22 août 2015

SUR UN VIEIL AIR DE FRANCE ET UN VERS DE RIMBAUD

SUR UN VIEIL AIR DE FRANCE ET UN VERS DE RIMBAUD   « En mangeant, j'écoutais l'horloge, - heureux et coi. » (Rimbaud, « La Maline »)   A mettre en musique de chœur accompagné de Bonnes bidouilleries électro-acousmatiques Fort propres à étrangéïser tout ça tout en Veillant à ce que ça ne traîne pas trop en Longueur car rien de plus ennuyeux que les Pièces expérimentales qui n'en finissent +   Donc :   En m'en en m'en en m'en foutant en mentant En m'en en m'en foutant en... [Lire la suite]

19 mars 2015

DANS QUEL ÊTRE

DANS QUEL ÊTREEn lisant « Malpertuis » de Jean Ray, édition de poche J'ai Lu n°1677. 1.Alors l'Ombre me dit : « Partons pour Malpertuis » ; alors j'ai ouvert le livre... 2.Nous ne parlons pas de nos pièges ; consciemment ou pas, nous les tendons. En parlerait-on qu'on abolirait le sortilège, qu'on trahirait confiance en soi et prince de nous. 3.Guérit-on de la difficulté d'être ? Peut-on être convalescent de ça, l'être malgré tout en dépit de et dans le quelque part du touci-touça. 4.Et il... [Lire la suite]
25 janvier 2015

MES YEUX MES YEUX CROYEZ-MOI

MES YEUX MES YEUX CROYEZ-MOI 1.« Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne »(Baudelaire, « Parfum exotique ») Quand je m'ennuie des fois je jetteLes je par mon âme numéroDeux - qui n'existe pas plus que mon âme numéro un – MesYeux, mes yeux, croyez-moi ! - car j'y crois, moi, en ces cerclesFermés, ces masques cachés dans les masques, et qui s'exprimentEn une langue que vous ne comprenez pas, et qui enUn tour vous je passe dans leSoir je ramasse mes je défenestrés auChaud que je les remets dans... [Lire la suite]
24 janvier 2015

VOUS AVEZ DES IDEES BIEN SINGULIERES TONY !

VOUS AVEZ DES IDEES BIEN SINGULIERES TONY ! 1.« Vous avez des idées bien singulières, Tony! »(Agatha Christie traduit par Michel Le Houbie)Vous avez une de ces têtes ce matin mon ami enAvez une de ces bobines une de ces bobinesDes jours étranges, qu'on en a les Idées lourdes comme papillons de plomb ;Bien curieuses vos paroles ce matin mon amiSingulières vraiment et puis Tony puisque vous vous appelezTony maintenant qu'est-ce que vous faites donc avec ce couteau ?2.Vous avez une de ces têtes ce matin mon ami,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 décembre 2014

SHAKESPEARE, LE RIDEAU PARLE

SHAKESPEARE, LE RIDEAU PARLE   1.Shakespeare, "how green", qu'on s'extasie devant l'herbe grasse, la grasse grass, où j'les imagine, mes gracieuses passantes.   2.Parfois je pense à ces poètes russes sous le ciel sifflant, le noir, le blanc, le rouge et le vent qui va tous les emportant.   3.Shakespeare, celle qui ne se souvient pas de ses larmes et qui s'étonne que les ténèbres ne l'aient pas étranglée.   4.Shakespeare, des oreilles qui bourdonnent d'un "And that a strange one too", et les yeux qui... [Lire la suite]
06 décembre 2014

AUTRE CHOSE QUE LE TEMPS

AUTRE CHOSE QUE LE TEMPS   1.On croit bannir de sa mémoire ce que l'on a soigneusement placé dans le labyrinthe.   2.Le passé, ce puzzle, notre présent.   3.Exister, avoir un entretien avec le réel, plus ou moins long, plus ou moins vain, plus ou moins nourri d'un argumentaire illusoire.   4.Comme on pense à son chien on songe à la mort.   5.Vois comme il pleut; ne vois-tu pas dans tout ce gris un peu de sang ?   6.Et des chevaux plus légers que neige qui tombeEt plus foudroyants qu'un... [Lire la suite]

21 octobre 2014

QU'EST-CE QUI M'A PRIS D'INVITER UN ELEPHANT CHEZ MOI

QU'EST-CE QUI M'A PRIS D'INVITER UN ELEPHANT CHEZ MOI (Instruments souhaités pour cette chanson : grosse caisse et timbales, et cymbales, et trompette, et clavecin pour le contraste, guitare rythmique pour les riffs bien lourds, et ponctuation de guitare solo pour l'effervescence, basse ronflante et échos de barrissements, et piano là-dedans pour le balancement de la trompe de l'animal et la danse sur les disques des Sparks.) Qu'est-ce qui m'a pris non mais qu'est-ce qui m'a prisD'inviter un éléphant chez moiIl m'a sifflé tout mon... [Lire la suite]
21 juin 2014

J'AI DETESTE ETRE BUVARD

J'AI DETESTE ETRE BUVARD 1.Y a du bizarre plein les fleurs, des clous rouillés dans la forêt; ce fut du christ tout ça jadis. 2.On s'arlequine de tout, de rien, syllabes et visages, sur la terre qui est ronde; nous y poursuivons notre ombre. 3.Y a des faits l'un pour l'autre, y a des défaits l'un pour l'autre, l'un pour l'autre, pis du criage dans le vent, et du fondant dans l'être, qu'on tombe pâte à matière. 4.Déjà le vent d'automne, ma complainte, ma complainte, ma compagne; déjà le vent d'automne, je bats la campagne. 5."Le... [Lire la suite]
03 décembre 2013

HUMANITES

HUMANITES 1."Fusses-tu par-delà les colonnes d'Alcide"(Racine, Phèdre, IV,2,v.1141 [Thésée à Hippolyte]) Comme ça siffle, qu'ça fait du vent spirale vers le "par-delà les colonnes", comme ça siffle bref, qu'on dirait des étincelles de musique électro-acoustique qui s'insinueraient dans les syllabes. 2."Et d'avoir si longtemps pu défendre votre âme"(Racine, Phèdre, II,2, v.517 [Aricie à Hippolyte]) Le guerrier, ce réel qui cogne, qui tue, ne peut trouver sa légitimité que dans la défense des âmes. 3"Ces dieux qui se sont fait une... [Lire la suite]
24 novembre 2013

DANS BAUDELAIRE L'IRREMEDIABLE

DANS BAUDELAIRE L'IRREMEDIABLE 1.Dans Baudelaire, L'irrémédiable, le Ciel a beau se tordre le coup d'oeil, aucune de ses mirettes n'y met les palmes, dans le Styx. 2.Dans Baudelaire, L'Irrémédiable, un Ange qu'a tâté du bizarre, qu'a fricoté l'étrange, i s'débat, s'étouffe, prend une tasse de remous du cauchemar. 3.Dans Baudelaire, L'Irrémédiable, des fascinés chantent à la noirceur venue, font les pitres, jonglent dans les ténèbres avec leurs têtes coupées. 4.Dans Baudelaire, L'Irrémédiable, un fasciné du vaudou, un attrapé du... [Lire la suite]