21 mai 2017

L'ESPOIR J'VOUS DIS ÇA VAUT PAS LES CHICONS AU GRATIN

L'ESPOIR J'VOUS DIS ÇA VAUT PAS LES CHICONS AU GRATIN1.« D'Espoir, et que vous en dirais ?C'est un beau bailleur de paroles ;Il ne parle qu'en parabolesDont un grand livre j'écrirais. »(Charles d'Orléans, « Et que vous en dirais ? »)Comme Charles, duc d'Orléans, d'Espoir, je préfère n'en rien dire que l'espoir i n'fait souvent qu'à nous machiner des carabistoules.D'ailleurs Charles i dit que « beau bailleur de paroles » qu'il est, l'Espoir, que je sais pas s'il est beau mais il n'est pas... [Lire la suite]

16 mai 2017

LEBLANC AVEC DES BOUTS D'FATRASIES

LEBLANC AVEC DES BOUTS D'FATRASIES   1. « Des objets s'en vont, d'autres arrivent. » (Maurice Leblanc, « L'Aiguille creuse »)   Incessant va-et-vient, le réel. Tout troué d'autoroutes à objets, de routes où les choses vont avec leurs gens.   Je me souviens qu'au milieu d'un article de philosophie du genre écriture grise soudainement l'expression « trouer le temps » me sauta à la.   2. Le krautrock à longues séquences bidulées en boucle m'est souvent tombé des oreilles. Mais... [Lire la suite]
15 mai 2017

DES FOIS EN LISANT DE LA POESIE JE MUGIS

DES FOIS EN LISANT DE LA POESIE JE MUGIS J'aurais bien intitulé ces quelques brefs « guillevicuicuis » mais j'ose pas qu'on va encore dire que je respecte rien. 1. « Ce soir non plus Pas de prière à faire A la figure sans visage. » (Guillevic, « Soir »)   Y a des soirs on fait plus la prière depuis longtemps. Les jours ont usé les prières. Ce sont avec d'autres seigneurs qu'il faut compter.   « figures sans visage » : des masques, dessous qu'il y a t-il ? Le néant... [Lire la suite]
14 mai 2017

COMME DE LA NOSTALGIE DE C'QU'ON N'A PAS VÉCU

COMME DE LA NOSTALGIE DE C'QU'ON N'A PAS VÉCU   1. J'aimais bien les souples livres de Simenon des kiosques des gares qu'on voyait dessus des voies ferrées des ports des rues d'on ne sait.   Quan je prenais le train, j'aimai bien me plonger dans l'atmosphère des livres à Simenon; y avait come du clair dans les pages à grisaille.   Cé bizarre cette impression de poésie qu'elle fait la prose à Simenon que ça vous fait come de la nostalgie de vies qu'on n'a pas vécues.   Cé bizarre cete impression de clarté... [Lire la suite]
13 mai 2017

MA BIENVEILLANCE J'L'AI BOUFFÉE

MA BIENVEILLANCE J'L'AI BOUFFÉE   « Afraid to lose I'd tell myself What good you do Convince myself » (No Doubt, « It's My Life »)   1. Envie d'idiotiser… l'absurde me gazouille… c'est l'piaf qu't'as pas idée… le merle moqueur, la mouette rieuse, le merlan frit qui s'agite…   2. « L'ombre de la chère demeure S'allongeait sur le froid gazon » (Lamartine, « L'âme »)   Des fois les maisons ça fait comme des demeures qu'elles glissent des ombres par les fentes de... [Lire la suite]
08 mai 2017

DROLATISMES SUR BRITANNICUS II

DROLATISMES SUR BRITANNICUS II (Résumé de l'acte II du « Britannicus », de Racine)   1. Bref, Agrippine se rapproche de Britannicus qu'elle a pourtant spolié du trône au profit de son fils, Néron, lequel n'en fait qu'à s'mode.   2. Pas content, Néron ordonne l'exil de Pallas, un affranchi de Claude, fidèle d'Agrippine et conseiller de Britannicus contre Néron.   L'est furax, le Néron, i dit d'Pallas qu'c'est rien qu'un « empoisonne ma mère », « un séduit mon frère », qu'on dirait... [Lire la suite]

08 mai 2017

DROLATISMES SUR BRITANNICUS I

DROLATISMES SUR BRITANNICUS I (Résumé de l'acte I du « Britannicus », de Racine)   1. Agrippine, c'est une impératrice d'il y a des lunes tellement qu'il y en a des alexandrins passés sur les scènes.   « AGRIPPINE, veuve de Domitius Aenobarbus, père de Néron, et, en secondes noces, veuve de l'empereur Claudius. » (Racine, « Britannicus », « Personnages »)   2. Agrippine a filouflouté Britannicus qui aurait dû être empereur à la place de l'empereur qu'elle a choisi... [Lire la suite]
06 mars 2016

TIRER VANITE DE LA REPUTATION DE SON FANTÔME

TIRER VANITE DE LA REPUTATION DE SON FANTÔME 1.« Il est homme à tirer vanité de la réputation de son fantôme »(Agatha Christie « Le Mystérieux Mr Quinn » [Porter]) Présentatif – attribut – l'impersonnel « il est » s'incarne – se qualifie – s'infinitive – vanité et fantômat – expression « tirer vanité de son fantôme – d'une réputation d'un être qui n'existe que par le nom qu'on lui accorde. Il ah oui il était une fois ou ilEst encore une fois toujours tant de fois tant tant encore. Homme que... [Lire la suite]
22 janvier 2015

LA RUE ASSOURDISSANTE

LA RUE ASSOURDISSANTE 1.« La rue assourdissante autour de moi hurlait »(Baudelaire, « A une passante ») 2.L'homme seul et le tintouin : le u d'la « rue » et les « our » et les « our » et puis le u de « hurlait ». 3.Ça chiasme donc ce Baudelaire « rue assourdissante autour hurlait » ça roule ça houle et ça hurlure. 4.Les hurles de la rue, des passants aux cris muets. 5.Des insultes même si ça se trouve dans les gens c'est tout blasphèmes anathèmes cris et... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
10 février 2013

ET DES FOIS MÊME PAS

ET DES FOIS MÊME PASEn lisant le recueil "Signe de vie", de Henri Thomas, in Poésies, Poésie/Gallimard n°56. Les citations figurent entre guillemets. 1."je n' ai plus que cette rose / éclose par habitude" : faut pas toujours rester sur le même poème, sinon, forcément, on s'lasse. 2."je mens, je crains, je renie" : quel autoportrait ! quant à moi, je bande, je crache, je fais pipi. 3."Le coeur me bat d'être là" : Y en a, rien qu'd'être là, vivant, ça les épate ; pourraient-ils dire Le coeur me bat d'être moi ? 4."je vois au fond de... [Lire la suite]