11 janvier 2015

ECRIRE SAUCISSE

ECRIRE SAUCISSE 1.« L'individu a ensuite pris la fuite puis il s'est tué » voilà un typique des faits divers comme quoi le réel est bourré d'tragique jusqu'à la gorge. 2.Saucisse saucisse saucisse saucisse saucisse Voilà que ça me reprend d'écrire saucisse saucisse et saucisse à tout bout de champ. 3.A portée de main le tragique, grouille autour de nos squelettes soudain il déborde défouraille explose. 4.Il explose aussi quoi qu'ça peut faire qu'je répète saucisse à tout bout de champ qu'même qu'ça me reprend saucisse... [Lire la suite]

10 novembre 2014

JE N'OSE INTERROGER MES PIEDS

JE N'OSE INTERROGER MES PIEDS 1."(quel spectacle s'offrirait à eux s'ils pouvaient regarder au fond d'eux-mêmes !)"(Nietzsche, Le Gai Savoir, 284) que sans doute leurs yeux leur en tomberaient dans leur dedans. 2.Trouvé dans une traduction du fragment 284 du "Gai Savoir" de Nietzsche l'expression "aveuglement utile". Verrions-nous toute la vérité, que nous la trouverions bien trop obscène pour notre humanisme si réfléchi. 3.La vérité est prise de convulsions cependant que des balles en rafales lui trouent le corps. 4.Hélas, la... [Lire la suite]
23 octobre 2013

EN TANTÔNNANT J'AI FAIT QU'A GRABOUILLER

EN TANTÔNNANT J'AI FAIT QU'A GRABOUILLER 1.Qu'il y a-t-il "sous cette croûte d'os et de peau" [Artaud] ?- Une nébuleuse neuronale, une méduse réflexive qui se demande ce qu'il y a sous cette peau qui recouvre tout. 2.Je suppose que l'expression "univers arrêté" n'a pas de sens. A l'arrêt, stoppé, aussi sûrement que le coyote des dessins animés qui a, dans sa course, continué à courir dans le ciel avant de s'arrêter, étonné de ne plus sentir remuer la poussière sous ses pattes, il tomberait dans le vide. 3.Le but des Lycées... [Lire la suite]
18 octobre 2013

SOUVENT SOMBRES ET FUMEUX

SOUVENT SOMBRES ET FUMEUX 1.Ou l'on guérit, ou l'on se perfectionne. Il n'y a que les héros et les Saints qui conjuguent les deux. 2.Les Saints, des malades parfaits. 3.Artaud fut un grand poète par défaut qui surpassa bien des poètes par vocation. 4.Les poètes qui croient que la poésie peut changer le monde se sont trompés de vocation. Ils auraient dû se faire peintres naïfs. 5.J'aime écrire des brefs ; cela me donne l'impression de penser par éclairs. A la façon des fous de Cioran ou d'un habité par l'orage. 6.La fascination... [Lire la suite]
06 octobre 2013

RENTRER EN RESISTANCE

RENTRER EN RESISTANCE 1.Le piano, quelle boîte à mélancolie... Des fois, j'en brûlerais. 2.La crise économique oblige à rentrer en résistance. A se méfier des lieux publics, de la tentation de discourir, des cafés et des filles, et bientôt, si ça continue, il sera préférable de toujours l'avoir sur soi, son passeport. 3.Nous descendons de yeux fermés et nous nous prétendons lucides. 4.Rien de plus résistant que le doute. C'est une citadelle où la vérité ne pénètre que par éclairs. 5.Croire, c'est faire de l'être un symptôme. 6.A... [Lire la suite]
06 octobre 2013

J'LE GRINCE-CHAGRIN

J'LE GRINCE-CHAGRIN 1.Que j'apprenne par hasard sa venue ou sa présence dans tel lieu où je suis, et aussitôt, et de nouveau, j'ai du mal à me concentrer, mes mains me semblent plus molles, mes yeux plus grands, et si j'avais du coeur, sûr qu'il se mettrait à battre. Alors je fuis. Il n'est pas bon pour un spectre de croiser ses fantômes. 2.La statue intérieure... je la brise, moi... auto-Polyeucte, ma pomme... et le violon d'la même eau d'boyau, j'le pince, j'le grince-chagrin. 3.J'aime les écritures déliées comme des corps de... [Lire la suite]

06 octobre 2013

MES DERNIERS MOTS OUAH OUAH

MES DERNIERS MOTS OUAH OUAH 1.Quel prétentieux que l'écrivain qui, sur un ton très humaniste, évoque l'humilité des humains ! Quelle imposture ! 2.Les villes sont tellement racailleuses que le plus sot des fonctionnaires passe aisément pour un chef d'oeuvre d'humanité et de probité. 3.Je me demande ce que font les autres font tandis que j'écris ?- Ils vivent, mon cher Houzeau, ils vivent, et ne pensent pas à vous.- Encore heureux. Ils me mépriseraient.- Ou vous jalouseraient.- Ils seraient bien bêtes. 4.Ce que nous apprenons : à... [Lire la suite]
06 octobre 2013

UNE VIEILLE REVENDICATION BOUDDHISTE

UNE VIEILLE REVENDICATION BOUDDHISTE 1.Les lyres se corrompent dans l'alcool, s'y désagrègent, en lançant des bribes de folies, furies, flèches plantées dans le coeur de l'archer. 2.J'imagine que Rimbaud aurait pu écrire :Ni Dieu, ni maîtreSous les cieux, je vais paîtreL'universitaire me contredira puisque, justement, Rimbaud, ces vers, il ne les a pas écrits. 3.Ce qui arrive parfois de pire à certains, c'est eux-mêmes. 4.L'épopée napoléonienne : une mise en scène grandiloquente et individualiste de la pulsion de mort, de la... [Lire la suite]
05 octobre 2013

RIEN DE MIEUX A FAIRE

RIEN DE MIEUX A FAIRE 1.Ce que son coeur ne peut plus renfermer, et qui cogne, et qui déborde, et qui surgit, surprenant comme un dieu ancien et barbare qui surgirait dans la maison. 2.Ce que nous n'avons pas créé nous indiffère et ne nous intéresse que par son utilité, ou son caractère admirablement distrayant. 3.Pour enterrer, il faut creuser un trou. La terre est un gruyère macabre. 4.Dans les rues, ce que nous déplaçons, ce n'est pas nos yeux lucides, mais le secret de nos ombres. 5.Son beau château, on en rêve, bien sûr,... [Lire la suite]
29 septembre 2013

ET OU FILE TOUT ?

ET OU FILE TOUT ? 1.Je me demande où file sur son balai la sorcière verte qui dit "alone..." 2.Quelle surprise, ma belle, de se voir si rose, si gâteau, si pâteuse au miroir. 3.Deux crânes sous l'eau. Ils n'effraient pas les poissons, mais intéressent le plongeur. 4.Les photos que l'on prend des fauves nous rappellent que la nature est pleine de crocs. Notre oeil, qui se nourrit d'aberrations, les voit superbes. Les rues aussi sont pleines de crocs. On appelle cela mâchoires et dentitions, lesquelles font l'objet de soins... [Lire la suite]