06 janvier 2016

DE BELLES LÀ-DEDANS !

DE BELLES LÀ-DEDANS !   « Il doit s'en passer de belles là-dedans ! Une nuit, une de ces malheureuses s'échappa en chemise... » (Agatha Christie traduit par Louis Postif, « Pourquoi pas Evans ? » [« la servante qui apporta des pots de bière et donna son propre point de vue »])   « la fille à lèvre d'orange, les genoux croisés dans le clair déluge qui sourd des prés » (Arthur Rimbaud, « Enfance »)   1. Maintenant m'sieurs-dames je crois avoir dit... [Lire la suite]

25 octobre 2015

QUAND TON VISAGE

QUAND TON VISAGE   Quand ton visage dans ma mémoire apparaît Il me semble que je suis hanté Tu te promènes dans ma caboche Comme dans ta chambre Tu vas viens remues tu chuchotes Et tu te cambres.   Quand ton visage dans ma mémoire apparaît Il me semble que je suis hanté Tu te dissipes et tu palpites Comme dans ton lit Tu vas viens tu te déshabilles Et tu souris.   Quand ton visage dans ma mémoire apparaît Il me semble que je suis hanté Soudain un train d'enfer t'emporte Comme sans crier gare T'es... [Lire la suite]
05 août 2015

LA VAMPIRIE DOIT ETRE DETRUITE

LA VAMPIRIE DOIT ÊTRE DETRUITE   En mémoire de Sir Winston Churchill   1. En ce temps-là, les Vampires portaient la barbe et massacraient tous ceux qui n'étaient point vampires, hommes, femmes, enfants.   2. Les Vampires basaient leur guerre sainte sur un texte dont ils ne comprenaient pas la langue. Aussi disaient-ils n'importe quoi.   3. Ne comprenant pas la langue du texte sacré, ils croyaient ce que le grand Vampire en chef et ses chiens Vampires leur disaient, et voilà.   4. Dialoguer avec... [Lire la suite]
15 février 2014

CETTE EPEE QUE J'AURAI

CETTE EPEE QUE J'AURAI 1."D'ici quelques semaines, cette épée que j'aurai..." dis-je avec ma tête tranchée. 2.Tiré de René Char : "pour le but à atteindre mais pas au-delà"; "Au-delà est fumée". ("Feuillets d'Hypnos", 1) 3."pour le but à atteindre mais pas au-delà": Des buts, c'est ça qu'on s'donne... sûr qu'on peut pas sans... sinon... mais pour les atteindre, des fois... 4."Au-delà est fumée": Ce bref en dit long. Il y a ce qui est, et qui nous occupe, et il y a l'au-delà des choses, qui est fumée, rideau de fumée, muraille de... [Lire la suite]
27 octobre 2013

ROULETABILLE ME VIT

ROULETABILLE ME VIT "Rouletabille me vit et me dit :"Qu'est-ce que vous faites ? Avant d'imaginer qu'il ait pu sortir par les fenêtres, il faudrait savoir s'il n'est pas sorti par la porte."(Gaston Leroux, Le Parfum de la Dame en noir, Le Livre de Poche Policier n°587, p.276) Où l'on voit que Rouletabille a un problème de charrue avant les boeufs. Voilà le résultat quand on travaille avec un âne. Rouletabille je devais être en rêveMe vit Rouletabille Oh le vif de ses yeux ! Il meVit Rouletabille me dévisagea Et s'adressa à moi et... [Lire la suite]
29 août 2013

SUR UN BANC DEVANT L'HERBE

SUR UN BANC DEVANT L'HERBE 1.Ce que fabriquent les chansons, de la nostalgie, et ce que fabrique la nostalgie, le regret de n'avoir pas pu, ou de n'avoir pas su. 2.La chanson populaire donne un son à l'air du temps. Sa production en série et sa reproductibilité la voue au rappel, à la nostalgie. Ainsi, on la vend aussi bien aux jeunes gens qu'aux gens qui furent jeunes. 3.Le regret de son passé est sans doute un indice sûr de vieillissement. Je dois être très vieux alors, plus vieux encore qu'on ne le dit. Ou alors, c'est que... [Lire la suite]

18 août 2013

AVEC UNE SALUTAIRE MAUVAISE FOI

AVEC UNE SALUTAIRE MAUVAISE FOI "Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre"(Baudelaire, La Beauté) 1) L'être quelque chose est une affirmation de l'être. Encore ne peut-il s'affirmer que s'il y a quelqu'un pour confirmer ou infirmer. L'être quelque chose est donc une affirmation de l'en-soi ("Je suis belle en dépit de vous") et une confirmation du pour-soi ("Je suis belle car je vois dans vos yeux que je suis belle"). 2) L'affirmation de l'être quelque chose tend à la transcendance. Il se trouve que dans ce vers de... [Lire la suite]
17 août 2013

J'ETAIS SEUL CAR IL ETAIT DEJA TARD

J'ETAIS SEUL CAR IL ETAIT DEJA TARD "J'étais seul car il était déjà tard"(Robert Van Gulik traduit par Dechanet, Guerbet, Simons, L'Enigme du clou chinois, 10/18 n°1723, incipit) J'étais et je suis bien content de pouvoir l'écrireSeul c'est-à-dire avec moi et je grognais tranquilleCar j'aime à grogner peinard sur le temps qui fileIl fait rien qu'à filer le temps dans la fondue des joursEtait déjà tard et des visages avaient Déjà glissé dans la trappe Etait déjàTard et je regardais voleter des poèmes chinois. Patrice... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IV

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IVEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 46.La voilà défilée et qui vous apparaît soudain sous un autre masque. 47.La peur est nue et courbe le dos, et courbe la nuque, pendant que, cherchant quelque morceau de réel à emporter, le long du mur, passe l'ombre. 48.La plante artificière aime qu'on la fête. C'est alors qu'elle fait sauter ses belles bleues, ses belles vertes. Le lendemain du bal, on la jette. Alors, on sème quelques graines de patience, et... [Lire la suite]
06 août 2013

RISETTES ET SALAISONS

RISETTES ET SALAISONSEn lisant quelques pages de "L'énigme du clou chinois", de Robert Van Gulik, édition de poche 10/18 n°1723. "Vois-tu, ma petite, je suis médecin et je suis toujours très occupé, dit le juge d'un ton défensif."(Van Gulik, L'énigme du clou chinois, p.120) 1.Quand tu fais des risettes à l'anaconda, il est rare qu'il ronronne. 2.C'ti-lal, il s'a tant cuit la pomme à la bistoule, qu'elle en est toute pleine de carabistoules. 3.Je suppose qu'en promenant un berger allemand, il peut arriver que l'on se sente... [Lire la suite]