01 mars 2017

AVEC DES YEUX DEDANS

AVEC DES YEUX DEDANS1.« - Vous êtes une espionne ! Je l'ai toujours su.- Et qu'est-ce que j'espionne ?- Rien, parce qu'il n'y a rien à espionner. »(Agatha Christie traduit par Michel Le Houbie, « Pension Vanilos »)2.Des fois j'suis illuné d'la caboche – halloween citrouille – y a la lune et puis des yeux dedans.Avec Internet, on a parfois l'impression d'avoir acheté une machine avec des yeux dedans. Avec des yeux dedans ! Avec des yeux dedans ! s'exclama-t-il cerné environné zébré d'regards et... [Lire la suite]

27 février 2017

EN REGARDANT LES MOTS II

EN REGARDANT LES MOTS II   1. Le mot diplomatie s'articule, s'énonce, discourt ; il est droit comme son « t », lequel cependant ne se prononce que masqué, sifflé, soufflé : inutile de heurter.   2. Le mot pluie commence par frapper la vitre, puis, il glisse en filet fluide le long du paysage.   3. J'associe dans ma pauvre caboche le verbe frôler au mot gouffre ; ces deux là se partagent quelque abîme, de quoi frissonner quand on y songe.   4. Le mot potence a quelque chose de... [Lire la suite]
26 février 2017

EN REGARDANT LES MOTS

EN REGARDANT LES MOTS1.Le mot violon vibre un peu, puis s'arrête comme un trait - archet levé ; c'est quand il violonne et allonge le son que le violon sonne.2.Le mot mouchoir fronce légèrement – discret, ce « ch » ! - le nez au milieu de la frimousse qui vous regarde ensuite et sourit (ou pas).3.Le mot alphabet se décompose facilement – al, pha, bet – Impossible de le confondre avec artichaut, lequel, d'ailleurs, ignore son alphabet. 4.« le cadran grimaça et son aiguille vira affolée deux ou trois tours comme... [Lire la suite]
25 février 2017

NECESSAIREMENT INUTILES

NECESSAIREMENT INUTILES1.I disent qu'une guere civile en France cé improbabe car y a pas trop d'armes en circulation chez les Français ordinaires (on né pas aux USA).La victoire d'un parti extrémiste aux élections d'la France 2017 provoquerait j'suis sûr des réactions violentes émeutantes carabinées.Chômage crise identitaire détournements d'sous d'tous les côtés médiocrité des têtes d’œufs claque à gauche clique à droite envie d'vomir. 2.« Généralement, les rares individus qui ont excité mon dégoût en ce monde étaient des... [Lire la suite]
23 février 2017

LORSQUE JE SONGE A ALICE

LORSQUE JE SONGE A ALICELorsque je songe à Alice, à vrai dire comme à bon nombre de figures qu'ont révélées les livres, je n'y songe qu'en cherchant à songer, qu'en cherchant à divertir - puisqu'il est que nous cherchons toujours à amuser ce Roi en nous dont nous savons depuis Pascal qu'il pourrait, faute de divertissement, nous être fatal, se mettant à tourner autour du soi comme quelque papillon autour de la flamme qui finit par le dévorer, ou, plus exactement, se considérant dans un miroir soudain apparu et lui renvoyant une image... [Lire la suite]
21 février 2017

QUAND JE ME LEVE J'AI FAIM CACHEZ VOS BOEUFS DIT L'OGRE

QUAND JE ME LEVE J'AI FAIM CACHEZ VOS BOEUFS DIT L'OGRE   1. QUAND JE ME LEVE J'AI FAIM   « quand le matin aurait secoué ses bouquets de givre sur mes vitres gelées » (Aloysius Bertrand, « Ma chaumière »)   Quand je me lève j'ai faim car Le matin j'ai faim chaque Matin j'ai faim que le matin il Aurait beau dire (mais le matin c'est rare qu'il cause) mais quand j'ai Secoué le colosse faut qu'je mange un truc avec un os dedans ah il a Ses crocs l'ogre de mon stomac qu'il croquerait bien ... [Lire la suite]

11 février 2017

LA BANDE DE JEUNES CONTRE LE VEILLEUR OCULAIRE

LA BANDE DE JEUNES CONTRE LE VEILLEUR OCULAIRE (Fiction sociétale et soyons honnête assez bâclée)   « Mieux vaut entendre ça que d'être sourd » dit le muet, qui n'y voyait rien, à cause de la brume. (Eugène Suie, « Le Mystère de l'apache parapluie »)   C'est l'histoire d'une bande de jeunes qui faisait rien que des bêtises genre voler missels, missiles, vermicelles et vermisseaux.   Ah ceux-là on ne les aurait pas laissés seuls dans un couloir des fois qu'ils l'auraient volé pour le revendre à un... [Lire la suite]
05 février 2017

CE QUI NOUS TROUBLAIT LE PLUS

CE QUI NOUS TROUBLAIT LE PLUS   « C'est quand même le miracle de l'invisible, la littérature. » (Alain Finkielkraut, émission « Répliques » du samedi 21.01.2017, France Culture)   1. « Ce qui nous troublait le plus, c’était notre ignorance totale de l’aspect sous lequel se manifesterait la chose. » (H.P. Lovecraft traduit par Yves Rivière, « La maison maudite » in « Je suis d’ailleurs », Denoël, coll. « Présence du futur »)   Heureusement que c’est une... [Lire la suite]
05 février 2017

LA CHASSE AU CANARD SUIVI DE TROIS TRUCHELLES

LA CHASSE AU CANARD SUIVI DE TROIS TRUCHELLESLe mot « truchelles » est un mot fort utile que je viens d'inventer pour l'occasion. Il se met toujours au pluriel, sauf quand il se met au singulier, et c'est alors qu'il change de genre : un trucheau (masc. sing.), des truchelles (fém. pl.).1.LA CHASSE AU CANARDLa chasse au canard c'est chouette mais quand laNuit est vraiment toute noire on ne peut pas chasser le canardEt ça m'ennuie vraiment de ne pas pouvoir chasser le canardCe qu'il y a alors c'est que ma tête est pleine... [Lire la suite]
01 février 2017

J'ECRIS PARCE QUE JE PREFERERAIS NE PAS

J'ECRIS PARCE QUE JE PREFERERAIS NE PAS   1. J'écris parce que je préférerais ne pas.   2. Avec ma parka à capuche et mon chien malade, je me fais l'effet du moine gelé de la vieille légende que je n'ai pas encore écrite.   3. J'écris parce que les mots me manquent.   4. J'écris parce que c'est la seule chose que.   5. J'écris parce que j'aime.   6. Des fois je panique dedans ma tête que le singe de la jungle de ma tête il ne sait plus où est passé l'homme dans toute cette agitation là. ... [Lire la suite]