24 octobre 2014

FOURNIR MAINTE

FOURNIR MAINTE 1."Tu marches saluant les croix"(Apollinaire, "Elegie du voyageur aux pieds blessés") 2.Tu arpentes le monde en faisant des signes de croix cause que partout des morts attendent. 3.Des fois, pas d'autre route que la route à regrets; c'est que le coche, le louper une fois suffit pour y penser toujours. 4.Dans le poème "Un chiffon", de Henri Michaux, de qui parle le narrateur ? De lui-même ? De son chef de service ? De son bauf' ou de son boeuf ? 5.A force de s'effondrer dans nos tréfonds, qu'il y a plus qu'nos... [Lire la suite]

23 octobre 2014

QUEL EST CET ETRANGE QUE JE N'Y ERRE QU'EN SONGE ?

1.Quel est cet étrange que je n'y erre qu'en songe ? 2.Des fois dans l'étrange de nos songes, les contes i sont tout troués, et les légendes perforées. 3.Eh bien quoi, j'attendais que tu retrouves toute ma mémoire... 4.Expressions baudelairiennes: "adorer quelqu'un à l'égal de la voûte nocturne";  "un vase de tristesse"; "une grande taciturne". 5.Je suppose que lorsque l'on "adore quelqu'un à l'égal de la voûte nocturne", on est tout prêt à lui voir des étoiles. 6.Je suppose que lorsque l'on "adore quelqu'un à l'égal de la... [Lire la suite]
22 octobre 2014

ABÔME ! ABÔME !

ABÔME ! ABÔME ! 1.Expressions d'Antonin Artaud: "l'horlogerie de l'âme"; "Je suis un abîme complet"; "un bruit torturé". 2.Des "horlogeries de l'âme" qu'on est tout tic-tac tic-tac pas synchrones du tout du tout entre nous oh non. 3.Des "horlogeries de l'âme", nos pommes, à en pleurer des grains de sable. 4.Des fois qu'on s'apitoie, qu'on s'complaisance, qu'on se dit qu'on est si précis, si précisément précieux, qu'not' "horlogerie de l'âme", le grain de sable d'un regard suffit à la perturber, bourrins qu'nous sommes. 5.Faut... [Lire la suite]
22 octobre 2014

AVEC MES QUATRE YEUX ETONNES

AVEC MES QUATRE YEUX ETONNES 1.Expressions rimbaldiennes : "avoir quatre yeux étonnés"; "envoyer l'Amour par la fenêtre"; "la bruine des canaux par les champs". 2.Lorsque l'on a "quatre yeux étonnés", c'est qu'on voit double, non ? 3.Il est inutile "d'envoyer l'Amour par la fenêtre". L'expérience a déjà été tentée cent fois. Il ne s'envole pas, il se scrashe, réduit en bouillie, kaputt qu'il est, l'Amour. 4.Y a aussi dans Rimbaud le "gentilhomme d'une campagne aigre", qu'alors je courrai "la bruine des canaux par les champs".... [Lire la suite]
21 octobre 2014

QU'EST-CE QUI M'A PRIS D'INVITER UN ELEPHANT CHEZ MOI

QU'EST-CE QUI M'A PRIS D'INVITER UN ELEPHANT CHEZ MOI (Instruments souhaités pour cette chanson : grosse caisse et timbales, et cymbales, et trompette, et clavecin pour le contraste, guitare rythmique pour les riffs bien lourds, et ponctuation de guitare solo pour l'effervescence, basse ronflante et échos de barrissements, et piano là-dedans pour le balancement de la trompe de l'animal et la danse sur les disques des Sparks.) Qu'est-ce qui m'a pris non mais qu'est-ce qui m'a prisD'inviter un éléphant chez moiIl m'a sifflé tout mon... [Lire la suite]
21 octobre 2014

EN ECOUTANT LES AQUARELLES VENENEUSES

EN ECOUTANT LES AQUARELLES VENENEUSES 1.Les amours, c'est comme tout voué à la perte; et s'il n'en reste qu'une, ce ne sera  même pas celle-là; la mort interviendra. 2.Michel Leiris, dans son Journal, envisage de commenter "une phrase prise au hasard dans un livre choisi au hasard dans [sa] bibliothèque." C'est ça qu'il faut faire; le reste, c'est de l'université. 3."T'as vraiment l'air bien collé. Je vais chercher du secours."(Bertschy, "Nelson") 4.On se colle au réel façon toutou cocasse qui se colle la langue sur la... [Lire la suite]

21 octobre 2014

MES AMOURS AH QUELLE IMAGINATION

MES AMOURS - AH QUELLE IMAGINATION ! 1.Le jour tombe dans les pommes bleues. En écrivant cette phrase - je ne sais quoi de fané, de vaguement pourrissant. 2."Il est pourtant visible que cette maison était habitée encore tout récemment."(Bob de Moor, "Barelli et les agents secrets") 3."Il est pourtant visible que cette maison était habitée encore tout récemment" dit le fantôme qui, quelques heures plus tôt, y déjeunait tranquillement. 4.Oh c'est une statue ! C'est sans doute pour ça qu'elle ne me disait rien. 5."Je suis celle en... [Lire la suite]
19 octobre 2014

MES YEUX JE LES AI REMIS

MES YEUX JE LES AI REMIS 1.Nous sommes montés sur les épaules des géants et nous leur avons crevé les yeux. 2.Le miroir ne maîtrise la foudre qu'en rêve; à défaut, il tente d'attraper nos visages. 3.Nous traversons des architectures écorchées; des chevaux y passent avec des hennissements sanglants. 4.Ne dites jamais les choses telles qu'elles sont; elles pourraient vous dénoncer. 5.Entendu cette phrase - est-elle de Patti Smith ? - dans une fiction de Claudine Galéa consacrée à la poétesse : "Le rock est le corps plein d'un... [Lire la suite]
19 octobre 2014

EAU TAPIS ET SPHINX

EAU TAPIS ET SPHINX 1.Eau, femme liquide qui cherche son squelette dans la poche des herbes. 2.Eau, porte d'eau qui ouvre le passage aux petits princes hippocampes. 3.Eau, gong muet, dont les ondes se confondent et se closent en cercles et bouches. 4.Eau, masque bleu de la translucide verte. 5.Eau, tambour effondré, soleil débattu, déchiqueté par d'invisibles mâchoires. 6.Eau, draps d'Ophélie, bras coupé, squelette à casque, errance du cheval gonflé. 7.Eau, qui tente sa peau sous le cornet à dés d'où tombent des dieux. 8.Eau,... [Lire la suite]
12 octobre 2014

PIPOBECQ EN PASSANT PAR PARADOXE

PIPOBECQ EN PASSANT PAR PARADOXE 1.Les footballeurs jouent au football. Les autres gens, non. Ils les regardent jouer ou ne les regardent pas. Tous cependant savent qu'ils existent. 2.L'araignée a huit pattes. Ce qui la classe dans les bipèdes à pattes supplémentaires. Elle ne joue pourtant pas de violon, fût-elle violoniste. 3.L'humain ne s'embête guère, il trouve toujours un moyen de se nuire. C'est ainsi qu'il tue le temps. 4.Les gens pressés, en fait, c'est le temps qu'ils pressent, compressent, dispersent et ils s'étonnent un... [Lire la suite]