20 mai 2013

QUATRE COIN-COINS ET UN COUAC

QUATRE COIN-COINS ET UN COUAC 1."Balai, les guignols ! Je voulais plus m'agiter la tête !..."(Céline, Le pont de Londres, folio n°230, p.238) Balai, tire-toi de là, sorcière !Les polichinelles à grimaces, Guignols, faut que je les patafiole !Je voulais plus m'secouer neurones,Voulais plus que balai et bouche d'égout,Plus m'guignoler moi-même, plus M'agiter comme hanté légion puces,La cafetière qui m'fait du cha-cha-cha la Tête je voulais plus qu'elle me court. 2."La dignité dans l'existence c'est la gueule de raie."(Céline, Le pont... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 avril 2013

FOISONNER DES CELLULES

FOISONNER DES CELLULESVrac de notes à propos de "Meurs pas, on adu monde" de Frédéric Dard/San-Antonio,  édition de poche Fleuve Noir n°103. "foisonner des cellules" expression que jeTrouve dans San-Antonio Meurs pas, on a dumonde est le titre de l'oeuvre page 113 jeCite "Tu foisonnes des cellules c'est biença" j'ai supprimé la ponctuation Pourquoi?Parce que Vous l'y recollerez si besoin unSac à expressions la san-antonienne oeuvreFoisonner des cellules c'est cogiter dru &Vif & efficace j'imagine Frédéric Dard... [Lire la suite]
14 avril 2013

CASSE-NOISETTES

CASSE-NOISETTES Elle me disait ma mère N'épouse pas la misèreMais quand la misère a joli minoisEt qu'on y met le doigt Voilà qu'on s'artrouve vite maridaMézigue c'est la MarinetteQui m'a mis au pasDepuis je l'appelle Casse-noisettes Avec toi Casse-noisettesJe suis pas à la fêteAvec toi casse-couillesFaut toujours que j'magouilleQue j'bidouille j'me débrouilleTout ça pour toi Tout ça pour çaTout ça pour Finir cravatéEnchristé engeôléEncagé empapaouté Pour arriver à joindre les deuxBouts à être pas trop malheureuxJ'ai essayé... [Lire la suite]
06 avril 2013

LE DIT DU CHIEN SUIVI DU DIT DU BOURRIN

LE DIT DU CHIEN SUIVI DU DIT DU BOURRIN LE DIT DU CHIEN "- Vous êtes cynique.- Je connais le monde, c'est tout."(Agatha Christie, traduit par Monique Thies, Les Ecuries d'Augias). Vous - ô vous mouvante émouvante -Êtes - êtes-vous ou alors je vous rêve -Cynique - lorsque les chiens se mettent à parler,Je les mets dans un tonneau avant qu'ils disent toi toiConnais toi toi-même Le monde est plein d'tonneaux qui aboient leMonde est plein d'tonneaux où je boisC'est trop y a trop d'tonneaux et de chiens Tout roule autour de moi qui... [Lire la suite]
06 avril 2013

A ECOUTER HOW HIGH THE MOON

A ECOUTER HOW HIGH THE MOON "A quatre heures du matin, l'été,Le sommeil dure encore.Sous les bosquets l'aube évapore        L'odeur du soir fêté."(Rimbaud, Bonne Pensée du matin) A écouter How High The Moon par Lionel HamptonQuatre mesures à peine et v'là qu'on s'émeut ;Heures que nous décomptez-vous ?Du temps passé à écouter la vieille magie du jazz ? LeMatin des gens passent des autos klaxonnentL'été est loin encore même qu'ça neige d'avrilLe temps fait métronome tic tac toc entre Sommeil et... [Lire la suite]
06 avril 2013

ET L'ON SAIT QUOI

ET L'ON SAIT QUOIEn écoutant le splendide, tonique, jazz Joe Jackson's Jumpin' Five. "Quant à ta mort, l'éclair aveugle en est en routeQui saura te choser, va, sans que tu t'en doutes."(Jules Laforgue, Complainte du Sage de Paris) Quant à toi, ma gueule, ma cligne de l'oeil, A l'heure où toc toc qui cogne à Ta carcasse, c'est laMort qui t'la saisira poudre à néantL'éclair Crack Dzim Boum !Aveugle comme l'amour, le glaive, le hasardEn éclairera la face figée elle ta face elle Est lividement surprise blafarde blême éberluéeEn est... [Lire la suite]

05 février 2013

GLAS GLAS GLAS

GLAS ! GLAS ! GLAS ! "Glas ! Glas ! Glas sur vous tous, néant sur les vivants !"(Henri Michaux, Contre !) Glas ! Glas ! ça fait froid çaGlas ! Glas ! sons froids que ces Glas ! Glas ! Glas là !sur la terre froide et noire entendezvous le Glas ! Glas ! Glas des clochestous les jours en entend c'est lenéant qui appelle Glas ! Glas ! Glas ! (fait des dents)sur la terre des clochers le néant appelle c'est étonnantles choses sont pour ne plus être lesvivants sont déjà morts quelque part toujours. DANS LE LABYRINTHE "Dans le labyrinthe... [Lire la suite]
25 janvier 2013

SERIE OR

SERIE OREn feuilletant le Serie Or de Fluide Glacial n°61, "La Compile d'hiver 2012-2013". 1."Ben d'après toi tu te trimballes quoi dans le tiroir en ce moment ?!" (Gaudelette, "Les Ratés", p.26) : Evidemment, c'est pas très élégant de signaler ainsi l'état d'une femme enceinte. Le lexique vulgaire traite surtout du quotidien, du concret. La vulgarité rapelle ainsi au réel qu'il n'est que ce qu'il est, du bêtement réel. Il est d'ailleurs difficile d'écrire de la philosophie - cette manière de prendre le réel au sérieux, sinon au... [Lire la suite]
14 janvier 2013

AUTRES MEVOQUES

AUTRES MEVOQUESFantaisies à propos de quelques citations tirées du recueil Les Complaintes de Jules Laforgue. Citations entre guillemets et/ou en italiques. 1.Complainte des pianos qu'on entend dans les quartiers aisés:Parfois, pas clair, le scribe, ésotérique à virgules, elliptique comme les images d'un songe : "Ô jours, tout m'est égal ? ou, monde, moi je veux ?". Et heures, m'importe le temps, car moi, je passe. Ou frites, me plaisez, avec de la mayo. 2.Scribe ésotérique, ontologique aux "Fatales clés de l'être un beau jour... [Lire la suite]
06 janvier 2013

LE SAINT FAIT LE DIABLE

LE SAINT FAIT LE DIABLEFantaisie autour de la nouvelle "L'Elixir de longue vie", d'Honoré de Balzac. Les citations sont entre guillemets et/ou en italiques. "- Que se passe-t-il donc là-haut ? s'écria le sous-prieur en voyant la châsse remuer.- Le saint fait le diable, répondit l'abbé."(Balzac, L'Elixir de longue vie) 1.C'était le genre de type, dès qu'il tombait amoureux, il devenait bête comme un jeune homme, et lorsqu'il parlait politique, il devenait aussi insupportable qu'un vieux con. Ce qui n'a rien à voir avec la nouvelle de... [Lire la suite]