07 mars 2017

DU SENTIMENT DE LA LIBERTÉ

DU SENTIMENT DE LA LIBERTÉ 1. « Je sens que je suis libre mais je sais que je ne le suis pas. »(Cioran, « De l'inconvénient d'être né », folio essais n°80, p.110)   Merveilleux Cioran qui d'un trait de plume raye bien des illusions.   2. La liberté relève du ressenti, et donc du ressentiment ; l'absence de liberté relève du savoir, et donc de la lutte.   3. Entre celui qui se croit libre et celui qui sait qu'il ne l'est pas, il y a le champ ouvert des promesses électorales.   4.... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

04 mars 2017

SUR QUELQUES BREFS DU GASPARD DE LA NUIT D'ALOYSIUS BERTRAND

SUR QUELQUES BREFS DU GASPARD DE LA NUIT D'ALOYSIUS BERTRAND 1.« Les routiers étaient en marche, s'éloignant par troupes, l'haquebutte sur l'épaule. »(Aloysius Bertrand, « Les Grandes Compagnies »)Des fois qu'on s'haquebutte, qu'on s'arc-boute dans le paysage, pis qu'le vent nous file dedans, entre les villes où y a des morts.Le mot haquebutte est à peine mystérieux : on y pressent la lourde arquebuse sur l'épaule de quelque gaillard de gravure ancienne.2.« le diable, pour en finir, rafle joueurs, dés et... [Lire la suite]
28 février 2017

ALORS LE POETE MONTRA LES DENTS ET SE MIT A GRONDER

ALORS LE POETE MONTRA LES DENTS ET SE MIT A GRONDER   Après avoir élégamment dit « En observant les mots » le comédien, soudain plongé dans le noir, en sort porteur d'un masque parfaitement invisible mais de tête hallucinée peintre.   1. Ah je m'acraboutche ! Je m'acraboutche dru ! A cause à cause du outch outch outch dans mon stomac du coup, j'vous déboutche, ô politiques ! Ce qui n'est pas vraiment un compliment, ô vous, tous pourris que non pas tous pourris mais que si quand même ! ... [Lire la suite]
27 février 2017

EN REGARDANT LES MOTS II

EN REGARDANT LES MOTS II   1. Le mot diplomatie s'articule, s'énonce, discourt ; il est droit comme son « t », lequel cependant ne se prononce que masqué, sifflé, soufflé : inutile de heurter.   2. Le mot pluie commence par frapper la vitre, puis, il glisse en filet fluide le long du paysage.   3. J'associe dans ma pauvre caboche le verbe frôler au mot gouffre ; ces deux là se partagent quelque abîme, de quoi frissonner quand on y songe.   4. Le mot potence a quelque chose de... [Lire la suite]
25 février 2017

NECESSAIREMENT INUTILES

NECESSAIREMENT INUTILES1.I disent qu'une guere civile en France cé improbabe car y a pas trop d'armes en circulation chez les Français ordinaires (on né pas aux USA).La victoire d'un parti extrémiste aux élections d'la France 2017 provoquerait j'suis sûr des réactions violentes émeutantes carabinées.Chômage crise identitaire détournements d'sous d'tous les côtés médiocrité des têtes d’œufs claque à gauche clique à droite envie d'vomir. 2.« Généralement, les rares individus qui ont excité mon dégoût en ce monde étaient des... [Lire la suite]
24 février 2017

VINGT BREFS STUPIDES

VINGT BREFS STUPIDES En écoutant "High Horses" et "Not Available" du groupe The Residents   1. Comme l'album « High Horses » des Residents est mystérioso-mélancolique - on en pleurerait des poignards à canards.   2. Duck-duck-duck Duck-duck-duck Plus lentement dit le Doc Duck Duck Duck Duck Duck Duck Vous venez de lire 12 fois le mot duck.   3. Dans l'album High Horses de The Residents je me demande quel échappé de Mars Attacks a pris le contrôle de la fête foraine.   4. Ne jetez pas... [Lire la suite]

23 février 2017

LORSQUE JE SONGE A ALICE

LORSQUE JE SONGE A ALICELorsque je songe à Alice, à vrai dire comme à bon nombre de figures qu'ont révélées les livres, je n'y songe qu'en cherchant à songer, qu'en cherchant à divertir - puisqu'il est que nous cherchons toujours à amuser ce Roi en nous dont nous savons depuis Pascal qu'il pourrait, faute de divertissement, nous être fatal, se mettant à tourner autour du soi comme quelque papillon autour de la flamme qui finit par le dévorer, ou, plus exactement, se considérant dans un miroir soudain apparu et lui renvoyant une image... [Lire la suite]
21 février 2017

QUAND JE ME LEVE J'AI FAIM CACHEZ VOS BOEUFS DIT L'OGRE

QUAND JE ME LEVE J'AI FAIM CACHEZ VOS BOEUFS DIT L'OGRE   1. QUAND JE ME LEVE J'AI FAIM   « quand le matin aurait secoué ses bouquets de givre sur mes vitres gelées » (Aloysius Bertrand, « Ma chaumière »)   Quand je me lève j'ai faim car Le matin j'ai faim chaque Matin j'ai faim que le matin il Aurait beau dire (mais le matin c'est rare qu'il cause) mais quand j'ai Secoué le colosse faut qu'je mange un truc avec un os dedans ah il a Ses crocs l'ogre de mon stomac qu'il croquerait bien ... [Lire la suite]
21 février 2017

PENDANT QUE PURULE LA ROSE

PENDANT QUE PURULE LA ROSE   Notes sur le poème « Le rêveur » de Jacob Van Hoddis tel qu'il a été publié dans une traduction de Arp et Hugnet in André Breton, « Anthologie de l'humour noir ».   1. Le poème - ce bout de chose écrite qui prétend à l'être – commence par la mention d'une « nuit bleu-vert » et pourquoi pas rouge baiser.   Quand j'écris la nuit rouge baiser Le Baiser de la Femme Araignée me vient à l'esprit qui est le titre d'un film que je n'ai pas vu.   2. Le poème –... [Lire la suite]
20 février 2017

DEUX CHANSONS MAL FICHUES

DEUX CHANSONS MAL FICHUESCHANSON MAL FICHUE MAIS QUAND MÊMEDes fois que rien n'aurait plus de sensque j'traînerais ma carcasse à travers moicomme un fantôme traverse la pluiecomme un fantôme traverse la pluieDes fois que j'écouterais « Cowboys and Angels »entre deux bières en traînant dans ma maison spectrey a comme un chanteur mort qui plane dans l'airy a comme un chanteur mort qui plane dans l'airDes fois qu'le clown invisible m'aurait piqué tout l'humourDes fois qu'le chien d'l'hiver m'aurait rongé tous les ossesceux... [Lire la suite]