BRAVO TSIPRAS !

 

1.

Bravo Tsipras qui a repris l'initiative des propositions ! L'essentiel n'étant pas qu'il soumette la Grèce à une nouvelle et insupportable vague d'austérité, mais qu'il promette de le faire. Ainsi, l'honneur est sauf. Chacun quitte la table des négociations la tête haute. L'Europe peut à nouveau aider la Grèce à accomplir son destin de frontière de l'Occident et, dans les prochains mois, sinon les prochaines années, le gouvernement grec pourra toujours renégocier telle ou telle mesure, puisque l'essentiel n'étant pas que la Grèce rembourse toute sa dette mais qu'elle soit en mesure de le faire, en vertu de l'adage qui veut que l'on ne prête qu'aux riches.

 

2.

Les professeurs d'extrême-gauche me font marrer ! Ne voient-ils pas que tout ce dont ils profitent (vacances à l'étranger, congés payés, journées de travail parfois euh... très courtes, heures supplémentaires, emploi à vie, pauses nombreuses (récréations, trous dans l'emploi du temps) salaires convenables, revenus réguliers, primes diverses,...), c'est au système libéral à la française qu'ils le doivent, les bénéfices du secteur privé servant, via les impôts, à payer les fonctionnaires, et quand les impôts ne suffisent plus, vous savez quoi ? L’État a alors l'obligeance d'emprunter sur les marchés, c'est-y pas beau ?

 

3.

Vous pouvez toujours critiquer le système bancaire (certes perfectible et certes nécessairement à la limite) mais songez que vous n'avez guère le choix : ou les banques, ou la mafia.

 

4.

Je me demande ce que mes chers collègues enseignants, naguère très favorables à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, pensent du fait que la Grèce (pays chrétien, démocratique et inventeur de la démocratie) a failli couper les ponts avec l'euro et nous.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 11 juillet 2015.