02 avril 2017

LA FILLE DE JADIS EST-ELLE MORTE MAINTENANT

LA FILLE DE JADIS EST-ELLE MORTE MAINTENANT   « Elle n'est peut-être pas encore morte - Ou peut-être que nous l'étions tous deux. » (Francis Jammes, « J'aime dans le temps... »)   La fille de jadis est-elle morte maintenant « Elle n'est peut-être pas encore morte » i se dit le poète qu'à l'époque du poète il y   avait pas encore Internet il ne pouvait pas savoir alors si ses petites amoureuses dans le trou qu'elles étaient maintenant que les   jours et les nuits les ponts... [Lire la suite]

22 décembre 2016

MÊME QU'ON LE RASSEMBLE ÇA S'DÉFAIT

MÊME QU'ON LE RASSEMBLE ÇA S'DÉFAIT   1. « Les années entrent les unes dans les autres » (Daniel Biga)   Peut-être quand on regarde de loin de son lit de vieux, de ses rides on en a plein on voit sa vie comme un carambolage d'années.   2. « Un à un les fantômes de l'opéra m'ébouriffent. » (Yves Martin)   Dans la rue y a du vent souvent (c'est le nord) si on a dans la tête des bouts d'opéras traînants ça peut vous ébouriffer l'entêtant.   3. « Mon Dieu c'est moi Ce... [Lire la suite]
07 octobre 2016

ÇA ET AUTRES

ÇA ET AUTRES   1. C'est toujours après coup que nous comprenons ce que nous aurions dû faire. Nous vivons avec le fantôme de notre liberté.   2. Avec le temps que plus ça passe, les personnages historiques finissent tous par prendre une gueule de légende.   Une gueule de légende à figurer dans quelque bariolade, à finir fellinisé grotesque, cauchemardé du chef d’œuvre, rêvé filmique.   3. La nuit arrive – ouf ! que les autres croient que vous dormez et vous vous dormez, en attendant le lendemain que... [Lire la suite]
10 juillet 2016

DES FOIS QU'AVEC TOUS CES DES FOIS QUE

DES FOIS QU'AVEC TOUS CES DES FOIS QUE1.« Il s'arrêta ému, puis reprit :- La disparition. Supprimez-la, il ne reste rien. »(Agatha Christie, « L'Auberge du fou aux clochettes » [Mr Satterthwaite])Un jour, une nuit, i passe l'aut' Mandrake, et d'un coup d'shazam il nous emporte tous nos secrets qu'on reste planté là, la tête vide.2.Dans Agatha Christie, la revoyant des lustres plus tard, un gus « se ranima les cendres de la jalousie au fond de son cœur. »Le temps du cœur saute aisément les années.... [Lire la suite]
10 janvier 2016

A SE RONGER LE CHIEN

A SE RONGER LE CHIEN1.« Je n'en finirais pas de me revoir dans ce passé. Mais toujours seul ; sans famille ; même quelle langue parlais-je ? »(Rimbaud, « Mauvais sang »)2.Et si le passé était cemiroir où lire tous nosfaits et gestes écouternos voix débiter toutessottises qui la tissentl'Histoire et nous fontzieuter touci-touça comau cinoche l'étoffe deshéros les dynasties lesprinces les consorts etles coups du sort aussitous les ressorts qu'onnous explique qu'on lesmet à jour qu'on dit onjoue les... [Lire la suite]
27 mai 2015

MAIS LUI VOULANT MONTRER QU'IL ETAIT UN HOMME JUSTE

MAIS LUI VOULANT MONTRER QU'IL ETAIT UN HOMME JUSTE 1.« Le temps qui émousse toutes choses, le temps qui travaille à l'usure du chagrin comme il travaille à l'érosion des montagnes »(Vladimir Jankélévitch, « L'imprescriptible. Pardonner ? Dans l'honneur et la dignité ») 2.Étrange royauté du temps qui finit par abolir et ne ravive pourtant qu'en passant par la conscience. 3.Le temps transforme ce qui ne se perdra qu'à son abolition. 4.« De quel droit, puisqu'on ne peut, par principe, répondre à la... [Lire la suite]

21 mars 2015

LE MASQUE LE COMEDIEN LE REVENANT

LE MASQUE LE COMEDIEN LE REVENANTEn lisant « Malpertuis » de Jean Ray, édition de poche J'ai Lu n°1677. 1.Le récit fantastique, une contamination de la diachronie par une multiplication de synchronies. Ce sont morts qui frappent. 2.Les synchronies fantastiques ; elles ont déjà tissé la toile dans laquelle la diachronie de notre réel se prend à son propre piège. 3.Le réel, une infinie partie de go où la diachronie heureuse et les synchronies dramatiques composent des territoires de plus en plus intriqués. 4.p.52.... [Lire la suite]
14 décembre 2014

ET LE TEMPS C'EST MA LANGUE

ET LE TEMPS C'EST MA LANGUE   1."La vie m'aime et je l'aime autantL'univers m'appartientLa vie c'est ma vieEt le temps c'est mon temps."(Jean-Pierre Ferland, "Mon ami J.C.")   2."dans l'observatoire de leurs pensées"(Baudelaire, "Les Paradis artificiels")   3.C'est nous "dans l'observatoire de leurs pensées", calculés comme des astres à bras, à jambes, zieutés, scrutés, évalués.   4.Les gens passent avec leur double télescope, çui-là d'leurs mirettes et çui-là d'leurs pensées; ils coïncident parfois... [Lire la suite]
12 octobre 2014

COMME ELLE ETAIT SEULE LA MAISON PRIT FEU

COMME ELLE ETAIT SEULE, LA MAISON PRIT FEU 1."Le trottoir où je marche est cendreux."(Raymond Jean, "La Lectrice") 2.Trottoir cendreux, fille rousse - allumetteuh ! allumetteuh ! 3.Entendu dire que la langue de Shakespeare sonnait déjà singulière à ses contemporains; tout à fait autre donc le génie, ou alors c'est du storytelling. 4.Des fois, y en a, i se sentent pas d'être et d'avoir aimé. 5.Ai fait rire mes élèves en leur contant que, vu qu'elles proutent sans arrêt, les vaches, qu'on dirait, les vaches, de grosses poches de... [Lire la suite]
08 juin 2014

QUELQUE NERF SANS DOUTE

QUELQUE NERF SANS DOUTE 1.Tiré de Emmanuel Hocquard :"saisir de l'être"; "dans les règnes de la nature"; "aussitôt que les frappe la lumière". 2."saisir de l'être"(Emmanuel Hocquard) "Saisir", par association d'idées, et mauvaise foi, "saisir de l'être", c't'une expression, ça, "saisir de l'être", qui m'incline à rêver quelque barbecue ontologique. 3.Il y a dans les règnes de la nature tant de royaumes entremêlés, interdépendants et en conflit perpétuel, que bien fou qui se penserait le roi de la création. 4.L'humain est le... [Lire la suite]