20 mars 2016

OÙ QU'ON RÊVAIT PAS QU'ON ÉTAIT

OÙ QU'ON RÊVAIT PAS QU'ON ÉTAIT   1.« Fier toujours d'avoir eu, dans le temps, sa légende... » (Tristan Corbière, « Le poète contumace »)   Fier non chu pas fier c'est bien pour ça qu'on m'appelle crapaud quoique… quoique… quoique...   Toujours est-il que quoi ? Qu'il est l'heure ? Et alors ? Ah oui... faut vivre, se régler sur le temps, l'horloge, les autres, les fantômes.   D'avoir raison tu parles comme ça m'intéresse... pas Eu la finesse d'avoir les diplômes pour...... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

19 mars 2016

AVEUGLEMENT Ô SINCERITÉ !

AVEUGLEMENT Ô SINCERITÉ ! 1.« Roi déchu de ce monde livresque, il lâchait pied devant leur marée montante, dans l'impossibilité de les arrêter car ils ne lui obéissaient plus. »(Agatha Christie traduit par Th. Guasco, « Les Pendules ») 2.Les livres sont nos maîtres secrets. Ils savent tout de nous. Ils nous tiennent. 3.J'aurais aimé être, mais pas aussi mort que lui. 4.Fut un temps où le rock était la musique de l'énergie et de la jeunesse. Évidemment, avec le temps, ils font un d'ces raffuts, les morts. ... [Lire la suite]
13 mars 2016

SI J'AVAIS UNE LOUPE

SI J'AVAIS UNE LOUPE 1.« Cri d'os, dur, sec, qui plaque et casse – Plangorer... »(Tristan Corbière, « A une demoiselle ») Ce « plangorer »-là sonne comme trois notes liées après une cadence de brèves qui piquent et pointent. 2.« J'ai souvent éprouvé un sentiment d'inquiétude, à des carrefours. »(Yves Bonnefoy, « L'arrière-Pays ») 3.Le réel c'est c'qui s'dit, rumeur, mayonnaise qui prend. 4.« Pourtant, aujourd'hui une autre lame sera encore plus mortelle. »(Bollée et... [Lire la suite]
12 mars 2016

VERS LE JAZZ

VERS LE JAZZ 1.« SOMMEIL – Écoute-moi, je parlerai bien bas :Crépuscule flottant de l'Être ou n'Être pas !..»(Tristan Corbière, « Litanie du sommeil ») 2.Majuscules, importance du sommeil (surtout quand on ne dort pas, qu'on voudrait dormir, qu'on insomnise, qu'on se retourne le squelette entre les draps, qu'on lucide de trop). 3.Sommeil, j'écrirai ton nom sur le fluide de la nuitSur le sable de la nuit, sur les crabes de la nuitSur tout ce que tisse la nuit aux doigts innombrables 4.Si l'on veut être... [Lire la suite]
06 mars 2016

TIRER VANITE DE LA REPUTATION DE SON FANTÔME

TIRER VANITE DE LA REPUTATION DE SON FANTÔME 1.« Il est homme à tirer vanité de la réputation de son fantôme »(Agatha Christie « Le Mystérieux Mr Quinn » [Porter]) Présentatif – attribut – l'impersonnel « il est » s'incarne – se qualifie – s'infinitive – vanité et fantômat – expression « tirer vanité de son fantôme – d'une réputation d'un être qui n'existe que par le nom qu'on lui accorde. Il ah oui il était une fois ou ilEst encore une fois toujours tant de fois tant tant encore. Homme que... [Lire la suite]
28 février 2016

PIS RÊVASSEUR

PIS RÊVASSEUR   1.Route : reprise qu'un jour y en a plus, ni route, ni nous. 2.Livre : celui du « devoir » (Rimbaud) vu, lu, su, jeté, retrouvé dit-on, bien plus tard, après le passage de la comète. 3.Lui là, l'homme aux vers nouveaux… les sifflait-elle, son araignée, ces chansons au fil du chemin bizarres assez pour fasciner  ? 4.Lueurs : paupières, brillances, cristal jeté, ville, couleurs en miettes, place du théâtre, illuminations. 5.Rêve : mauvais qu'on en a le goût des fois, jument... [Lire la suite]

18 février 2016

AVANT QU'ÇA VOUS HACHE MENU

AVANT QU'ÇA VOUS HACHE MENU 1.Dans « Fin de partie », de Samuel Beckett, Clov à la lunette, flots de « plomb » comme réel de plomb, et soleil de la même eau. 2.« Vitres de son où virent les astres,verres où cuisent les cerveaux »(Antonin Artaud, « Vitres de son ») 3.O quand éclatent les vitres de sonLeurs pattes d'écorchés vous cisaillent les oreillesSon sang groseille coupée dans le panier d'Alice O. 4.Prenez la parole d'une voix douce. Cela vous permettra de lui susurrer quelques... [Lire la suite]
08 février 2016

PARFOIS PIERRE

PARFOIS PIERRE 1.« Ils me disent, tes yeux, clairs comme le cristal »(Baudelaire, « Sonnet d'automne ») Yeux : « clairs comme le cristal » chez Baudelaire ; à y lire des fois un avenir dans ces globes, pis du trouble, voire du pas très drôle. 2.« Je suis le sinistre miroirOù la mégère se regarde. »(Baudelaire, « L'Héautontimorouménos ») Miroir : ce qu'on est des fois qu'on n'y retrouve ni son latin ni son chien. 3.« Les maisons, dont la brume allongeait la... [Lire la suite]
06 février 2016

LUI LÀ MOI

LUI LÀ MOI 1.« Dès que je rentrais, il fallait que je la visse et que je la maniasse. »(Maupassant, « La Chevelure ») Dès que, j'suis plein de dèsQue de départs avortés de dès queJe sans faute et puis nada de dès que jeRentrais chez moi oui AlorsIl fallait mon âme l'invisible en moiFallait que je l'examinasse de conscienceQue j'en détaillasse les mensonges queJe lui questionnasse la péripétie que je dans tous les sensLa retournasse et c'te vivace feignasse grognasse luiVisse toutes les promesses non tenues Et il... [Lire la suite]
02 février 2016

UNE VOIX A TRAVERS

UNE VOIX A TRAVERS 1.« L'amour avidement croit tout ce qui le flatte. »(Racine, « Mithridate », III,4 v.1027 [Mithridate]) 2.L'amour, c'est un fils de, et puis avide qu'il est, l'amour… l'amour, il a jamais trop d'yeux. 3.Tout-ci tout-ça l'autre qu'on zieute bouche béeJe t'aime et t'aime et t'aime et toujours t'aimeraiCe qu'on est sot alors c'est à qui qu'est l'plus sot 4.Et puis la fée d'l'horloge, l'infiniment ridée, passe, cuit nos pommes, et nos amours, elle les désosse. 5.« Devant lui une espèce de... [Lire la suite]