21 février 2017

QUAND JE ME LEVE J'AI FAIM CACHEZ VOS BOEUFS DIT L'OGRE

QUAND JE ME LEVE J'AI FAIM CACHEZ VOS BOEUFS DIT L'OGRE   1. QUAND JE ME LEVE J'AI FAIM   « quand le matin aurait secoué ses bouquets de givre sur mes vitres gelées » (Aloysius Bertrand, « Ma chaumière »)   Quand je me lève j'ai faim car Le matin j'ai faim chaque Matin j'ai faim que le matin il Aurait beau dire (mais le matin c'est rare qu'il cause) mais quand j'ai Secoué le colosse faut qu'je mange un truc avec un os dedans ah il a Ses crocs l'ogre de mon stomac qu'il croquerait bien ... [Lire la suite]

05 février 2017

LA CHASSE AU CANARD SUIVI DE TROIS TRUCHELLES

LA CHASSE AU CANARD SUIVI DE TROIS TRUCHELLESLe mot « truchelles » est un mot fort utile que je viens d'inventer pour l'occasion. Il se met toujours au pluriel, sauf quand il se met au singulier, et c'est alors qu'il change de genre : un trucheau (masc. sing.), des truchelles (fém. pl.).1.LA CHASSE AU CANARDLa chasse au canard c'est chouette mais quand laNuit est vraiment toute noire on ne peut pas chasser le canardEt ça m'ennuie vraiment de ne pas pouvoir chasser le canardCe qu'il y a alors c'est que ma tête est pleine... [Lire la suite]
23 août 2016

INSOLENT COMME UN QUI APPARAÎT MÊME QU'IL EXISTE PAS

INSOLENT COMME UN QUI APPARAÎT MÊME QU'IL EXISTE PAS1.Une chanson à la radio qu'le narrachanteur sur un ton désenchanté, fataliste et pas joyeux, répète qu'il « est temps d'aller se baigner ».Narrachanteur : narrateur qui narratte en musique que des fois s'il y avait pas la musique, on s'en apercevrait qu'c'est idiot son truc.Note : je mets deux « t » à la forme « narratte » pour faire plus narratatif. 2.Sans les films comiques, des fois la mélancolie elle en emporterait quelques uns dans sa... [Lire la suite]
20 mars 2016

OÙ QU'ON RÊVAIT PAS QU'ON ÉTAIT

OÙ QU'ON RÊVAIT PAS QU'ON ÉTAIT   1.« Fier toujours d'avoir eu, dans le temps, sa légende... » (Tristan Corbière, « Le poète contumace »)   Fier non chu pas fier c'est bien pour ça qu'on m'appelle crapaud quoique… quoique… quoique...   Toujours est-il que quoi ? Qu'il est l'heure ? Et alors ? Ah oui... faut vivre, se régler sur le temps, l'horloge, les autres, les fantômes.   D'avoir raison tu parles comme ça m'intéresse... pas Eu la finesse d'avoir les diplômes pour...... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
19 mars 2016

AVEUGLEMENT Ô SINCERITÉ !

AVEUGLEMENT Ô SINCERITÉ ! 1.« Roi déchu de ce monde livresque, il lâchait pied devant leur marée montante, dans l'impossibilité de les arrêter car ils ne lui obéissaient plus. »(Agatha Christie traduit par Th. Guasco, « Les Pendules ») 2.Les livres sont nos maîtres secrets. Ils savent tout de nous. Ils nous tiennent. 3.J'aurais aimé être, mais pas aussi mort que lui. 4.Fut un temps où le rock était la musique de l'énergie et de la jeunesse. Évidemment, avec le temps, ils font un d'ces raffuts, les morts. ... [Lire la suite]
06 mars 2016

TIRER VANITE DE LA REPUTATION DE SON FANTÔME

TIRER VANITE DE LA REPUTATION DE SON FANTÔME 1.« Il est homme à tirer vanité de la réputation de son fantôme »(Agatha Christie « Le Mystérieux Mr Quinn » [Porter]) Présentatif – attribut – l'impersonnel « il est » s'incarne – se qualifie – s'infinitive – vanité et fantômat – expression « tirer vanité de son fantôme – d'une réputation d'un être qui n'existe que par le nom qu'on lui accorde. Il ah oui il était une fois ou ilEst encore une fois toujours tant de fois tant tant encore. Homme que... [Lire la suite]

28 février 2016

PIS RÊVASSEUR

PIS RÊVASSEUR   1.Route : reprise qu'un jour y en a plus, ni route, ni nous. 2.Livre : celui du « devoir » (Rimbaud) vu, lu, su, jeté, retrouvé dit-on, bien plus tard, après le passage de la comète. 3.Lui là, l'homme aux vers nouveaux… les sifflait-elle, son araignée, ces chansons au fil du chemin bizarres assez pour fasciner  ? 4.Lueurs : paupières, brillances, cristal jeté, ville, couleurs en miettes, place du théâtre, illuminations. 5.Rêve : mauvais qu'on en a le goût des fois, jument... [Lire la suite]
06 février 2016

LUI LÀ MOI

LUI LÀ MOI 1.« Dès que je rentrais, il fallait que je la visse et que je la maniasse. »(Maupassant, « La Chevelure ») Dès que, j'suis plein de dèsQue de départs avortés de dès queJe sans faute et puis nada de dès que jeRentrais chez moi oui AlorsIl fallait mon âme l'invisible en moiFallait que je l'examinasse de conscienceQue j'en détaillasse les mensonges queJe lui questionnasse la péripétie que je dans tous les sensLa retournasse et c'te vivace feignasse grognasse luiVisse toutes les promesses non tenues Et il... [Lire la suite]
02 février 2016

J'ENTENDS QUOI DONC QU'J'ENTENDS

J'ENTENDS QUOI DONC QU'J'ENTENDS 1.« L'amour avidement croit tout ce qui le flatte. »(Racine, « Mithridate », III,4 v.1027 [Mithridate]) L'amour dans quel sujet j'm'embarqueAvidement qu'c'est l'amour qu'onCroit qu'c'est arrivé (des fois i paraît qu'si)Tout-ci tout-ça l'autre qu'on zieute bouche béeCe qu'on en est sot alors c'est àQui qu'est l'plus sot puisLe temps passe qui en général ne nousFlatte guère. 2.« Devant lui une espèce de grand type en imperméable longe la grille. »(Robe-Grillet, « Les... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
31 janvier 2016

LES DEGRÉS VERS LES OMBRES

LES DEGRÉS VERS LES OMBRES 1.L'Histoire a parfois été le fait de grotesques, de brutaux, de nains que nous appelons « grands hommes », par ironie sans doute. 2.« se livrant, inconsciemment, à la mimique d'un poisson rouge dans un bocal »(Agatha Christie traduit par Louis Postif, « Un cadavre dans la bibliothèque », Le Club des Masques n°38, p.77) Que des fois, on en laisse, des bestiaux, nous remonter l'inconscient, et puis du très profond d'nos vies antérieures. Qu'est-ce qu'on se ressemble... [Lire la suite]