01 février 2017

J'ECRIS PARCE QUE JE PREFERERAIS NE PAS

J'ECRIS PARCE QUE JE PREFERERAIS NE PAS   1. J'écris parce que je préférerais ne pas.   2. Avec ma parka à capuche et mon chien malade, je me fais l'effet du moine gelé de la vieille légende que je n'ai pas encore écrite.   3. J'écris parce que les mots me manquent.   4. J'écris parce que c'est la seule chose que.   5. J'écris parce que j'aime.   6. Des fois je panique dedans ma tête que le singe de la jungle de ma tête il ne sait plus où est passé l'homme dans toute cette agitation là. ... [Lire la suite]

02 janvier 2017

OUI MAIS J'AI BEAU ME RAISONNER

OUI MAIS J'AI BEAU ME RAISONNEROn suit l'enfant fantômedans le tunnelle gnome lève sa hache.1.J'dis ça j'dis rien mais à force d'aller chatouiller l'cosmos ça va finir qu'l'infini va finir par nous flanquer son néant là où j'pense.2.« Je rencontrai le bois du siège ! Il n'y avait plus personne. Le fauteuil était vide ! »(Maupassant, « Lui ? »)Quand on rencontre le bois du siège et qu'il n'y a plus personne, forcément la conversation tourne court.Parfois les choses ont l'air comme vides ; et... [Lire la suite]
01 janvier 2017

TOUJOURS EN ROUTE JE M'AMUSE (et du coup pour mon roman tintin!)

TOUJOURS EN ROUTE JE M'AMUSE (et du coup pour mon roman tintin!)   1. « - Moi je suis persuadé que vous en savez un peu plus long que vous ne l'avouez, Mrs Lawton. » (Agatha Christie traduit par Th. Guasco, « Les Pendules » [Hardcastle])   Ça comance ainsi jenre je suis persuadé que vous en savez un peu plus lon que vous le dite qu'on est dans le jenre enquete et percepicacité.   Après les gens disent ce qu'ils veulent bien mentir que c'est pour ça qu'on connaît pas le les coupable(s) ou... [Lire la suite]
22 décembre 2016

MÊME QU'ON LE RASSEMBLE ÇA S'DÉFAIT

MÊME QU'ON LE RASSEMBLE ÇA S'DÉFAIT   1. « Les années entrent les unes dans les autres » (Daniel Biga)   Peut-être quand on regarde de loin de son lit de vieux, de ses rides on en a plein on voit sa vie comme un carambolage d'années.   2. « Un à un les fantômes de l'opéra m'ébouriffent. » (Yves Martin)   Dans la rue y a du vent souvent (c'est le nord) si on a dans la tête des bouts d'opéras traînants ça peut vous ébouriffer l'entêtant.   3. « Mon Dieu c'est moi Ce... [Lire la suite]
22 décembre 2016

MAIS AU MOINS Y A LA MUSIQUE

MAIS AU MOINS Y A LA MUSIQUE Bouts de phrases tirés de la traduction d'un roman d'Agatha Christie et qui m'ont servi à composer les brefs qui sont dessous : « Ayant pris l'ascenseur » « sonner à la porte » « il y a des éternités qu'on ne vous a pas vu ici ! » « fauteuil trapu au coin du feu » « après un bref coup d’œil » « Rien à voir avec la réalité ! » « un tel rythme dans la langue ! » « un joli petit assassinat » ... [Lire la suite]
12 octobre 2016

UN SAC DE BILLES NOS POMMES

UN SAC DE BILLES NOS POMMES1.« Oh ! que tout m'est accidentel !Oh ! j'ai-t-y l'âme perpétuelle !… »(Laforgue, « Complainte des crépuscules célibataires »)Des fois on s'dit ah bin c'est pas de chance ou bien que tout arrive comme tombé du hasard qui plane là-haut (i nous voit pas).Qui plane et qui fait comme il veut et quand je dis faire, faut dire que parfois, le hasard est bien emmerdant.Vous y croyez vous qu'y a des « âmes perpétuelles » qui continuent à traîner les rues comme vous... [Lire la suite]

07 octobre 2016

COMME SI ET MÊME COMME ÇA

COMME SI ET MÊME COMME ÇA   1. « à la volonté le miroir où elle prend connaissance d'elle-même » (Schopenhauer traduit par Roos et Burdeau, « Le Monde comme volonté et comme représentation »)   « à la volonté le miroir où elle prend connaissance d'elle-même » qu'on s'mire au monde, tragique charlot précipité dans l'événement.   2. « car il lui dérobe son moi » (Schopenhauer)   Qu'on se voit le moi tout dérobé, pris aux autres, que les humains i règlent ça (qu'ils... [Lire la suite]
07 octobre 2016

ÇA ET AUTRES

ÇA ET AUTRES   1. C'est toujours après coup que nous comprenons ce que nous aurions dû faire. Nous vivons avec le fantôme de notre liberté.   2. Avec le temps que plus ça passe, les personnages historiques finissent tous par prendre une gueule de légende.   Une gueule de légende à figurer dans quelque bariolade, à finir fellinisé grotesque, cauchemardé du chef d’œuvre, rêvé filmique.   3. La nuit arrive – ouf ! que les autres croient que vous dormez et vous vous dormez, en attendant le lendemain que... [Lire la suite]
05 octobre 2016

DONC JO I S'PROMENE

DONC JO I S'PROMENE1.« Il fera longtemps clair ce soir, les jours allongent,La rumeur du jour vif se disperse et s'enfuit »(Anna de Noailles)Il fera longtemps que des fois on fait longtemps qu'on est très occupé à machiner le réel lequel nous use comme d'un outil.« Il fera longtemps clair » ça veut dire que la nuit prend son temps pour tomber que l'été la nuit elle a des horaires de travail décalés.« les jours allongent » ça veut dire qu'on a plus de temps encore pour faire ce qu'on a à mais que des fois... [Lire la suite]
02 octobre 2016

NOTES SUR LE SONNET DES VOYELLES A L'AUTRE ARTHUR LÀ

NOTES SUR LE SONNET DES VOYELLES A L'AUTRE ARTHUR LÀ   ARTHUR RIMBAUD : VOYELLES   « A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, Je dirai quelque jour vos naissances latentes : A, noir corset velu des mouches éclatantes Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,   Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes, Lance des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ; I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles Dans la colère ou les ivresses... [Lire la suite]