22 décembre 2016

COMME UN COMME UN COMME UN GRAND TROU

COMME UN COMME UN COMME UN GRAND TROU1.« Le fantôme d'Uriah Chickenhead se tut. Sa voix qui paraissait naître de la pâle vibration des rayons de lune, reprit sur un mode monocorde :- Un et deux font trois ! »(Jean Ray, « Le Bonhomme Mayeux » in « Les Derniers Contes de Canterbury »)« Le fantôme d'Uriah Chickenhead se tut. »(Jean Ray)Uriah Chickenhead ! J'adore ce nom.Si vous vous appelez Uriah Chickenhead alors c'est que vous hantez un conte de Jean Ray et donc je vous ai... [Lire la suite]

17 septembre 2016

KSÉ COMME UN SINGE L'HOMME TSAIS

KSÉ COMME UN SINGE L'HOMME TSAIS1.Défois on san pis défois on manj du fromaj kilya kelkchoz dan l'jenr infini làddans & pas seuleman dan les trous à gruyère & qu'on tressaïl.2.Qu'on dit alor com si on s'apelai Michaux « Moi – ça - tremble » que le réel l'arrête pas de trembler qu'on l'voit même pas qui parkinsonne. 3.Qu'on grouye d'bous d'mondes paralèle qu'on est là avec nos ptits mickeys nous traversant come le tems traverse le tems même kil existe pas.4.Que dans les rues de chaipaoù les longues rues de chaipaoù y... [Lire la suite]
11 juillet 2013

OASIS PAROLES TROUS ET ARABESQUES

OASIS PAROLES TROUS ET ARABESQUES Dans Oasis Paroles, de Nadège Moyart, il y a des pages trouées, il y a des pages percées. Les trous, ça fait comme une constellation de trous dans la blancheur cassée du papier. Les pages percées présentent des arabesques élégantes. Ces élégances qui traversent le papier portent des noms d'oueds : "Oued el Beïda", "Oued Amerbouh", "Oued Tourhach", "Oued Ferkla", d'autres encore. Un oued, c'est une rivière, une courbe dans un paysage, une ligne de vie. Nadège Moyart est une jeune artiste lilloise.... [Lire la suite]
09 mai 2013

LE GOUFFRE EST L'AVENIR DU TROU

LE GOUFFRE EST L'AVENIR DU TROU Dans Le secret de Chimneys que j'vousEn ai causé déjà du bouquin qu'sur laCouverture une illuminée vaporeuse ilY a je l'ouvre le bouquin au hasard &Y a un type qui a "les mains dans lespoches" et qui "demeurait pensif" lesMains dans les poches c'est donc qu'iFaisait rien qu'à demeurer pensif sesPensées l'absorbant alors et puis desMots sortent de sa bouche il remarqueQue celui-là qu'est mort quand il futVif celui-là l'a "dupé" dupé vraimentLe mort il l'a le vif c'est que duperSe faire duper c'est... [Lire la suite]