21 septembre 2013

DESCENDI IN HORTUM MEUM

DESCENDI IN HORTUM MEUM 1."Un monsieur en linge arrangeait sa manche"(Tristan Corbière, Duel aux camélias) Un quidam donc fut décapité unMonsieur, on lui coupa la têteEn un éclair de fer ce fut fait son Linge habille maintenant un cadavre sans têteArrangeait-il bien ses affaires je sais pasSa femme qui est-elle je sais pas laManche passe entre deux. 2."As-tu vu s'étirer l'oeil des Lazzaroni ?"(Tristan Corbière, Litanie du sommeil) As-tu vu asTu dans l'oeil l'as-tu as-tuVu l'as-tu vu leur oeilS'étirer se répandre se gondoler L'oeil... [Lire la suite]

08 septembre 2013

GRAINES D'OMBRE

GRAINES D'OMBREEn lisant les pages 7 à 16 du recueil de nouvelles "Les Ecuries d'Augias", d'Agatha Christie traduit par Monique Thies, Club des Masques n°72. 1) Pourquoi est-ce "toujours comme ça" ? Parce que, sans doute, il ne peut en être autrement. Le ça est essentiellement problématique. 2) Sur quelle propriété du langage Agatha Christie met-elle l'accent dans le second paragraphe de la page 8 ? Les mots, des fois, i masquent, les mots ; ils embrouillent, ils font du réel non plus un problème que l'on éclaircit en en précisant... [Lire la suite]
01 septembre 2013

A QUOI SELON CIORAN

A QUOI SELON CIORANBrefs en lisant "Le mauvais démiurge" (cf Cioran, Pensées étranglées, Folio Sagesses, 2013). 1.A quoi, selon Cioran, l'homme n'incline-t-il pas ? Je ne sais à quoi il n'est pas enclin, le si multidirectionnel humain, qu'en tout cas, il incline aisément à la choucroute, mais avec une technique inégalée. Y a que les insectes pour être aussi efficaces. 2.A la fin du premier paragraphe du texte Le mauvais démiurge, quelle question concernant le statut ontologique de l'humain Cioran se pose-t-il ? Il se demande si... [Lire la suite]
01 septembre 2013

GRATIN ALL'SOLE

GRATIN ALL'SOLENotes sur le "Soneto a Napoli" de Tristan Corbière (cf "Les Amours jaunes", Le Livre de Poche n°16083, p.154, je précise pour les notes érudites de Christian Angelet qui m'ont permis de rêvasser sur des bases sérieuses, non mais tout de même). 1.                         "Soneto a Napoli ... [Lire la suite]
29 août 2013

LES DEBUTS DE L'INSOLENCE

LES DEBUTS DE L'INSOLENCEQuestions et réponses sur le poème "Mon Dieu", de Henri Michaux (cf Henri Michaux, La nuit remue, La bibliothèque Gallimard n°90, p.240) GRAND A : QUESTIONS. 1) Qu'il y eut-il un jour ?2) Que lui-a-t-on fait ?3) Qu'est-il devenu ?4) Que lui a-t-on fait encore ?5) Qu'est-il alors devenu ?6) Et pourquoi le narrateur veut-il qu'on le "comprenne bien" ?7) Quel est l'intérêt de l'anaphore "et" ?8) Quel type de phrase domine la seconde strophe ?9) A quoi, dans cette seconde strophe, Dieu est-il comparé ?10) Dans... [Lire la suite]
29 août 2013

L'HABITANT DU TOMBEAU

L'HABITANT DU TOMBEAUNotes sur le sonnet "Le mauvais moine", de Charles Baudelaire. Citations entre guillemets. 1."LE MAUVAIS MOINE Les cloîtres anciens sur leurs grandes muraillesEtalaient en tableaux la sainte Vérité,Dont l'effet, réchauffant les pieuses entrailles,Tempérait la froideur de leur austérité." a) Qu'est-ce que "les cloîtres anciens sur leurs grandes murailles étalaient" ? "La sainte Vérité", comme quoi la vérité se voit comme le Christ sur la Croix. b) Quel effet le narrateur attribue-t-il à cet étalage de la... [Lire la suite]

29 août 2013

SUR UN BANC DEVANT L'HERBE

SUR UN BANC DEVANT L'HERBE 1.Ce que fabriquent les chansons, de la nostalgie, et ce que fabrique la nostalgie, le regret de n'avoir pas pu, ou de n'avoir pas su. 2.La chanson populaire donne un son à l'air du temps. Sa production en série et sa reproductibilité la voue au rappel, à la nostalgie. Ainsi, on la vend aussi bien aux jeunes gens qu'aux gens qui furent jeunes. 3.Le regret de son passé est sans doute un indice sûr de vieillissement. Je dois être très vieux alors, plus vieux encore qu'on ne le dit. Ou alors, c'est que... [Lire la suite]
26 août 2013

AUSSI FOURMI

AUSSI FOURMI En cogitant sur le poème "Terre !", de Henri Michaux. 1.C'est plein de "i" partout. Il y en a tant et si que ça fourmille dans la farine, que ça siffle dans les sophistiquées, que ça frimousse, frétille, et rissole dans les frites, que ça rythme jadis aussi parmi nous pas que péris, pas que périscopes, péripéties, prétéritions. 2.L'ici et le maintenant viennent d'ailleurs, du naguère et du là, et à peine sont-ils qu'ils sont ailleurs, dans l'encore et le tantôt. Le temps va si vite qu'on ne le voit pas passer ; c'est... [Lire la suite]
24 août 2013

ET LES DIEUX LA LAISSERENT CHOIR

ET LES DIEUX LA LAISSERENT CHOIRNotes sur le sonnet La Muse vénale, de Charles Baudelaire. Citations entre guillemets. 1."O muse de mon coeur, amante des palais,Auras-tu, quand Janvier lâchera ses Borées,Durant les noirs ennuis des neigeuses soirées,Un tison pour chauffer tes deux pieds violets ?"(La Muse vénale, premier quatrain) Quelle figure de style vous semble dominer cette strophe ? Baudelaire personnifie. Il humanise les phénomènes. Janvier n'est plus seulement un mois, mais une entité qui a le pouvoir de commander aux... [Lire la suite]
21 août 2013

CONTRE ! EST UN NARRATEUR PAS GENTIL

CONTRE ! EST UN NARRATEUR PAS GENTILNotes sur le poème "Contre !" de Henri Michaux (in Henri Michaux, La nuit remue, La bibliothèque Gallimard n°90, p.112-113). 1) Dans le poème "Contre !" avec quoi le narrateur affirme-t-il pouvoir construire une ville ? Avec pas grand chose, ce qui n'est pas possible. Mais comme il y a des villes qu'on a bâties sur des bidons, des villes qu'on a creusées dans des roches, des villes aux maisons aux murs de papier, alors pourquoi pas une ville en lenteur de gemellance, en pesanteur de point pala, en... [Lire la suite]