12 octobre 2013

BRUIRE UNE RIVIERE

BRUIRE UNE RIVIERE 1."Je descendis à mon tour dans la cour, les tempes battantes, le coeur désordonné, les reins rompus."(Gaston Leroux, Le Parfum de la Dame en noir, Le Livre de Poche policier n°587, p.245) Je suis assez sot assez lent jeDescendis donc sottement et lentementA la cave au cadavreMon Dieu, pourquoi avoir mis ce cadavre-là ? C'est que laTour est bien pleine de fantômes évidemmentDans les tours y a toujours fantômes et courants d'airLa morte n'était point morte elle courait dans laCour en criant que je l'avais tuéeLes... [Lire la suite]