28 juin 2014

ET PUIS LE CHAT LE MANGEA

ET PUIS LE CHAT LE MANGEA 1.On a beau dire, un fleuve ne se baigne jamais qu'en lui-même. 2.Nous vivons dans l'illusion du semblable aussi bien que dans celle d'une même âme. 3.La Terre est une planète pleine de yeux auxquels les humains croient car ils les ont vus. 4.Ah je me veloute... je me saxophone... je me jazze cool le tempérament, je me samba par ci samba par là, en attendant le prochain bon vieux rock. 5.J'ai de la douleur dans le couchant !... Ah crépuscule ! 6.Y a des moments, j'vous jure, je passe mon temps à penser... [Lire la suite]

23 juin 2014

LISANT JEANNE QU'ON BRULA VERTE

LISANT JEANNE QU'ON BRULA VERTE 1.Jeanne d'Arc... la pluie de cendres de ses yeux. 2.Jeanne d'Arc... "l'insurgée", la "mystique", la "jeune fille" avec laquelle on aurait "bataillé", écrit René Char, "bataillé"... peut-être... 3.Jeanne d'Arc... Quelles ombres combattait-elle ? Quelles voix dans son être tournaient leurs têtes étranges ? 4.Jeanne d'Arc... du "long et du vigoureux", "rectangle vertical" écrit René Char, le bras à l'épée, la porte, porte-étendard, porte-épée, porte-voix, par quelle porte, Jeanne, par quelle porte ? ... [Lire la suite]
22 juin 2014

DU CHIEN DU TEMPS

DU CHIEN DU TEMPS 1.Les bobos qui le dimanche matin arrivent en bermuda et sandalettes à la boulangerie, peuvent pas s'habiller comme tout le monde, non ? En cape et pourpoint. 2.L'Histoire, cette tentative secrète d'animer on ne sait quel golem du passé. 3."J'oublie, en le voyant, ce que je viens lui dire."(Racine, "Phèdre", II,5, v.582 [Phèdre]) 4.J'oublie, en le voyant, l'autre, avec sa patience d'autre, sa bienveillance d'autre, son humanité d'autre, j'oublie de me demander ce que j'fous là. 5.Ce que je viens lui dire, c'est... [Lire la suite]
22 juin 2014

EN LAVANT MON COUTEAU

EN LAVANT MON COUTEAU 1.Les autres, ça pullule, ça grouille en ville, les autres, avec leurs têtes d'autres et leurs autres noms d'anonymes. 2.Qu'un sorcier ou une sorcière s'avère quelque part, bien vite se manifestent des vers pour la solliciter, sa pomme. 3.Me souviens... chu plein d'autrefois... contacté d'passé... d'espacés, d'anciens dits... feux fuis et chuchotements. 4.Passé, volcan d'ombres. 5.Feu mort, on passe plus, on trépasse. 6.Certains êtres... un je ne sais quoi d'attachant... un rien d'original, un brin d'folie... [Lire la suite]
09 juin 2014

ENTRE LES COUPS DE

ENTRE LES COUPS DE 1."Entre les coups detonnerre on entendla litanie ardentele murmure obstinédes prières en bas"(Lucien Suel, "Canal Mémoire", Editions du Marais du Livre, Hazebrouck, 2004, p.66). 2.Des fois ça donne des coups qu'on dit coups de tonnerre et qu'on entend qu'on entend itou la "litanie ardente", cette basse obstinée des syllabes d'en bas. 3.Il pensa "bref" et il eut la tête tranchée. 4."L'esprit rumine l'herbe de l'oubli."(Lucien Suel, "Canal Mémoire") 5.L'esprit, ce qui tourne en boucles aléatoires dans la boîte à... [Lire la suite]
09 juin 2014

DES FOIS QUAND MÊME

DES FOIS QUAND MÊME 1."Le ciel était plein de poissons" est un vers de Nathalie Quintane qui fait écho au vers "A Dunkerque pour le rigodon" qui est un vers de Nathalie Quintane tiré de "Mon Pouchkine n°X". 2."Et / Plus vivant aussi; c'est dire, hors boulot !"(Olivier Domerg, "Une Campagne") Quelle illusion ! 3."demain j'irai dans le pré au Pendu et j'y tuerai un veau. Comme ça, plus personne n'aura faim, à commencer par le veau..."(Mathusalem Niéju, "Sans titre"). 4."Quel temps à mon exil, quel lieu prescrivez-vous ?"(Racine,... [Lire la suite]

08 juin 2014

ET L'ON SE SALUE ET L'ON FEINT

ET L'ON SE SALUE ET L'ON FEINT 1."Et l'on se salue, et l'on feint..."(Jules Laforgue, "Célibat, célibat, tout n'est que célibat") 2.Des fois, le Sphinx, i s'en remémore, des mimeries devant ses crocs... ça danse en éclats... Ruisselet qui mime fleuve ne gonfle que par reflets. 3."Prolixe et monocorde,Le vent dolent des nuits"(Jules Laforgue, "Autre Complainte de l'orgue de barbarie") 4.Des fois, le Sphinx s'évoque le prolixe et le monocorde des réponses vaines; du vent, du vent dolent qui s'en va par sa nuit. 5.Des fois, le... [Lire la suite]
08 juin 2014

EN BAISSANT LES VOLETS

EN BAISSANT LES VOLETS 1.J'eusse aimé être cette "vive lumière aux brillants éclairs" que je trouve au détour d'une phrase du Chevalier de Méré; hélas, souvent, je me sens sombre comme un piano désaccordé dans une maison désertée. 2."Il semble que le long usage de la vie leur ait désappris à vivre parmi les hommes".(Saint-Evremond) Ainsi, vivre c'est aussi désapprendre à vivre. 3."et l'on est souvent satisfait de l'être par soi-même"(La Rochefoucauld) Ce "de l'être par soi-même" me ravit. 4."Blancs enfants de choeur de la... [Lire la suite]
01 mai 2014

FLOTTE-SONGE

FLOTTE-SONGE "Eh quoi ! de votre erreur rien ne vous peut tirer ?"(Racine, Phèdre, II, 2, v.1131 [Hippolyte] Eh quel masque est-ce là ?Quoi quigna quel quinquina ?De votre berlue de votreErreur - eh non, ce n'est pas elle -Rien de rien de rienNe peut donc vous défasciner détroubler désenvoûterVous voilà tant trempé tant flotte-songe qu'ilPeut vous tomber n'importe quelle chimère à vousTirer par l'oeil et le nez vers votre prochain gouffre. 1.Eh quel masque est-ce là ? Ah ce n'est qu'moi qui m'mire... 2.De votre berlue, de votre... [Lire la suite]
05 janvier 2014

SONGE A CECI POLITIQUE

SONGE A CECI POLITIQUE 1.Tiré de Tristan Corbière: "Tour du cadran"; "à tout déshérité"; "Coup de rapière dans l'eau du fleuve Léthé !" (cf "Litanie du sommeil"). 2.Porteurs du message, ils firent le tour du cadran, afin d'être assurés que chaque aiguille de chaque heure soit informée. 3.Passant dans la rue, devant les vitrines qui agitaient leurs mannequins, nous nous demandions si nous n'étions plus. 4.Avec la crise, le sentiment d'être "à tout déshérité" croît et se fortifie, semant d'obscures vengeances. 5"Coup de rapière... [Lire la suite]