21 février 2017

PENDANT QUE PURULE LA ROSE

PENDANT QUE PURULE LA ROSE   Notes sur le poème « Le rêveur » de Jacob Van Hoddis tel qu'il a été publié dans une traduction de Arp et Hugnet in André Breton, « Anthologie de l'humour noir ».   1. Le poème - ce bout de chose écrite qui prétend à l'être – commence par la mention d'une « nuit bleu-vert » et pourquoi pas rouge baiser.   Quand j'écris la nuit rouge baiser Le Baiser de la Femme Araignée me vient à l'esprit qui est le titre d'un film que je n'ai pas vu.   2. Le poème –... [Lire la suite]

12 octobre 2016

UN SAC DE BILLES NOS POMMES

UN SAC DE BILLES NOS POMMES1.« Oh ! que tout m'est accidentel !Oh ! j'ai-t-y l'âme perpétuelle !… »(Laforgue, « Complainte des crépuscules célibataires »)Des fois on s'dit ah bin c'est pas de chance ou bien que tout arrive comme tombé du hasard qui plane là-haut (i nous voit pas).Qui plane et qui fait comme il veut et quand je dis faire, faut dire que parfois, le hasard est bien emmerdant.Vous y croyez vous qu'y a des « âmes perpétuelles » qui continuent à traîner les rues comme vous... [Lire la suite]
03 octobre 2016

NOTES ET TRAITS SUR LE GRAND VIOLON DE HENRI MICHAUX

NOTES ET TRAITS SUR LE GRAND VIOLON DE HENRI MICHAUX« Rageur, m'engouffrant dans ses plaintes, dans un amas de tonnerres nasillards »(Henri Michaux, « Le grand violon »)1.Dans un poème à Henri Michaux y en a un qui dit qu'il a un « grand-violon girafe » et pourquoi pas un trombonéléphant je dis.Ou une flûte à bec de canard ou un saxopopotame ou une guitare qui boit d'la bière tant qu'on y est.Mais moi ce que je préfère c'est la fontaine-batterie celle qui gicle et qui cingle et dont les voix jaillissent... [Lire la suite]
02 octobre 2016

NOTES DOUTEUSES SUR A LA MEMOIRE DE ZULMA DE TRISTAN CORBIERE

NOTES DOUTEUSES SUR "A LA MEMOIRE DE ZULMA" DE TRISTAN CORBIERE             « A LA MEMOIRE DE ZULMA            VIERGE-FOLLE HORS BARRIERE                       ET D'UN LOUIS   ... [Lire la suite]
14 juillet 2016

BOUZINE ET MIRLITON

BOUZINE ET MIRLITONNotes et paraphrases de la scène 6 de l'acte I de « Ubu roi », d'Alfred Jarry.« Le palais du roi.PERE UBU, entrantOh ! vous savez ce n'est pas moi, c'est la Mère Ubu et Bordure.LE ROIQu'as-tu, Père Ubu ?BORDUREIl a trop bu.LE ROIComme moi ce matin.PERE UBUOui, je suis saoul, c'est parce que j'ai bu trop de vin de France.LE ROIPère Ubu, je tiens à récompenser tes nombreux services comme capitaine de dragons, et je te fais aujourd'hui comte de Sandomir.PERE UBUÔ monsieur Venceslas, je ne sais... [Lire la suite]
08 juillet 2016

NOTES BREVES SUR L'ETERNITE A RIMBAUD

NOTES BREVES SUR L'ETERNITE A RIMBAUD   « L'ÉTERNITE   Elle est retrouvée. Quoi ? - l’Éternité. C'est la mer allée Avec le soleil.   Âme sentinelle, Murmurons l'aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu.   Des humains suffrages, Des communs élans, Là tu te dégages Et voles selon.   Puisque de vous seules, Braises de satin, Le Devoir s'exhale Sans qu'on dise : enfin.   Là pas d'espérance, Nul orietur. Science avec patience, Le supplice est sûr.   Elle est... [Lire la suite]

28 mars 2016

DES FOIS QU'ON S'FASCINERAIT

DES FOIS QU'ON S'FASCINERAIT   1. « A moi. L'histoire d'une de mes folies. » (Rimbaud, « Une saison en enfer », « Délires II »)   Moi : bah. L'histoire : fictions, cours, discours, basse et haute cour. Folies : courent le monde, plus ou moins douces, échevelées.   2. « Ô saisons, ô châteaux ! Quelle âme est sans défauts ? » (Rimbaud)   Saisons : la mémoire les mêle. Châteaux : on y disperse ses chevaliers. Âme : et... [Lire la suite]
26 mars 2016

SANS AIR COMMENT CHANTER ?

SANS AIR COMMENT CHANTER ?   1. « La moule, un haïku dans mon assiette. » (Jacques Darras, « Physiologie microcosmique de la moule bruxelloise »)   La moule est elle aussi un sujet poétique, comme tout le reste, la Moule, petite noblesse ouverte à nos gueules ; il y a Un temps pour les moules la bière et les frites comme pour le Haïku, les conseils de classe et la mort qui clôt tous les repas Dans un poème de Darras, il est question de leur lucidité aux moules « Mon... [Lire la suite]
20 mars 2016

SOTTISES ET SYLLOGISME

SOTTISES ET SYLLOGISME   1.« Des absences, oui, quelque chose de cassé » (Robert Pinget, « Passacaille »)   Des ah tiens c'était quand ça ? Pis c'était où donc ? Absences Des trous dans l'fromage   Oui bon bin oui quoi c'est Quelque chose tout d'même que cette Chose là qu'on appelle répondre, pas vrai ?   De cassé que du cassé d'l'émietté du brisé Cassé cassé cassé pis qu'on pense, qu'on pense !   2. J'arrive pas à être sérieux ; le sérieux, ça m'rend... [Lire la suite]
12 mars 2016

VERS LE JAZZ

VERS LE JAZZ 1.« SOMMEIL – Écoute-moi, je parlerai bien bas :Crépuscule flottant de l'Être ou n'Être pas !..»(Tristan Corbière, « Litanie du sommeil ») 2.Majuscules, importance du sommeil (surtout quand on ne dort pas, qu'on voudrait dormir, qu'on insomnise, qu'on se retourne le squelette entre les draps, qu'on lucide de trop). 3.Sommeil, j'écrirai ton nom sur le fluide de la nuitSur le sable de la nuit, sur les crabes de la nuitSur tout ce que tisse la nuit aux doigts innombrables 4.Si l'on veut être... [Lire la suite]