22 novembre 2014

AUTRES PETITES GOTHIQUES FANTAISIES

  AUTRES PETITES GOTHIQUES FANTAISIES 1.Comme il avait plus d'une voix dans la gorge, il fonda une chorale, et acheta beaucoup de masques. 2.Mille témoins ne sauraient venir à bout du portrait-robot de l'assassin aux mille visages. 3.Orgueil se place souvent si mal qu'on se donne un mal de chien à le dénicher des petits mois où il pavoise. 4.Il a un destin humide, le gars Fardeau; il est d'abord plein d'eau, puis s'évapore lentement au soleil, jusqu'à ne plus faire qu'une flaque, une flaque à casquette et baguette de pain. ... [Lire la suite]

22 novembre 2014

PETITES GOTHIQUES FEERIES

  PETITES GOTHIQUES FEERIES 1.Face-de-brouillardOn le confondait avec un cauchemarVoulait-on le dissiperIl persistaitCoups de balaiOn lui flanquait. 2.Miss s'ennuie; elle n'a plus de fruits empoisonnés à distribuer aux petits vieux du quartier. Et puis, à vrai dire, des petits vieux, il n'en reste plus beaucoup. 3.Jeune-Neige aime le sangC'est intéressant Toutes ces gouttesQui tombent sur la routeOù je suis tombéeEt puis ça fait de jolis refletsAu clair de sabre. 4.Fille fenêtreReste à haïr les passantsElle voudrait de tout... [Lire la suite]
08 juillet 2014

TENANT UN MIROIR J'Y VIS DES NUEES

TENANT UN MIROIR J'Y VIS DES NUEESAmusettes autour de fragments tirés de "Aurora", de Michel Leiris, Gallimard, coll. L'Imaginaire. 1.Il y a cette phrase dans "Aurora" de Michel Leiris, où quelqu'un "tenait un miroir, où se reflétaient quelques nuages." Nous ne sommes donc que nuées. 2.Aussi dans le livre à Leiris, cette comptabilité des jours restants à vivre, "en comptant le nombre d'arbres qui le séparait de l'horizon". Ah ça à force qu'on s'fa appela vieille branche (faites pas attention à la conjugaison, j'ai du déglingou... [Lire la suite]
25 juin 2014

LE SPHINX IL A DU S'APPELER

LE SPHINX IL A DU S'APPELER 1.Le mensonge, c'est ce qui devrait pas être encore, et qui persiste cependant, et qui signe de son nom d'humain. 2."Il a pas d'aspect quand on le voit..."(Céline, "Le Pont de Londres") 3.Lui, rien, a rien pour lui, pas d'allure, d'aspect, de tenue, quand il est là, on voit quoi ? - Le rien qu'on voit, du chose. 4.D'la bicoque ruinée, avec du tout noir dedans. C'est donc ça mon cerveau. 5."Pendant des années, ma vie s'est passée dans mon cerveau."(Propos attribué à Lana Del Rey, in "Les Inrockuptibles"... [Lire la suite]
09 juin 2014

ENTRE LES COUPS DE

ENTRE LES COUPS DE 1."Entre les coups detonnerre on entendla litanie ardentele murmure obstinédes prières en bas"(Lucien Suel, "Canal Mémoire", Editions du Marais du Livre, Hazebrouck, 2004, p.66). 2.Des fois ça donne des coups qu'on dit coups de tonnerre et qu'on entend qu'on entend itou la "litanie ardente", cette basse obstinée des syllabes d'en bas. 3.Il pensa "bref" et il eut la tête tranchée. 4."L'esprit rumine l'herbe de l'oubli."(Lucien Suel, "Canal Mémoire") 5.L'esprit, ce qui tourne en boucles aléatoires dans la boîte à... [Lire la suite]
29 octobre 2013

ETUDE POUR PENSAIS TOUJOURS

ETUDE POUR PENSAIS TOUJOURS "Pensais toujours du bord contempler les orages"(Racine, Phèdre, II, 2, v.534 [Hippolyte à Aricie]) Pensais - quel miracle ! Il ne faut rien exagérer, mais si l'on considère que la sottise est l'art de parler et de faire sans réfléchir, je dois dire que je fus si sot souvent.Pensais à ce que j'aurais pu être si - si quoi ? si je n'avais été si sot, évidemment !Pensais au gars Déjà et à la miss JadisPensais au roquefort et à la pluiePensais à vous non pas à vous à l'idée que je me fais de vous: Je fus... [Lire la suite]

28 octobre 2013

PARTIE D'JE

PARTIE D'JE 1.Je ego nombril tournoyant - c'est ainsi que l'on se dore à notre propre soleil. 2.Je ego tamponnant des amygdalesJe ne sais pas ce que je dis - même le dimanche.Je pense donc je suis. 3.Je zieute la lune qui m'tire la langue - ça, à force de zieuter la lune, ça finit par l'agacer, c'est certain... 4.Je passe la pluie est pleine de spectres - qu'est-ce que j'ai à les flanquer toujours sous la pluie, mes fantômes, ils vont finir par rouiller. 5.Je passe la nuit à écouter la pluie qui fait rien qu'à Je passe tout le... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
28 août 2013

LA TASSE CASSEE

LA TASSE CASSEE La fille auxTaches de rousseur aux longs liSses cheveux sonCafé elle le boira pas, car paSsée outre la table, la tasse, cassée qu'elle est. Le visage seMire minaude dans le nOir du coup devant les déBris il ne voit pas qu'il s'est brisé. La pluie se jette dans le jeu elleFourre ses doigts déliés dans l'encaDrement elle fait craquer le tableau De tout son horizon Son paysage laisse passer des êtRes dont les re Gards inquiètent. Le minois de la mignonne il s'estVidé et la chair deSa carcasse est tombée la neiGe est... [Lire la suite]
24 août 2013

ET LES DIEUX LA LAISSERENT CHOIR

ET LES DIEUX LA LAISSERENT CHOIRNotes sur le sonnet La Muse vénale, de Charles Baudelaire. Citations entre guillemets. 1."O muse de mon coeur, amante des palais,Auras-tu, quand Janvier lâchera ses Borées,Durant les noirs ennuis des neigeuses soirées,Un tison pour chauffer tes deux pieds violets ?"(La Muse vénale, premier quatrain) Quelle figure de style vous semble dominer cette strophe ? Baudelaire personnifie. Il humanise les phénomènes. Janvier n'est plus seulement un mois, mais une entité qui a le pouvoir de commander aux... [Lire la suite]
23 août 2013

CE FUT UN VRAI POETE

CE FUT UN VRAI POETENotes sur le poème "Décourageux", de Tristan Corbière (cf Les Amours jaunes, Le Livre de Poche n°16083, p.130). Citations entre guillemets. 1."Décourageux Ce fut un vrai poète : il n'avait pas de chant.Mort, il aimait le jour et dédaigna de geindre.Peintre : il aimait son art - Il oublia de peindre...Il voyait trop. - Et voir est un aveuglement." a) En quoi le titre est-il programmatique ? Il s'agit d'un néologisme qui signifie le contraire de "courageux". Le "décourageux" est donc celui qui n'a pas le courage... [Lire la suite]