25 mars 2015

TELLES QU'ELLES NE SONT PAS

TELLES QU'ELLES NE SONT PASEn lisant « Malpertuis » de Jean Ray, édition de poche J'ai Lu n°1677. 1.La lutte que les humains livrent contre les dieux passe par le blasphème, lequel est ignoré de l'Unique et simple amusement pour les autres. 2.J'imagine assez les dieux de l'Olympe se riant de nos blasphèmes comme nous rions des blagues de carambar. 3.N'avez-vous pas compris que les dieux se nourrissent de nos blasphèmes ? 4.Je ne me moque pas de Dieu ; même s'il n'existe pas, je crains sa toute puissance. 5.La... [Lire la suite]

12 novembre 2014

LAISSEZ PASSER LA GIRAFE ENFLAMMEE VERSION JUSTIFIEE

LAISSEZ PASSER LA GIRAFE ENFLAMMEEVersion justifiée Laissez passer la girafe la grandeGirafe à tête d'effe à couronne deFlammes aux yeux rouge brûlot ElleA mangé tous les symboles tous lesDrapeaux laissez-la passer laissez Laissez passer la girafe enflamméeA mangé tous les symboles tous lesDrapeaux puis vous les r'crache enPleine face laissez passer laissezLaissez passer la girafe enflamméeLe long long long des remparts desTours de verre et d'acier gigotentLes ombres s'agitent les êtres lesBras levés les bouches ouvertes le Long... [Lire la suite]
01 décembre 2013

CINQ CONTREVERS DE SA PETITE TETE

CINQ CONTREVERS DE SA PETITE TÊTE 1."Lorsque tu dormiras, ma belle ténèbreuse"(Baudelaire, Remords posthume) Lorsque la nuit lorsque le jour lorsqueTu ce tu tant ce tu si ce tu trop parfoisDormiras l'admirable Ma lorsque ma brusque mon ombre ma brume maBelle de nuit sans autre maTénèbreuse ma clairière ma lointaine. 2."Où vibrent les gencives des lutins"(Rimbaud, Jeune ménage) Où chais pas oùVibrent les gongs vibrent les cymbalesLes gencives vibrent-elles aussi, je veux dire cesGencives-là qui vibrent toutes seules dans les... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 04:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
09 juillet 2013

JONGLER D'LA LUNE

JONGLER D'LA LUNE 1."Je sens vibrer en moi toutes les passions"(Baudelaire, La Musique) Je sens chais pas quoi tout l'temps vivre qu'c'est je Sens bien que c'est étrange un peu tout de même vivre Vibrer des cordes à de drôles d'instruments que j'sensEn quoi qu'ils sont faits tous ces instruments que j'sensEn mes oreilles sifflépercutent sifflépercutent En moi ils sillonnent & fuséfizzent & tchouchouckent Toutes les vaches en moi les regardent passerLes vaches floues et leursPassions aussi passions que mes organes. 2."En... [Lire la suite]
29 juin 2013

TROIS DECALAGES

TROIS DECALAGES 1."Elle cesse de jacter, soudain inquiète en me voyant le regard à cent mille années-lumières d'ici."(San-Antonio / Frédéric Dard, Plein les moustaches, Fleuve noir n°123, p.168) Elle si déblatéreuse sansCesse causeuse diseuse raconteuseDe tout un tas deJacter cesseSoudain lèvres ouvertes ô quenottesInquiète se trouble la belleEn zieutant que jeMe divague l'âme comme si Voyant des anges faire du vélo au plafondLe mec voyez il a leRegard qui part en barqueA l'horizon qu'il file son regard àCent mille Mille mille même... [Lire la suite]
16 juin 2013

J'AIME FAIRE ECHO

J'AIME FAIRE ECHO  1."Je vous fais chaque soir un solennel adieu !"(Baudelaire, Les Petites Vieilles, IV) Je vous ça je sais pas ce que je vous fais maisVous fais euh du café des oeufs sur le plat des fritesFais ah ça se précise c'est dans une gareChaque soir bleu un train bleu une gare jaune chaqueSoir bleu le train bleu moi tout pâleUn peu que je joue leSolennel alors c'est l'heure définitive unAdieu et puis je reviens hanter mes lieux. 2."Astrologues noyés dans les yeux d'une femme"(Baudelaire, Le Voyage, I) Astrologues... [Lire la suite]

24 mai 2013

CHATS PUIS VOLTIGE DU PALPITANT (travail en classe)

CHATS PUIS VOLTIGE DU PALPITANT (travail en classe) La fin de l'année approchant, et la classe partant sous peu en stage, j'ai consacré l'une de mes dernières heures de cours au petit jeu du contrevers.Pour le premier texte, c'est un vers du poème Les Chats, de Baudelaire, qui servit de thème : "Les chats puissants et doux, orgueil de la maison" Je leur ai donc donné quelques principes de base du contrevers (principe de l'acrostiche, nécessité du rythme, d'une musique, d'un ton, vivacité de la surprise...), et nous travaillâmes... [Lire la suite]
22 mai 2013

SECRETE-SPLEEN

SECRETE-SPLEEN "Et le dernier était tellement p'tit, mon vieux, qu'on l'appelait le P'tit Poucet."(Le petit chaperon rouge raconté par Jacques Martin prenant une voix de colonel faussement bourru). 1."De sa fourrure blonde et brune"(Baudelaire, Le Chat, II) De son corps le parfum quelle claqueSa chair vous r'file du fantôme à passé elle touteFourrure à vous en r'fourguer de la nostalgieBlonde elle vous retourne crèpeEt puis bicolore la rose blancheBrune comme l'odeur du café au matin. 2."Un malheureux ensorceléDans ses... [Lire la suite]
08 avril 2013

EN MÂCHANT LE CHIEN NOIR

EN MÂCHANT LE CHIEN NOIR 1."la vitre cachée / Qui rit là-bas..." (Rimbaud, Les Réparties de Nina) : Faire rire les vitres, une prouesse de l'Alchimie du Verbe sans doute. 2."Ont-elles bu des cieux barbares" (Rimbaud, Les Mains de Jeanne-Marie) : que des mains puissent boire est déjà épatant, mais boire aux cieux barbares, ça en devient gothique : brunes donc, puisque ce sont "Mains sombres que l'été tanna", trempant leurs lèvres dans des cieux sanguins, ou tourmentés comme des pourchassés, les mains s'enivrent de quelque liqueur... [Lire la suite]
06 avril 2013

LE DIT DU CHIEN SUIVI DU DIT DU BOURRIN

LE DIT DU CHIEN SUIVI DU DIT DU BOURRIN LE DIT DU CHIEN "- Vous êtes cynique.- Je connais le monde, c'est tout."(Agatha Christie, traduit par Monique Thies, Les Ecuries d'Augias). Vous - ô vous mouvante émouvante -Êtes - êtes-vous ou alors je vous rêve -Cynique - lorsque les chiens se mettent à parler,Je les mets dans un tonneau avant qu'ils disent toi toiConnais toi toi-même Le monde est plein d'tonneaux qui aboient leMonde est plein d'tonneaux où je boisC'est trop y a trop d'tonneaux et de chiens Tout roule autour de moi qui... [Lire la suite]