LA VENGEANCE DU CORSAIRE GASCON

D'après « Un cadet de Gascogne chez les Peaux-Rouges » de Messieurs Charles Quinel et Adhémar de Montgon.

 

1.

Comme i zétaient sous quelque menace d'ombre et d'envoûtement, leur fallait un refuge dans un ailleurs assez lointain avec de la mer entre.

 

2.

Ils voguèrent donc vers des pays des prairies des bisons des plumés des dindons du tabac des patates et de l'exotisme à totems.

 

3.

L'un d'eux y flanqua d'la monumentalité phallique puis alla voir ailleurs si Frédéric Larsan était oui ou non celui qu'on croit que.

 

4.

De retour du côté d'la colonne, la vit toute fleurie bellote de bois sculpté contant les aventures de Pof le Dig. Les Indiens avaient œuvré.

 

5.

Cet homme nommons-le Prosper s'associa avec quelque quidam de sa langue et les deux se mirent à commercer avec âme qui vive plumée ou non.

 

6.

C'est bien connu, l'ailleurs est plein de gens qui n'ont rien à y faire.

 

7.

Prosper et Quidam étaient au mieux avec les Indiens des plaines et des déliées (leurs femmes et leurs filles étant girondes).

 

8.

Etant au mieux donc avec les ceusses de là, les deux marchands s'attirèrent jalousies ressentiments et regards noirs de troisièmes larrons.

 

9.

Précisons que souvent ces troisièmes larrons jouaient les seconds couteaux ce qui je vous l'accorde n'est pas une astuce de premier choix.

 

10.

Non seulement zavaient l'oeil noir les farouches mais zétaient en plus nombreux. Fichons le camp dirent les se levant d'un bond bonshommes.

 

11.

Bon zurent pas l'temps d's'ensauver qu'ils furent pris jugés dans le temps d'un clin d’œil de la fatale à la camarde pendus.

 

12.

Au pays du steack frites le samedi midi, cela se sut, cela déplut. De vengeurs cousins prirent la mer et les armes.

 

13.

Parmi ces vengeurs l'était un corsaire des moins commodes le genre à se souvenir longtemps que vous l'avez privé de dessert.

 

14.

Dès l'arrivée en vue du pays des bisons ravis, des pâtures, des peinturlures de guerre et des figures rouge virago, y eut navale bataille.

 

15.

Y eut des plouf des paf et crack des pif et cris des branlements de combat des morts des blessés et moult glouglous fatals.

 

16.

Notre corsaire, blazons-le Arthur, mit patte à terre et suivi de ses borgnes sabreurs à jurons s'enfonça dans la jungle entre-temps jaillie.

 

17.

D'abord ne virent rien que singes noix de coco araignées véloces féroces yeux et de plumés néant et de blancs cousins non plus.

 

18.

A force de progresser dans une jungle si jungle qu'on aurait fini par y parler aztèque ou inca ou volapük pyramidal zarrivèrent kekpart.

 

19.

Or donc kekpart par-là tombèrent sur un village assez pourvu d'indiens pour qu'on l'appelât village indien. Ce qui est ma foi fort bien fait.

 

20.

Furent par les Indiens du coin bien accueillis nos Français à barbe (la jungle fait pousser la barbe des hommes blancs, c'est bien connu).

 

21.

Lesquels Indiens du coin n'étaient point coin-coins sauvages à voilpé ou quasi mais agrémentés de tissus colorés flottants et d'or en bijoux.

 

22.

Y en avait même un qui parlait gascon. Ça tombait bien c'en était un. Le corsaire aussi. Oh dis-donc zétaient cousins ! Du coup, bisoux.

 

23.

Pour fêter ces retrouvailles, y eut ripaille. On dévora, on s'boissonna, et l'on se jura surtout de venger les morts.

 

24.

Brefs, Français et Indiens s'allièrent pour aller massacrer les autres aux yeux noirs lesquels étaient d'un pays où l'on joue de la guitare.

 

25.

La place fut prise, les ennemis capturés tués achevés ; les fuyards, les Indiens en firent confetti confetti si de tous ces déconfits.

 

26.

Ses morts vengés, quelques cousins de Gascogne retrouvés, tous reprirent la mer pour s'en retourner dans l'civilisé car faut pas exagérer.

 

27.

Quant aux Indiens yop-là bon débarras se dirent-ils puis ils allèrent faire fortune en gérant des casinos dans le désert.

 

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 13 septembre 2015.