28 novembre 2012

ET SURTOUT LA VAGUE INQUIETUDE

TOTORIENNES : ET SURTOUT LA VAGUE INQUIETUDE(cf Victor Hugo, Les Orientales / Les feuilles d'automne, Poésie/Gallimard) 1."Et longtemps s'éteignant en rumeurs étouffées"(Rêverie)Qu'est-ce qui peut s'éteindre en "rumeurs étouffées" ? La vérité sans doute. La vérité, ce que chacun sait et que chacun tait. 2."Comme l'or d'un prodigue épars sur le pavé"(La bataille perdue)Qu'est-ce qu'un "or épars sur le pavé" ? Une richesse gaspillée. L'or est tombé des mains ; l'or a été jeté par la fenêtre ; l'or a fait long feu d'artifices. Ce qui... [Lire la suite]

24 novembre 2012

PEIGNE PERDU

Quelques autres brefs de l'étonnant Dulaurens Jihache : Le premier rappelle que muss es sein, es muss sein comme disait Beethoven avant d'être sourd pis mort. Le second se passe dans la tête du narrateur qui, semble-t-il, a un peu secoué le cocotier hiérarchique et gratouillé la dose de sado-masochisme qu'il faut pour exercer le pouvoir (je me demande si Foucault en a causé quelque part, et si Deleuze, lors d'un de ses cours, a improvisé sur ce thème là du SM directorial...). Le troisième est bêtement masculin : c'est à cause des... [Lire la suite]
24 novembre 2012

DULAURENS JIHACHE JAZZ

DULAURENS JIHACHE JAZZ Dulaurens est des gens que je fréquente, car tout spectre que je suis, il m'arrive de fréquenter quelques vivants. C'est plutôt distrayant. Dulaurens (dont je révélerais plus tard l'identité s'il me le permet) communique avec moi par l'intermédiaire de messages qu'il m'envoie par courriel. Bien que l'oeil qu'il porte sur ce que l'on appelle communément réel ne soit pas le mien (quelques années nous séparent, surtout depuis que je suis spectre), il y a dans cet oeil un drôle d'épatant éclat dont j'ai eu assez... [Lire la suite]
24 novembre 2012

DILATERIES

DILATERIES 1. "la dilatation du moi" (expression de Cioran dans Les syllogismes de l'amertume) : Le spectacle de deux trois personnes discutant ensemble. Il ne faut pas longtemps avant que l'on sente chez l'une d'entre elles - au moins - cette "dilatation du moi" qui fait les confidences et les avis définitifs. 2.Le moi se dilate sous l'effet de l'échauffement induit par une plus ou moins forte consommation d'alcool. On constate aussi un phénomène d'usure de l'âme dont les effets ne seront mesurés par le sujet qu'une fois qu'il aura... [Lire la suite]
23 novembre 2012

C'EST QUE DES QUE

C'EST QUE DES QUEEn se gratouillant la logique à partir des Sillogismes de l'amertume, de Cioran, folio essais n°79. 1."toute ta vie sans le savoir" (Cioran, p.57) : Nos vies se construisent d'abord sur ce que nous ne savons pas et que nous cherchons à savoir, et qu'en fin de compte, nous finissons par ignorer tout à fait. 2."entrevoir un autre monde" (Cioran, p.120) : C'est l'entrevue elle-même qui est l'autre monde, rapport à ce que "l'autre monde" n'est pas plus accessible que celui-ci qui est constitué d'une infinité d'autres... [Lire la suite]
21 novembre 2012

AUSSI SCANDALEUSES QU'UNE FILLE NUE

AUSSI SCANDALEUSES QU'UNE FILLE NUESur quelques syntagmes extraits du livre "Le réel et son double", de Clément Rosset, folio essais n°220. 1."séparer en deux ce qui ne fait qu'un" (p.18) : Les regards divisent le monde avec un couteau, voyez, celui de la pensée. D'ailleurs, on tranche dans le vif. C'est qu'c'est une géométrie forcée, le monde, un labyrinthe que nous tentons de flécher. 2."d'être à la fois elle-même et l'autre" (p.19) : A traiter du réel et de son double, on en vient à voir dans "la notion de double à la fois... [Lire la suite]

21 novembre 2012

AUTREFOIS N'EST PAS DEUX FOIS

AUTREFOIS N'EST PAS DEUX FOIS(cf Henri Michaux, La nuit remue, La blibliothèque Gallimard n°90) 1."Dans notre vie, rien n'a jamais été droit."(Henri Michaux, Nous autres) Voilà ce que disent les bouches rondes, les yeux ronds dans les visages ronds en contemplant, entre les angles, les trajets sinueux que l'on fait pour aller là-bas, d'où on ne revient pas, d'où on ne revient jamais, d'où on n'est plus. 2."... et quand c'est bien plat, je sors ma cavalerie."(Henri Michaux, Au lit) Mais faut qu'ça soit bien plat. Si c'est tout... [Lire la suite]
16 novembre 2012

DIX PETITES FEROCITES POUR COMMENCER LA JOURNEE

DIX PETITES FEROCITES POUR COMMENCER LA JOURNEE 1.Nous finissons par trouver acceptables les visages que la contrainte professionnelle nous oblige à croiser chaque jour. Sinon, leur laideur, leur insignifiance, leur vulgarité nous sauteraient aux yeux. 2.Politesse et voix de velours sont souvent les prémices d'un entubage en règle. 3.Ce qu'il y a de bien avec la méchanceté, c'est qu'elle trouve toujours de quoi nourrir son universel appétit. 4.J'évite de demander de l'aide aux gens : ils sont parfois si contents de vous rendre... [Lire la suite]
08 novembre 2012

DES FOIS IL DOIT NEIGER DES DIEUX

DES FOIS IL DOIT NEIGER DES DIEUXEn voletant dans "Les Orientales" de Victor Hugo. 1."Ainsi lorsqu'un mortel, sur qui son dieu s'étale"(Mazeppa, II)Des fois il doit neiger des dieux : ça s'étale partout, sur les champs, les chiens, les chiants, les pas chiens, les pas chiants, les hors-champ, les mortels. Des fois je me demande si Dieu, ce serait pas une multitude de petits nains là-haut qui s'affairent aux affaires du monde en manipulant de leurs mains invisibles les fils invisibles qui nous relient à ce qui est. 2."Tout est ruine... [Lire la suite]
23 octobre 2012

EN TIRANT LA COMETE PAR LES CHEVEUX

EN TIRANT LA COMETE PAR LES CHEVEUXEn voyageant dans Une belle histoire du temps, de Stephen Hawking, traduit par Béatrice Commengé, Flammarion, 2005. 1."orbites autorisées" (p.116) : Il y a donc des orbites "autorisées" et des orbites "non autorisées". Je me demande ce qui définit l'autorisation, et si l'on peut remplacer le mot "autorisation" par les mots "possible", "règle", "loi". L'usage de ces mots suppose un en-soi de la règle, de la loi, - ce qui semble évident dès que l'on prend pour postulat que les lois de la physique sont... [Lire la suite]