02 février 2013

SUR CHAQUE CHOSE

SUR CHAQUE CHOSEDe quelques bribes des Poésies d'Henri Thomas. "Voici les jours où j'aperçois sur chaque chosela marque obscure du prochain délabrement"(Henri Thomas, Sésame) 1. "le moteur fonce dans la nuit" : il court après son tigre. 2. "le carnet reste dans la boue" : du coup, pour l'appeler, la fille de la véranda, ça va pas être facile, surtout qu'à tous les coups, c'est encore un présent de narration, ça ; le carnet, il est même plus dans la boue, il est retourné au néant, et vous, vous mangez des frites, en buvant une... [Lire la suite]

29 janvier 2013

CHOUINCHOUIN QUIVABIEN

CHOUINCHOUIN QUIVABIEN 1.- J'ai pas le choix- On a toujours le choix. La réplique pèse tout son poids de cliché, sauf à l'employer dans un contexte qui la désamorce : un rayon de supermarché par exemple, où il peut se trouver qu'il reste une seule marque potable de chouinchouin quivabien (l'autre est en rupture de stock), du coup j'ai pas le choix, oui mais on a toujours le choix, de ne pas l'acheter, ou d'aller le chercher ailleurs, le chouinchouin quivabien mais, des fois, on peut pas s'en passer du chouinchouin quivabien, et... [Lire la suite]
13 janvier 2013

ON Y PENSE ON Y PENSE AUSSI

ON Y PENSE ON Y PENSE AUSSIFantaisies à propos de quelques citations tirées du recueil Les Complaintes de Jules Laforgue. Citations entre guillemets et/ou en italiques. 1.Exister, c'est flotter dans la précision. 2."Complainte à Notre-Dame des Soirs" : pour dire les éclats de lune sur l'eau noire, ce vers : "Ciels vrais ! Lune aux échos dont communient les puits !" J'aime bien comme le "u" de la lune tombe dans le puits du chiasme (Lune aux échos dont communient les puits). Il y a aussi ce son sourd, ce "dont" du gong. 4.Lune,... [Lire la suite]
12 janvier 2013

JE NE ME DEMANDE PAS

JE NE ME DEMANDE PASFantaisie autour de quelques mots d'Henri Michaux tirés de "La Nuit remue". Citations entre guillemets et/ou en italiques. 1."En fait, on ne sait rien du ciel du crabe" écrit Henri Michaux dans "Le Ciel du spermatozoïde". Comment le pourrait-on ? Nous croisons des crânes chaque jour ; dans chacun de ces crânes, un crabe ; au-dessus de ces crabes, un ciel. Dont nous ignorons tout. Dont nous ne pouvons saisir l'étoffe. 2.Dans "Le Lac", l'eau "continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons".... [Lire la suite]
09 janvier 2013

GLAUQUE GLAUQUE GLAUQUE

GLAUQUE GLAUQUE GLAUQUENotes sur quelques poèmes de La Nuit remue, de Henri Michaux. Les citations sont entre guillemets et/ou en italiques. 1.Dans "Un point c'est tout", Henri Michaux explique que "l'être essentiel" de "l'homme", eh bien, c'est un point. Il doit donc veiller à ne pas être encerclé. Il ne joue pas au go, l'humain, il est dans la partie. Il est aux intersections, et avance, point par point, sur l'immense grille des intersections que d'autres points tentent de contrôler. 2.Là où tu n'es pas, je n'y suis pas. 3."le... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
06 janvier 2013

FIT-IL EN ESPAGNOL ET EN ROULANT LES R

FIT-IL EN ESPAGNOL ET EN ROULANT LES R 1.L'avantage de l'alexandrin "Fit-il en espagnol et en roulant les r"c'est qu'en raison de la règle de l'élision du e final devant une voyelle initiale, il peut se mettre au féminin."- Ich komme sofort" fit-elle en espagnol et en roulant les r.Par ailleurs, je me demande qui est l'auteur de cet épatant alexandrin que notre professeur de français de 1ère, au Lycée Condorcet de Lens, de temps à autre, laissait filer au bout d'une phrase, pour nous désennuyer et nous faire sourire, car c'était un... [Lire la suite]

05 janvier 2013

COMME DE JE NE SAIS QUOI

COMME DE JE NE SAIS QUOIFantaisie autour du poème "Le sportif au lit", de Henri Michaux, in le recueil La nuit remue. Les citations sont entre guillemets et/ou en italiques. 1.Il est d'utilité publique de rappeler que nous sommes dans le "comme de je ne sais quoi". Louons Michaux. Le "comme de je ne sais quoi", c'est ce que nous échignons à préciser et à définir comment persister dans le "comme de je ne sais quoi", comment passer dans le "comme de je ne sais quoi", et naviguer, et glisser comme on glisse sur une patinoire, avec les... [Lire la suite]
03 janvier 2013

BOMBES CANONS GRÊLES CYMBALES

BOMBES, CANONS, GRÊLES CYMBALESNotes en lisant le poème "Enthousiasme", de Victor Hugo, (pièce IV du recueil Les Orientales). 1.Dans le poème Enthousiasme, le narrateur, un gars dans le genre énervé, souhaite que "le sang vil des bourreaux ruisselle". C'est assez vilain, mais c'est qu'il y a matière à vengeance. 2.Y a aussi un "Coupe une tête au fil de son croissant d'acier", ce qui est barbare, guerrier, poétiquement épique, tout à fait dégoûtant dans le monde réel et magnifique dans un poème. 3.Il y a aussi une "lune, ardente et... [Lire la suite]
02 janvier 2013

LONG TIF ET PETIT TONDU

LONG TIF ET PETIT TONDUFantaisie expressive en lisant les seize premiers vers du poème I des Feuilles d'automne, de Victor Hugo. Les citations et les expressions tirées du texte de Hugo figurent ici entre guillemets. "Alors dans Besançon, vieille ville espagnole,Jeté comme la graine au gré de l'air qui vole,Naquit d'un sang breton et lorrain à la foisUn enfant sans couleur, sans regard et sans voix"(Victor Hugo, Les Feuilles d'automne, I) 1."Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte,"Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte" Il... [Lire la suite]
02 janvier 2013

BIEN SUR QUE NON

BIEN SÛR QUE NON "Bien sûr que non ! J'étais une enfant... Je croyais tout ce qu'on me racontait !"(in L'immanquable n°24, p.54, Warnauts & Raives, "Après-Guerre" [Nina]) 1.On ne peut douter que de ce qui est. Le doute est un indicateur ontologique. 2.Danseuse claire et sombre du feu, qui enflamme jusqu'au coeur des choses, puis s'évanouit dans la fumée d'une cigarette. 3.Astres, boutons du long manteau d'un général endormi. Quand il se réveillera, comme nous allons valser! 4.Je me demande si le Big Bang ne fut pas autre... [Lire la suite]