24 février 2015

NOTES SUR ABDICATION I

NOTES SUR ABDICATION I 1. Des fois, on est deux bipèdes debout. Il y a une petite table, un tiroir, des aveux. 2.Il y a un prisonnier me dis-je Puis j'me dis pardon ? Alors je me répète qu'il y a un prisonnier et je me sens fatalement plus libre. 3.Ici, il y a un prisonnier. C'est un être humain avec son Dieu. Bien malin qui peut dire qui est le geôlier. 4.Dans la caboche un prisonnier tourne en rond les mains dans les poches. Il s'appelle l'Ennui ; il est là à perpète, sauf que des fois il s'évade, mais il revient... [Lire la suite]

02 novembre 2013

TAMBOUR BAT TAMBOUR BAT COEUR QUI BAT

TAMBOUR BAT TAMBOUR BAT COEUR QUI BOUT 1."De tes noirs Poèmes, - Jongleur !"(Rimbaud, Ce qu'on dit au poète à propos de fleurs) Ce sont coq-à-l'âneries que je veux écrireCar salut-t-à toi et l'âne joue aussi aux échecsDe tes noirs Poèmes je me ferai une pipeEt du blanc de tes yeux je me ferai une neige. Pourquoi une pipe pourquoi une neigeC'est que j'aime fumer au chaud quand le cielEst ivre de flocons et peu importe le floconPourvu que j'ai mon livre. Les cadavres sont interchangeables etTête morte n'a pas de parole tous... [Lire la suite]
31 octobre 2013

PIS QUE COUAC COUIC

PIS QUE COUAC COUIC 1.J'aurais voulu écrire "L'Assassin habite au 421" J'aurais voulu écrire "L'Assassin habite au 421"Mais ma plume a mangé ma mainC'est marrant comme la musique est répétitiveDevenue rayée comme un disque d'époque Dans It Smells Like Teen SpiritA quoi qu'il pensait l'homme de ménageMais peut-être que je déménageQue ma plume a mangé aussi mon esprit Vous me direz quel oeuf et quelle pouleTant et tant qu'il pleut coquilles et écaillesEt des verres à pied et des squelettes à chevalLes poètes parlent de la nature... [Lire la suite]
30 octobre 2013

QUAND J'AI FAIT MA P'TITE CRISE

QUAND J'AI FAIT MA P'TITE CRISE 1.Si vous voulez partir faites-vous pousser Si vous voulez partir faites-vous pousserUn doute qui m'accable est-ce bien le bonCable qui me relie à la machine Si vous voulezPartir je vous en revends Partir je vous en revendsJe ne sais pour qui saxe ce saxophoneJ'ai longtemps pensé un serpent dedansC'est que la tête à Méduse a roulé sur le zinc C'est que la tête à Méduse a roulé sur le zincMa maison est dans l'espaceUn autre va me la prendre elleEt son fantôme que ferai-je Et sans fantôme que... [Lire la suite]
28 octobre 2013

ETUDE POUR JE SUIS PLEIN DE DEJA JE SUIS PLEIN DE JADIS

ETUDE POUR JE SUIS PLEIN DE DEJA JE SUIS PLEIN DE JADIS Je suis celui qui passe (comme tous y a rien de) Je suis celui qui passe son temps à ne rien (quand même pas ! Si ?)Je suis celui que nul ne regrette (mais non mais non... ou alors pas plus que tous : ce que l'on regrette, c'est de n'avoir pas été; on a la nostalgie d'une différence gâchée, d'un chemin qu'on n'a pas pris; on supporte notre non-être, faut bien)Je suis bien embêté de moi-même (ça c'est vrai mais c'est provisoire)Je suis seul et saoul des fois (hélas !)Je suis... [Lire la suite]
25 juin 2013

QUELLE PIPELETTE !

QUELLE PIPELETTE ! 1."Ta tête a les attitudes De l'énigme et du secret"(Baudelaire, Chanson d'après-midi) Ta face ta frimousse ton engoule-frites taTête mon amie mon âme mon mange-sous A je sais quoi d'énigmatique magnétique etLes électriques battements de tes cils - ô Rimbaud ! - tesAttitudes quoi ta gueule d'atmophère - ô Arletty ! -De l'aimantation qu'ils me flanquentL'énigme c'est ta troncheEt c'est pas croyable queDu farouche moi vilain je ne sais quel est tonSecret qui fait de moi un zozo assoté. Note : Ces deux sept syllabes... [Lire la suite]
27 décembre 2012

ET A MAUBEUGE AUSSI

ET A MAUBEUGE AUSSI "Mon bel amour mon cher amour ma déchirureJe te porte dans moi comme un oiseau blesséEt ceux-là sans savoir nous regardent passerRépétant après moi les mots que j'ai tressésEt qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent Il n'y a pas d'amour heureux" (Louis Aragon, Il n'y a pas d'amour heureux) Je t'aime. Beaucoup utilisent ce verbe sans s'interroger sur son sens. Examinons l'affaire : "Je" : pronom qui définit le locuteur. Si je dis « Je », je parle de moi, je ne parle pas d'un autre... Quoique si je... [Lire la suite]