12 janvier 2017

AUTRES BREFS QU'IL FAIT FROID TOUJOURS

AUTRES BREFS QU'IL FAIT FROID TOUJOURS   1. Soudain il se retira entraînant avec lui tout le réel qui se débina dans tous les sens et le monde ne fut plus que chaos.   Que des fois on entend « This Town Ai'nt Big Enough For Both Of Us » des Sparks qu'on se sent tout l'réel là nous frissonner dessus la peau.   Moi je me dis que l'anglo/américain du rock, ça doit être quelque chose comme la langue des fantômes familiers qui se fichent d'ma pomme.   2. Le train s'arrêta prit une bière et repartit.... [Lire la suite]

11 janvier 2017

BREFS QU'IL FAIT FROID

BREFS QU'IL FAIT FROID   1. Y en a i sont toqués ça veut dire en français qu'ils ont une araignée qui leur joue du ukulélé au plafond que du coup i sont tout bizarres.   L'araignée qui joue du ukulélé dans vo tiête elle est très exotique bien sûr sinon elle jouerait d'l'accordéon en beuglant qu'la mer monte.   2. Parfois on se lance dans de longues explications qu'à force on finit par jacasser pour un parterre de squelettes.   3. Dans les romans on lit « Cinq minutes plus tard » que ça veut dire... [Lire la suite]
22 mai 2016

DELIRER DANS LE SCRIBE

DELIRER DANS LE SCRIBE   1. Le monde change ; nous aussi, mais ça fait des froissements. Pour tout dire, ça grince même drôlement.   2. Cézigue méchant il dit bin j'espère bien bordel de quand il entend une mauvaise nouvelle à la radio Ah quel poète alors !   3. Je me retourne : - Y a quelqu'un ? - Non, y a personne, mais faites comme si j'étais là. Alors, rassuré, je peux continuer à délirer dans le scribe.   4. « Est-ce que le but de la vie est de vivre ? » ... [Lire la suite]
21 mai 2016

CHATELAINE EN CABOCHE SUIVI DE UNE HISTOIRE DE JO

CHATELAINE EN CABOCHE SUIVI DE UNE HISTOIRE DE JO1.Toujours amusant de constater que quelques notes d'une ritournelle naguère à la mode ont un réel pouvoir de réminiscence.2.« Elle s'arrange ensuite pour que ces objets soient découverts. »(Agatha Christie traduit par Thierry Arson, « La Mystérieuse Affaire de Styles »)« Elle s'arrange ensuite pour que ces objets soient découverts. »- Qui, mais qui donc ?- La Dame en noir, la châtelaine en caboche.3.Des fois, pour le simple plaisir de la réminiscence,... [Lire la suite]
25 août 2015

DIEU NE CONNAÎT PAS SON SEMBLABLE

DIEU NE CONNAÎT PAS SON SEMBLABLE   1. « Trois mille six cent fois par heure, la Seconde Chuchote : Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois, Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde ! » (Baudelaire, « L'Horloge »)   2. Y a pas, faut écrire en aiguisant ses couteaux dans l'autrefois et ça pendant qu'les artilleurs de maintenant ont la tête ailleurs.   3. « Je dis : Que cherchent-ils au Ciel, tous ces... [Lire la suite]
31 mai 2015

LE VENT FAISAIT CE BRUIT

LE VENT FAISAIT CE BRUIT 1.« Je les entends, fuyons. Le vent faisait ce bruit. »(Corneille, « L'illusion comique », III, 7, v.863 [Matamore]) 2.« De même aussi, quoiqu'il y ait des espaces dans lesquels je ne trouve rien qui excite et meuve mes sens, je ne dois pas conclure pour cela que ces espaces ne contiennent en eux aucun corps »(Descartes, « Méditations métaphysiques », méditation sixième, GF 328, p.197) 3.Nous n'y voyons rien car nous ne sommes pas outillés pour y voir quelque... [Lire la suite]
25 octobre 2014

INSOLENCES DE BON MATIN

INSOLENCES DE BON MATIN 1.Dieu, un avoir été qui ne cesse de manifester sa présence. 2.Il est faux de dire que Dieu est indivisible; il est au contraire divisible en une infinité de petits dieux portatifs et contradictoires. 3.Je me demande si la mélancolie de Dieu a forme humaine. 4.L'ironie est antidogmatique par définition; aussi est-elle ce boomerang qui frappe aussi bien l'insolent que sa victime. 5.Le crucifix est le symbole le plus violent - avec la tête de mort des uniformes prussiens - que l'humain ait rendu universel. ... [Lire la suite]
24 octobre 2014

FOURNIR MAINTE

FOURNIR MAINTE 1."Tu marches saluant les croix"(Apollinaire, "Elegie du voyageur aux pieds blessés") 2.Tu arpentes le monde en faisant des signes de croix cause que partout des morts attendent. 3.Des fois, pas d'autre route que la route à regrets; c'est que le coche, le louper une fois suffit pour y penser toujours. 4.Dans le poème "Un chiffon", de Henri Michaux, de qui parle le narrateur ? De lui-même ? De son chef de service ? De son bauf' ou de son boeuf ? 5.A force de s'effondrer dans nos tréfonds, qu'il y a plus qu'nos... [Lire la suite]