23 août 2016

INSOLENT COMME UN QUI APPARAÎT MÊME QU'IL EXISTE PAS

INSOLENT COMME UN QUI APPARAÎT MÊME QU'IL EXISTE PAS1.Une chanson à la radio qu'le narrachanteur sur un ton désenchanté, fataliste et pas joyeux, répète qu'il « est temps d'aller se baigner ».Narrachanteur : narrateur qui narratte en musique que des fois s'il y avait pas la musique, on s'en apercevrait qu'c'est idiot son truc.Note : je mets deux « t » à la forme « narratte » pour faire plus narratatif. 2.Sans les films comiques, des fois la mélancolie elle en emporterait quelques uns dans sa... [Lire la suite]

31 mai 2015

A CLAUDE LELIEVRE HISTORIEN

A CLAUDE LELIEVRE HISTORIENLe 4 mai 2015, sur l'amusant site « Le Café pédagogique », l'historien de l'éducation Claude Lelièvre, s'en prenant lui aussi aux « pseudo-intellectuels » qui, selon lui, caricatureraient les effets de la réforme des collèges 2015, croit bon de citer une tribune du Monde du 21 octobre 1980 dans laquelle René Haby (celui qui, sans savoir ce qu'il était réellement en train de faire, en décrétant le collège unique, a ouvert la porte aux 80 % d'une classe d'âge au niveau du baccalauréat... [Lire la suite]
30 mars 2015

RIMBAUD CRITIQUE DE NOTRE TEMPS

RIMBAUD CRITIQUE DE NOTRE TEMPSNotes sur le poème « Ville » des Illuminations.« Je suis un éphémère et point trop mécontent citoyen d'une métropole crue moderne parce que tout goût connu a été éludé dans les ameublements et l'extérieur des maisons aussi bien que dans le plan de la ville. »(Rimbaud, "Ville")Rimbaud, critique en architecture… A mon avis, ce qu'il visait là, c'était déjà ces villes fonctionnelles que l'industrialisation a fait pousser comme des champignons vénéneux.La suite de son poème ne manque... [Lire la suite]
22 octobre 2014

STRATEGIE DU PS 2012-2014

Stratégie du Parti Socialiste français 2012-2014 :1) Pour se faire élire, on minimise la crise dont on impute les effets à la malignité des banques et de la haute finance (bouh ! les vilains !)2) Une fois élu, on déclare que la crise est plus grave que prévue, et que chacun - c'est-à-dire nos pommes - doit faire un effort; bref, on nous pique nos sous.3) Comme tout le monde paye, personne n'est content, et vu que tout le monde se plaint (sauf les muets, ça va de soi), on aborde un virage socio-démocrate / recentrage à droite cause... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 04:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 mai 2013

VERS UNE POESIE LISIBLE

VERS UNE POESIE LISIBLE Entendu dire récemment par un éditeur songeur, que certains souhaitaient que les poètes, désormais, composassent de la poésie plus accessible, moins expérimentale, moins hermétique, et qu'en conséquence, les éditeurs de poésie (gens admirables) ne publiassent que du lyrique contenu par une juste pudeur (on écrit des sottises sentimentales, mais avec sobriété, on a sa dignité), avec dedans de l'humain, du paysage (avec vaches et arbres centenaires, témoins des travaux et des jours de nos anciens, dont traîne,... [Lire la suite]
11 mars 2013

AH PHILIPPE MEIRIEU !

AH PHILIPPE MEIRIEU ! Entendu ce lundi 11 mars 2013 dans "Les Nouveaux Chemins de la Connaissance" : Philippe Meirieu. C'est toujours amusant d'écouter Philippe Meirieu. Quel idéalisme ! Quel lyrisme tempéré par l'expérience professionnelle ! Qu'est c'qu'il cause bien ! Bon, il a plutôt tenu le coup dans son argumentation, sauf qu'à la fin, en souhaitant que, je cite de mémoire, "chacun" (sic) puisse avoir la possibilité de croiser Homère, Joyce, le Faust de Goethe, il retombe dans l'illusion que "chacun" puisse être intéressé... [Lire la suite]

10 mars 2013

DANS LES DENTS

DANS LES DENTS 1."Il craignait les blafards dimanches de décembre"(Rimbaud, Les Poètes de sept ans) La modulation des voyelles ("craignait", "blafards") ouvre la bouche jusqu'au "dimanches" en une sorte de bâillement, qui se finit avec la modulation de la nasale "an" ("dimanches", "décembre"), puis se ferme sur la séquence [b] + [r]. 2."Où les crieurs, en trois roulements de tambour,Font autour des édits rire et gronder les foules."(Rimbaud, Les Poètes de sept ans) Ces deux vers mêlent aux huées (l'assonance "ou") et aux "cris" et... [Lire la suite]
24 janvier 2013

AVEC LA VITESSE DE L'ECLAIR

AVEC LA VITESSE DE L'ECLAIR De quelques bribes tirées de Les Chants de Maldoror, de Lautréamont. 1."avec la vitesse de l'éclair": c'est ainsi qu'on foudroie, ou qu'on se ramasse. 2."Si vous trouvez un pou dans votre route", c'est que votre chemin est chevelu. 3."aux suggestions de mon caractère" : cet autre en nous qui, si on n'arrive pas à le discipliner, n'arrête pas de nous mettre des bâtons dans les roues. 4."Je serai pour toi un frère" : C'est le genre de choses qu'on écrit. 5."Il a voulu devenir un objet" : étrange chose !... [Lire la suite]
14 août 2012

CARISME

CARISME 1.La philosophie du "care" n'est pas une transcendance, c'est une condescendance : moi qui vais bien, qui suis sympa, qui ne suis point trop bête, je condescends à me soucier de toi, à t'enrichir de ma présence, de mes conseils, de mon aide. 2.L'on voit bien quel parti les consciences manipulatrices peuvent tirer d'une telle façon d'envisager le rapport aux autres : sous couvert de prendre soin de, de me soucier de, d'avoir de l'empathie pour, on finit par faire de l'autre son obligé, son je ne sais pas comment te remercier,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 mai 2012

A LA VOLEE II

A LA VOLEE II 1. "Là-bas, sous les dattiers des panthères connus" (Leconte de Lisle, Les Eléphants) Oui, en effet, c'est bien connu, les panthères sont de grandes expertes en dattes. D'ailleurs, maman Panthère aime à préparer des dattes fourrées à la viande pour ses petits. 2. "Pas un oiseau ne passe en fouettant de son aile" (Leconte de Lisle, Les Eléphants) a) Un claquement dans l'air ! C'est un zoziau qui passe ; enfants, cachez vos rouges bilboquets (c'est idiot ! Pourquoi pas sabliers, cendriers, échiquiers, fromages frais ?). ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 01:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,