26 décembre 2012

C'EST A DIRE RIEN

C'EST A DIRE A RIEN "Il n'y a personne ici et il y a quelqu'un"(Arthur Rimbaud, Une saison en enfer) 1.Je ne pense qu'à moi c'est-à-dire à rien. 2.La môme néant, c'est déjà pas grand chose, mais si vous voyiez son fils ! 3.Présent de vérité générale : deux et deux font quatre, ce qui vaut le vicomte et à Versailles aussi. 4.Je me demande s'il y eut beaucoup de clowns qui se sont suicidés d'un éclat de rire. 5.Il aimait tellement les coups tordus qu'il finit étrangleur. 6.C'était une personne si fragile qu'elle aurait pu se... [Lire la suite]

26 décembre 2012

COMME UN SINGE APRES SES GRIMACES

COMME UN SINGE APRES SES GRIMACES 1.En relisant A la musique, de Rimbaud, "leurs bêtises jalouses" que je lis, - pique aux bourgeois -, qui dit que la bêtise est la jalousie de l'intelligence. Ce sur quoi tout le monde s'accorde (y compris les bourgeois). Mais je note que l'intelligence peut être jalouse de la bêtise. C'est surtout que l'intelligence ne permet pas toujours de vivre aisément, tandis que la bêtise utilisée avec discernement permet de s'en mettre plein les poches, et surtout, dans bien des domaines, d'être reconnu par... [Lire la suite]
26 décembre 2012

VOUS M'EN DIREZ TANT TANTINE

VOUS M'EN DIREZ TANT TANTINEFantaisie sur les deux premiers quatrains du poème A la musique, d'Arthur Rimbaud. Les citations sont entre guillemets et des fois même en italiques. 1."place taillée" : Je me demande s'il existe des places tailléees en pointe, avec de la barbichette et de gros sourcils noirs ; dessous y passeraient des regards, noirs aussi, genre place périlleuse, place mousquetaire, place d'Artagnan. 2."mesquines pelouses" : Qu'elles font rien qu'à se jalouser vilaines, les mesquines pelouses, à se reluquer les fleurs,... [Lire la suite]
17 décembre 2012

MOULINETTES A NEANT

MOULINETTES A NEANTDe quelques expressions tirées (ici en italiques) de la page 112 du roman "Le Major parlait trop", d'Agatha Christie, traduit par Claire Durivaux, Le Club des Masques n°108. "A nouveau son rire de gorge emplit la nuit."(Agatha Christie, op. cit., p.112) 1.être sur une piste : Si vous êtes sur une piste, attention aux Indiens, ainsi qu'aux dépisteurs, qui pourraient vous tirer la piste de dessous les pieds, que vous vous retrouveriez, gros-jean comme devant, hors-piste. 2.vouloir-dire : nous sommes sans... [Lire la suite]
17 décembre 2012

PLEINE D'OMBRE LA CABOCHE

PLEINE D'OMBRE LA CABOCHEEn lisant la partie I des Etrennes des orphelins, d'Arthur Rimbaud. Les citations sont en italiques et point toujours telles quelles. C'est du d'après, voyez. 1.Pleine d'ombre, la caboche, façon chambre à chuchotements, avec des fois des aboiements dedans. 2.Précisément, parfois, on a l'ouïe sélective, on entend vaguement que ce que l'on veut vaguement entendre. 3.Un triste et doux chuchotement frisait, et même frisottait la nuque des choses. 4.Je n'ai pas fait gaffe, mais je suis sûr que quand les... [Lire la suite]
16 décembre 2012

FEROCE COMME UN CHIEN QUI DEFEND SON OS

FEROCE COMME UN CHIEN QUI DEFEND SON OSIncongruités à propos du sonnet "l'Eclatante Victoire de Sarrebrück", d'Arthur Rimbaud. Les citations sont entre guillemets. 1."être au milieu", c'est être entouré. certains aiment à se trouver au milieu, c'est-à-dire à déplacer leur statut de centre avec eux de telle sorte que là où ils vont, ils sont toujours ce centre garanti par l'attention des autres. Ce qu'il y a donc d'ironique dans ce vers de Rimbaud :"Au milieu, l'Empereur, dans une apothéose"(L'Eclatante Victoire de Sarrebrück)c'est... [Lire la suite]
13 décembre 2012

C'EST DONC QUE LE MONDE EST UN GRUYERE

C'EST DONC QUE LE MONDE EST UN GRUYERE 1.L'humour, un couteau planté dans un masque tombé. 2.J'ai écrit qu'écrire, pour moi, était une manière de maintenir ma langue dans un état d'intelligence nécessaire. J'ai eu tort d'ajouter que c'était eu égard à la médiocrité de ce que j'entendais presque partout. Cette médiocrité n'est qu'un masque derrière lequel se meut une réalité d'une profondeur à s'y noyer. 3.Ce qu'il y a de réellement profond, c'est la façon dont l'autre réussit, malgré tout, à vivre. 4.Selon le seigneur de Humevesne... [Lire la suite]