D'AILLEURS CELUI-LÀ AVAIT UNE AUTRE VOIX

 

1.

« Il remonte… il remonte… voilà son pas encore sur le toit… Il s'approche de la lucarne… Va-t-il regarder ?… »

(Maurice Leblanc, « Le Triangle d'or »)

 

2.

Des fois Zut s'imagine, c'est dire à quel point elle n'est pas si sûre que ça d'exister.

 

3.

Parfois je me demande si les personnages de roman ont conscience de leur être. Et si les univers parallèles peuplaient nos bibliothèques ?

 

4.

Des fois je m'imagine que

remontent des êtres & que

remontent ces êtres ? Les

heures les montres ou les

fleuves impassibles & les

miroirs les fenêtres & la

nuit vu qu'ils sortent la

nuit de nos paupières ils

sortent en petites ombres

très exactes ces fantomas

les voici qui sortent qui

passent partout & montent

sur le toit soudain leurs

pas on les entend & leurs

chuchotis & on se demande

ce qu'elles cherchent ces

mascarades ce qu'elle ont

dans la tête qu'le réveil

s'met à seriner et qu'les

ombres se dissipent enfin

pas tout à fait.

 

5.

Des fois qu'un concert ce

serait se plonger dans le

noir s'effacer pour mieux

célébrer cet être étrange

qui circule dans les sons

 

6.

« Ton passeport est en règle. Paris-Enfer. Billet simple. Train rapide Sleeping-Cercueil. En voiture ! »

(Maurice Leblanc, « Le triangle d'or » [Lupin])

 

« Mais on prend tous le train qu'on peut »

(Jacques Brel, « Le Moribond »)

 

7.

Mais on prend tous le train

qu'on peut chantait Jacques

Brel dans Le Moribond assez

comique c'te idée d'la mort

voyage d'la mort partance &

pour aller où nulle part et

c'est juste de la métaphore

de l'image d'la jactance de

roman qu'on passe son temps

à la cinocher l'existence à

s'en faire du roman de gare

du Rouletabille du grinçant

Lupin quand à l'aut'affreux

il balance qu'il va prendre

le train « Paris-Enfer Billet

simple Sleeping-Cercueil En

voiture » qu'il lui annonce

au vilain-là que son compte

est bon cuites ses carottes

et les carottes cuites cela

ne présage rien de bon pour

les haricots comme disait à

peu près Pierre Dac.

 

8.

« D'ailleurs celui-là avait une autre voix »

(Maurice Leblanc, « Le triangle d'or » [Patrice])

 

9.

Il arrive qu'ils aient une

autre voix qu'à mon avis i

n'sont plus eux et que des

dieux d'autres dieux voyez

ont pris leur gorge & pris

leur cœur leurs yeux leurs

bras jambes pieds mains et

cette tête que vous avez &

l'air étrange dont vous me

regardez.

 

10.

« - Eh ! Mon Dieu ! du côté où toute la bataille s'est livrée… Du côté de l'or. »

(Maurice Leblanc, « Le triangle d'or » [don Luis])

 

11.

Toc estoc taille c'est qu'ça

s'livre les grandes fritures

les fortes mêlées d'gens les

batailles c'est qu'ça s'fait

du côté de l'or et que c'est

la grande raison de bien des

horreurs sang feu cris têtes

coupées étripes égorges faut

quand même s'l'avouer frères

le véritable Dieu des hommes

leur Dieu unique c'est l'or.

 

12.

« Quand on commence à me courir sur le haricot » qu'elle dit Zut «  je ne donne pas cher de la peau d'âne et de sa carotte. »

 

13.

« Unis vers l'uni » qu'il disait l'autre… ouais, c'est ça… Unis vers le n'importe nawak plutôt j'dis moi.

 

14.

Des fois on croit qu'on boit et puis quand même qu'on est saoul.

 

15.

Croire que Dieu préexiste à l'humain, c'est un peu quand même mettre la charrue avant les bœufs, non ?

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 10 janvier 2016.