27 avril 2017

JE PENSE AU MOT JAZZ ET AUTRES PENSÉES A QUI DE CHOSE

JE PENSE AU MOT JAZZ ET AUTRES PENSÉES A QUI DE CHOSE   1. JE PENSE AU MOT JAZZ   Je pense au mot jazz oh c'est un mot jazz que j'aime bien jazz je devrais dire jazz je songe à vous jazz ce mot songe au jazz va n'est-il pas jazz car vous êtes ô jazz prince sonnant grand seigneur des trompes et batteries soleils noyés dans l'ombre & subtil chevalier des rêveries au long des claviers jazz ô jazz grand pensif ô blues Je pense au mot jazz oh c'est un mot jazz que j'aime bien jazz je devrais dire... [Lire la suite]

08 avril 2017

EN PASSANT LE RHINOCEROS

EN PASSANT LE RHINOCEROS   1. - Passe-moi le rhinocéros ; mes frites ne sont pas assez salées. - On ne dit pas rhinocéros, on dit nacelle. - J'ai dit qu'elles n'étaient pas assez salées, j'ai pas dit qu'elles étaient trop légères.   2. L'herbe était tellement bleue ; on n'y voyait aucun petit bonhomme bleu, vous savez, les petits bonhommes bleus là.   3. - Que faisait-il dans ce White Horse car enfin, on ne boit pas dans un cheval, c'est bien trop salé ! - Soi-disant qu'il avait besoin d'un... [Lire la suite]
02 avril 2017

EN ECOUTANT LA TELE STORY-TELLER

EN ECOUTANT LA TELE STORY-TELLER   1. Le phénomène OVNI est sans doute la plus fantastique campagne de story-telling que le monde de l'après seconde guerre mondiale ait connue.   Si fantastiquement bien mené, le story-telling sur les OVNI que, si ça se trouve, les Aliens aussi ont fini par s'y intéresser.   2. Politiquement, jeune, on est souvent et parfois dangereusement idéaliste. Vieillissant, on devient plus pragmatiquement réaliste. Entre les deux, heureusement on s'en fout.   3. Quand ma mère ne... [Lire la suite]
02 avril 2017

QU'A LA FIN ELLE SE CASSE

QU'A LA FIN ELLE SE CASSE   1. Parfois, Zut est sur le point de se réveiller, mais elle est si légère qu'aussitôt revenue au réel, elle disparaît.   2. Construire sa « route dans le ciel » écrit René Char. Moi je veux bien, mais si jamais s'y enfonçant dans cette route, le ciel venait à s'effondrer.   3. Ça oui ! si pesant des fois que croisant d'aut's pesants passants, on n'se dit rien ; on barète et barrit.   4. Je me plains de l'été ; je me plains de l'hiver ; je me... [Lire la suite]
19 mars 2017

ET ON REMET QUATRE BREFS DANS LA MACHINE

ET ON REMET QUATRE BREFS DANS LA MACHINE   1. La littérature est sans doute ce que nous avons trouvé de mieux pour transformer des tubes digestifs hyperactifs en héros de légende.   2. Les transhumanistes sont des pessimistes : ce sont des scientifiques qui, ne croyant plus en l'humain actuel, préparent l'espèce d'après.   3. Les robots lorsqu'ils sauront accéder à une complète autonomie se passeront bien de nos inutilités allez !   4. Alors nos robots rentreront en contact avec les robots... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 juillet 2016

DES FOIS QU'AVEC TOUS CES DES FOIS QUE

DES FOIS QU'AVEC TOUS CES DES FOIS QUE1.« Il s'arrêta ému, puis reprit :- La disparition. Supprimez-la, il ne reste rien. »(Agatha Christie, « L'Auberge du fou aux clochettes » [Mr Satterthwaite])Un jour, une nuit, i passe l'aut' Mandrake, et d'un coup d'shazam il nous emporte tous nos secrets qu'on reste planté là, la tête vide.2.Dans Agatha Christie, la revoyant des lustres plus tard, un gus « se ranima les cendres de la jalousie au fond de son cœur. »Le temps du cœur saute aisément les années.... [Lire la suite]

23 août 2015

SANS BORGNE

SANS BORGNE   1. Je me souviens d'avoir écrit qu'il n'y avait pas de « dieu caché ». Bien sûr que si, il y a un dieu caché, un dieu que le verbe manifeste.   2. Par-delà l'arbitraire du signe, il y a un irréductible de la nomination, qui n'a d'existence qu'en se manifestant : Dieu par son nom.   3. Dans mes archives, au lieu de « Si les oreilles... », j'ai écrit « Sir les oreilles avaient des dents »; ça doit être une réminiscence.   4. Zut a sans doute reçu des... [Lire la suite]
27 mars 2015

CES DIEUX QUI NOUS HABITENT

CES DIEUX QUI NOUS HABITENTEn lisant « Malpertuis » de Jean Ray, édition de poche J'ai Lu n°1677.« Mais dans le rêve il faut admettre les choses les plus étonnantes, n'est-il pas vrai ? »(Jean Ray, « Malpertuis », p.150 [Piekenbot au Père Euchère])1.Ce qu'il faut se dire : ce que nous supportons, nos pommes, peut sembler à d'autres impossible cependant que nous ne supporterions pas ce que tant de gens supportent tous les jours.2.Rien n'est jamais ce qu'il était ; c'est même à ça qu'on le... [Lire la suite]
24 mars 2015

J'IMAGINE QU'ETANT UN PEU

J'IMAGINE QU'ETANT UN PEUEn lisant « Malpertuis » de Jean Ray, édition de poche J'ai Lu n°1677.1.Je tousse et je tousse en façon d'un diable qui cracherait des fœtus. 2.p.47. Philarète fétichiste, collectionneur de morts, de « bêtes » qu'il prétend rendre « plus belles que vivantes ».3.Parfois, les yeux laissent passer les points d'interrogation qui tissent nos consciences.4.Parfois, qu'on a d'l'imbroglio plein les nerfs ; ça imbrogliote, imbrogliote, imbrogliote tant qu'ça nous paralyse.5.Malpertuis... [Lire la suite]
22 mars 2015

MYSTERE A CHAQUE PAS

MYSTERE A CHAQUE PASEn lisant « Malpertuis » de Jean Ray, édition de poche J'ai Lu n°1677. 1.Les sons qui traversent les pages : p.65, des pas qui s'éteignent.Les images découpées qui hantent les pages : p.64, « les bras nus de ma sœur, levés en un geste final de noyée. » 2.Réécouté ce matin « Riders On The Storm », des Doors, fluidité de l'énigme, prémonition des orages, l'une des plus belles et l'une des plus étranges chansons que je connaisse. 3.Discrétion humoristique du narrateur qui, à... [Lire la suite]