28 août 2013

LA TASSE CASSEE

LA TASSE CASSEE La fille auxTaches de rousseur aux longs liSses cheveux sonCafé elle le boira pas, car paSsée outre la table, la tasse, cassée qu'elle est. Le visage seMire minaude dans le nOir du coup devant les déBris il ne voit pas qu'il s'est brisé. La pluie se jette dans le jeu elleFourre ses doigts déliés dans l'encaDrement elle fait craquer le tableau De tout son horizon Son paysage laisse passer des êtRes dont les re Gards inquiètent. Le minois de la mignonne il s'estVidé et la chair deSa carcasse est tombée la neiGe est... [Lire la suite]

17 août 2013

J'ETAIS SEUL CAR IL ETAIT DEJA TARD

J'ETAIS SEUL CAR IL ETAIT DEJA TARD "J'étais seul car il était déjà tard"(Robert Van Gulik traduit par Dechanet, Guerbet, Simons, L'Enigme du clou chinois, 10/18 n°1723, incipit) J'étais et je suis bien content de pouvoir l'écrireSeul c'est-à-dire avec moi et je grognais tranquilleCar j'aime à grogner peinard sur le temps qui fileIl fait rien qu'à filer le temps dans la fondue des joursEtait déjà tard et des visages avaient Déjà glissé dans la trappe Etait déjàTard et je regardais voleter des poèmes chinois. Patrice... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
05 août 2013

J'AIME A SPLEENER MUSICAL

J'AIME A SPLEENER MUSICALContrevers inégaux 1.Il y a dans une rue que je connais pas ilY a dans une ville où je ne m'arrête pas il yA dans un temps qui n'est pas le mien il y aUne fille dont je ne connais pas le nom uneFille qui passe dans une flaque de lumièreQue le temps efface et puis qui revientJe n'étais pas dans cette flaque JeNe vois cette flaque que parce que j'y pense je neConnais pas cette ville je ne connaisPas ce pays je ne connais pas cette langueEt le temps emporte ses morceaux de réelUn fleuve passe un autre le... [Lire la suite]
23 juillet 2013

LES ROJES

LES ROJESUn poème by Patrice Houjeau Les rojes je dis les rojes parce que j'ai un défaut de prononciation depuis que j'a trébuché dans l'jardin et vlan le nez dans les rojiers LesRojes c'est intimidant ça comme sujet les rojes déjà à cause des épines queJe dis moi que ça pique ça les épines même que le poète il dit comme ça que si les rojes elles avaient pas d'épines, eh bien il y en aurait plus depuis longtemps des rojes, je veux dire des rojes à épines, sinon remarquez qu'il y a des rojes sans, Les rojes on les appelle comme ça car... [Lire la suite]
22 juillet 2013

JE VEUX JOUER DU POEME COMME ON JOUE DU JAZZ

JE VEUX JOUER DU POEME COMME ON JOUE DU JAZZEn écoutant Sweet Dreams par Terez Montcalm, Close Your Eyes par Anne Ducros, I Walk The Line par Norah Jones & Joel Harrison, Dear Prudence par Tok Tok Tok (si si) et le très beau My Favorite Things de Youn Sun Nah. 1."Quel oeil ne serait pas trompé comme le mien ?"(Racine, Phèdre, IV, 2, vers 1036 [Thésée]) Quel éberluant que le réel qu'on est toutOeil abusé des fois de c'qu'on nous montre   Ne pas se fier à tout ce qu'on nous téloche s'y fier ceSerait se fier au sourire du... [Lire la suite]
22 juin 2013

DEUX ESPIEGLES

DEUX ESPIEGLES 1."- Tiens, tiens, tiens, tiens ! murmura-t-il."(Agatha Christie traduit par Juliette Pary, Le Secret de Chimneys, Le Club des Masques n°218, p.123) Tiens voilà du boudin ouTiens tiens Tintin ouTiens donc il est déjà neuf heures ouTiens vous ici je vous croyais au zooMurmura-t-il l'espiègle-T-il, t-il, t-il, l'horloge du salon. 2."L'homme cracha véhémentement par terre"(Agatha Christie, op. cit., p.47) L'homme, un tatoué chuis sûrCracha - ça, à force de funker...Véhémentement - c'est vous dire la virulence du truc... [Lire la suite]
16 juin 2013

J'AIME FAIRE ECHO

J'AIME FAIRE ECHO  1."Je vous fais chaque soir un solennel adieu !"(Baudelaire, Les Petites Vieilles, IV) Je vous ça je sais pas ce que je vous fais maisVous fais euh du café des oeufs sur le plat des fritesFais ah ça se précise c'est dans une gareChaque soir bleu un train bleu une gare jaune chaqueSoir bleu le train bleu moi tout pâleUn peu que je joue leSolennel alors c'est l'heure définitive unAdieu et puis je reviens hanter mes lieux. 2."Astrologues noyés dans les yeux d'une femme"(Baudelaire, Le Voyage, I) Astrologues... [Lire la suite]