ouFlache - quel coup de jazz... [Lire la suite]
06 avril 2013

POURQUOI EMMA N'AIMEZ-VOUS PAS MA MIRABELLE ?

POURQUOI EMMA N'AIMEZ-VOUS PAS MA MIRABELLE ? 1."Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes."(Arthur Rimbaud, Le Bateau ivre) Mais - y a un mais à tout sauf à la mortVrai ah bin il est frais çui-làJ'ai - l'a-t-il fait exprès Arthur tous ces "ai" ?Trop - on désire jusqu'au trop après on râlePleuré bouh-ou ! ouin-ouin !Les voilà qu'elles s'avancent fières jeune fillesAubes ô aubes (j'écris ça pour moduler le son "o")Sont-ils poseurs ces poètes, et modulants donc ?Navrantes ; eh bien moi je suis déçu déçu déçu. 2."Toute... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
03 avril 2013

DU CHIEN CIRCULAIRE ET DU CADAVRE EXQUIS

DU CHIEN CIRCULAIRE ET DU CADAVRE EXQUISEn feuilletant "Les Ecuries d'Augias", d'Agatha Christie, traduit par Monique Thies, Club des Masques n°72. 1."On dirait des arbres qui marchent ..."(Les Ecuries d'Augias, p.117) 2."Alice Cunningham se contenta, en guise de réponse, de prendre une expression d'ennui teinté d'indulgence."(Les Ecuries d'Augias, p.168) Y a des fois où les autres, au lieu de vous répondre, vous font une tête d'ennui indulgent que vous vous dites qu'est-ce que je fais là à faire ce que je ne supporte guère chez... [Lire la suite]